Culture et plaisir Karumag

Thierry Alet : artiste, visionnaire et militant

POOL ART FAIR

Après un séjour à New York et Paris, Thierry Alet est de retour en Guadeloupe pour mettre la dernière touche à la Pool Art Fair 2016. L’occasion de faire un point sur son travail et son regard sur l’art contemporain.

J.P. Rivière

C’est à New York que Thierry Alet a créé la Pool Art Fair en véritable précurseur, puisqu’à côté des salons de galeries et autres grandes manifestations internationales d’art contemporain, il n’existait pas jusqu’alors de salon uniquement dédié aux artistes. C’est aussi à New York qu’à 24 ans, il entra en Master in Fine Art au Pratt Institut. Il y créera plus tard son association Frère Independent, dont la devise est The next art is here*. Construit sur le modèle du Salon des Refusés de 1863 ouvert par Courbet, Pissarro et Manet, la Pool Art Fair permet aux artistes indépendants, n’ayant pas accès aux foires d’art officielles de présenter leurs œuvres et de les vendre. En dix ans, plus de 1 000 artistes ont ainsi exposé à New York,  Miami, Guadeloupe et Martinique. Frère Independent c’est aussi les galeries T&T Art Contemporain à Basse-Terre et Jarry.

Quel bilan avez-vous fait de la Pool Art Fair 2015 ?
Excellent, pour nous mais surtout pour les artistes. Ces deux dernières années, il n’y a jamais eu autant d‘artistes de Guadeloupe représentés sur les scènes nationales ou internationales. Le niveau des expositions a considérablement progressé. Pour exemple, j’ai visité à Volta New York le stand de la galerie 14 N71 qui présentait l’artiste guadeloupéen Ronald Cyrille. J’étais moi-même exposé à la Fluxus Foundation à la 19eme rue. C’est probablement un des résultats de la politique culturelle de ces dernières années en Guadeloupe. Maintenant que la fenêtre est ouverte à l’international pour la Caraïbe, il faut travailler d’arrache-pied.

Le salon représente un investissement lourd, comment y arrivez-vous ?
Le salon coûte 3000 euros par stand. Les artistes paient 600 euros pour exposer, vendre, rencontrer le public et surtout se comparer au niveau général et mesurer leur progression. A nous de trouver les 2400 euros de différence, et pour cela, nous avons la chance de bénéficier de la fidélité grandissante de nos partenaires et sponsors. Bien sûr, certains artistes déjà connus choisissent de ne pas parti-ciper à Pool Art Fair. Cela laisse la place aux plus jeunes pour grandir et les dépasser.

Quels sont les artistes à suivre en ce moment ?
De ceux qui participent ou ont participé à PooL Art Fair ? Samuel Gélas, Marie Aimer, Mamie Tiban, Ronald Cyrille, Jean-Marc Hunt, Kelly Sinnapah Mary, Madlys et Pakys, François Piquet, Charles Chulem Rousseau, Rudy-Marc Roquelaure et j’en oublie beaucoup, qu’ils me pardonnent.

Vous êtes un artiste et chef d’entreprise atypique. Comment vous définissez vous en dehors de vos créations artistiques personnelles ?
Je fais dans mon art la même chose qu’avec l’association Frère Independent. Je regarde la société et je me demande comment je peux l’améliorer. Je me force à être un visionnaire militant. Mon ambition est de développer l’art contemporain en Guadeloupe pour qu’il ait sa place sur la scène internationale. Pour cela, nous avons créé le salon et les galeries. Le statut associatif est le meilleur pour notre champ d’action. Nous avons une salariée à plein temps, et autour du salon, jusqu’à 20 personnes travaillent avec nous. Je vais aussi à la rencontre des manifestations internationales car aujourd’hui, tout se passe aux Etats-Unis, en Chine, au Japon ou ailleurs. Il ne faut pas voir que l’axe Antilles-Paris, car l’art caribéen est aujourd’hui présent dans le monde entier. Les foires d’art contemporain ont presque plus d’importance sur le plan mondial que les biennales, les musées et les fondations !
En Guadeloupe, les artistes et les porteurs de projets doivent travailler ensemble avec les institutions. D’ailleurs ce sera le thème général des conférences de la Pool Art Fair 2016. Nous parlerons de la politique culturelle avec Georges Brédent (Conseil régional), Brigitte Rodes (Conseil départemental), les représentants de la DAC et de Cap Excellence entre autres. C’est cela mon travail de militant.
*L’art de demain est ici.

PooL Art Fair Guadeloupe 2016
17, 18 & 19 Juin 2016
Terminal de Croisières
Quai Foulon 97110 Pointe-à-Pitre
0590 10 91 60
info@poolartfair.com – www.poolartfair.com

/* ]]> */