Dossier spécial La Réunion RéuniMag

Dossier Formation et Emploi : Le diplôme ESIROI, un passeport pour l’avenir

ESIROI

Créée en 2009, l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs Réunion Océan Indien (ESIROI) prépare la prochaine rentrée universitaire avec la même ambition qu’à ses premiers jours : offrir un diplôme de haut niveau, reconnu à l’international, attestant d’une pluralité de compétences techniques, de réelles aptitudes au management, et d’un savoir-être prédisposant à une intégration réussie dans une économie internationalisée.

Détermination, persévérance et ouverture d’esprit sont des pré-requis tout aussi indispensables qu’un bon niveau de connaissances théoriques pour réussir son entrée au sein de l’ESIROI. Une quarantaine de futurs bacheliers s’y préparent et rejoindront en août prochain les autres élèves-ingénieurs que compte actuellement l’école. Des Réunionnais majoritairement, mais aussi des jeunes venus spécialement d’ailleurs pour suivre le cursus.

Les formations ESIROI se composent d’un cycle préparatoire intégré de deux ans et d’un cycle ingénieur de trois ans en Agroalimentaire, en Bâtiment et Energie. Ces spécialités bénéficient d’un programme unique en France, hérité du positionnement stratégique de l’école : l’ingénierie en milieu tropical.

L’ESIROI fait partie des 205 écoles d’ingénieurs françaises habilitées par la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI). Une telle appartenance atteste de la qualité de ses enseignements et valorise ses diplômes à l’échelle européenne par l’attribution du label EUR-ACE Master.

Un double diplôme et des compétences distinctives

L’ESIROI forme des ingénieurs pluri-compétents, capables de se distinguer professionnellement par leur technicité et leur sens du management, d’innover, et de s’acclimater rapidement à de nouveaux environnements.

Pour y prétendre, l’établissement a conforté son programme de formations par des partenariats avec de nombreuses écoles. Son rapprochement avec l’IAE de La Réunion offre à ses étudiants la possibilité de suivre un double cursus : en ingénieur et en management des entreprises. Par ailleurs, au cours de leur cursus, les élèves-ingénieurs partent tout un semestre dans une école de renom telle qu’AgroSup Dijon ou dans les écoles du réseau Polytech et de l’Institut Mines Télécom. A la prochaine rentrée, ils auront également à composer avec l’enseignement obligatoire d’une deuxième langue après l’anglais, et à tenter la certification professionnalisante BASICS (pour « Basics of supply chain management ») reconnue mondialement.

Une véritable immersion professionnelle

Les élèves-ingénieurs de l’ESIROI sont constamment en relation avec les entreprises grâce à plusieurs dispositifs. La politique de mobilité professionnelle exige plusieurs stages, dont au moins un en pays anglophone. En parallèle, les partenariats avec les acteurs économiques locaux animent au quotidien la vie de l’école. Chaque année, ce sont une cinquantaine de projets qui sont menés de concert par les étudiants et les professionnels. Ils visent à rechercher des solutions pragmatiques et innovantes à des problématiques concrètes d’entreprises. Une telle collaboration contribue à mettre en situation les futurs ingénieurs, dans la gestion de projets tout particulièrement.

Les passerelles avec le monde de l’entreprise prennent également la forme de conférences. L’ESIROI organise des conférences de haut niveau, dont certaines animées par des dirigeants étrangers confirmés afin de sensibiliser les élèves aux spécificités culturelles et aux réalités quotidiennes du management dans les pays de la zone intertropicale. Et nouveauté 2016, l’école lance son propre concours, avec l’appui de professionnels externes : Les Défis ESIROI. A destination des élèves de 4ème année, la première édition qui débutera à la rentrée vise à imaginer un nouveau modèle de production attractif, innovant et valorisant pour le territoire.

/* ]]> */