Actualités des experts La Réunion RéuniMag

Propagande, information, concertation : les citoyens ont-ils la parole ?

Isabelle Wan-Hoi

en croire un récent sondage, « 80% des Français font confiance aux citoyens plutôt qu’aux politiques pour trouver des solutions efficaces à leurs problèmes et ceux de la France » (source Harris Interactive, mars 2016). Le divorce serait donc consommé entre les Français et leurs représentants politiques.

Sommes-nous pour autant fâchés avec la politique ? Rien n’est moins sûr. Pour preuve, le mouvement Nuit Debout a dans un premier temps, largement attiré la sympathie des Français. Doux rêveurs, utopistes, pour les uns, militants du changement, acteurs d’une nouvelle forme de démocratie pour les autres, les animateurs de ce mouvement posent une question qui intéresse les Français : comment peut-on agir pour transformer son quotidien, comment fait-on pour se réapproprier le fait démocratique ? En bref, comment fait-on pour faire de la politique, sans les politiques ?

Face à un tel désaveu, comment peuvent réagir nos élus ? A y regarder de près, des initiatives permettant d’associer les citoyens à la prise de décision existent. Elles sont même regroupées dans ce que l’on appelle de manière un peu générique, la démocratie participative. Comités d’usagers, conseil de développement, conseils de quartier, conseils consultatifs de personnes âgées, de jeunes, etc. Ces instances peuvent prendre plusieurs formes, mais leur mode de fonctionnement n’est pas très lisible, leur utilité pas toujours évidente. Pourquoi ? Sans doute parce que les objectifs ne sont pas clairement affichés ; parce qu’entre propagande, information, d’un côté, et concertation ou même co-construction de l’autre, le flou reste parfois savamment entretenu. Et que les citoyens ne s’y trompent pas.

Gouverner n’est pas chose aisée et les élus auraient sans doute beaucoup à gagner à confronter les citoyens à l’exercice des responsabilités. Toutes ces démarches participatives pourraient être largement amplifiées et devenir de véritables moyens d’aide à la décision. Pour cela, un préalable est nécessaire : rendre le pilotage de ces processus indépendant et transparent. Le contrat doit être clair : les élus définissent le périmètre de la question à poser mais la concertation ne peut pas être conduite par eux. Elle doit l’être par des professionnels dont les méthodes sont rigoureuses et reconnues.

Les citoyens prennent aujourd’hui la parole « contre ». Si nous voulons que le fossé cesse de se creuser, il est urgent de leur permettre de s’exprimer « pour », en leur offrant un cadre crédible où ils auront l’assurance de ne pas être manipulés.

Isabelle Wan-Hoï, Senior manager

L’agence GBO

iwanhoi@lagencegbo.com

www.lagencegbo.com

/* ]]> */