Actualités des experts Madinmag

Elie Clavely : le doute est mauvais business !

ELIE CLAVELY

Comment s’imagine un projet ? Petit détour dans le cortex de La Petite Usine.

9h – Je reçois un e-mail de Francis, « Elie, le garage lance une nouvelle voiture. As-tu une bonne idée ? ». Je réponds dans la foulée, « bien entendu, c’est comme si c’était fait. ». J’attaque le petit déjeuner dans ma pâtisserie préférée. Assis sur la terrasse avec mon cahier (j’aime particulièrement le contact avec le papier), je commence à pencher les idées. Sur cette opération j’ai envie d’être à la fois minimaliste et surprenant. Réfléchissons un peu. Et si on créait une ambiance de cirque futuriste et un peu « lounge ». Justement, je n’ai pas souvent vu ce thème exploité. Tout au long de la journée, Francis me donne plus d’informations sur la voiture et m’envoie la documentation relative au modèle. Il s’agit d’un produit plutôt classe. Je pense m’orienter vers un rouge type boudoir. Le budget est extensible. Je vais me faire plaisir. Le garage a une belle hauteur au plafond. Je pense commander une structure pour permettre aux trapézistes d’évoluer. On fera un show très visuel. Ce ne sera pas suffisant. Je pense qu’il faut revoir la façon de procéder pour inviter les convives. L’expérience devra débuter à ce moment. Une fois le petit déjeuner terminé, je discute avec Caroline, la directrice artistique avec laquelle je collabore, pour quelle me fasse une proposition concernant le type de support papier à utiliser pour les invitations. Il faut qu’au départ le client se sente unique. Je lui fais confiance, la recherche est lancée à son niveau. Enfin arrivé au bureau, je poursuis ma quête d’idée. C’est à ce moment que l’on se dit que le coworking a du bon. Je mets enfin mes écouteurs, et lance la playlist. La musique me motive et les idées fusent. Ce sera explosif à mon avis. Après une journée à cogiter, je peux enfin écrire l’orientation générale de l’opération. L’avis extérieur sert à savoir si on se dirige sur la bonne voie. Sarah arrive dans le bureau. Elle avait rendez-vous avec un client pour finaliser un événement institutionnel qu’elle prépare depuis des semaines. Je ne lui laisse pas le temps de s’asseoir et lui soumets mon idée. On commence à discuter. Elle me donne ses premières impressions. Spécialiste en événementiel et stratégie, elle a l’habitude de la chose. J’ai pas mal avancé sur le projet. Je me mets à douter : « et si le projet que je propose n’atteint pas les objectifs du client ». On est jamais sûr de rien, mais il faut aller jusqu’au bout !

Dubline Entertainment.
Production de contenu audiovisuel,
événementiel et création de format
dublineentertainment@gmail.com
0696 71 11 71

/* ]]> */