Dossier spécial Guyamag

DOSSIER Tourisme : le Ceser Guyane milite pour un développement du tourisme durable

capture-decran-2016-09-14-a-23-22-33

L e Ceser Guyane travaille sur la problématique du tourisme dans le cadre de sa commission Aménagement du Territoire, présidée par Jean-Louis Antoine, spécialiste de la question touristique et opérateur touristique. L’audition par la délégation à l’outre-Mer du Cese national au mois de mars dernier sur le projet d’étude intitulé « Promouvoir le tourisme durable dans les Outre-Mer », dont le rapporteur est Mme Inès Bouchaut-Choisy, a permis au Ceser de présenter toute la réflexion menée autour de cette thématique centrale du développement du tou-risme durable. C’est la présidente Ariane Fleurival, qui a été auditionnée pour communiquer les préconisations du Ceser Guyane. 

La définition d’un projet de gestion et d’aménagement de l’espace kaw : nouvelle étude sur le tourisme du Ceser Guyane

Depuis quelques années, un débat politique, publique et national se pose sur l’opportunité de l’implantation d’une société minière qui souhaite développer une activité industrielle minière avec toutes les conséquences que cela présuppose. La commission Aménagement du territoire du Ceser souhaite que l’on puisse : « Prendre en compte les exigences du tourisme durable » et travaille depuis quelques mois dans le cadre d’une nouvelle auto-saisine sur la question de « la définition d’un projet cohérent de gestion et d’aménagement de l’espace kAW ». La Guyane par sa biodiversité amazonienne exceptionnelle et la diversité de ses populations, en particulier de ses peuples premiers, de son patrimoine historique et archéologique dispose d’atouts majeurs et doit relever le défi d’un développement du tourisme durable créateur de richesses et d’emplois locaux non délocalisables. Dans une volonté de protection de ses milieux naturels, la Guyane s’est dotée d’outils de protection de la nature qui ne sont pas toujours compatibles avec le développement durable. Les grands documents flèchent cette zone géographique pour un développement écotouristique durable : SAR, schéma d’aménagement touristique, contrat de destination. Le rôle moteur du Ceser de Guyane consiste à réunir tous les acteurs autour de ce projet de développement durable de Kaw pour permettre d’identifier les freins. Un exemple : le statut de réserve nationale de Kaw, qui n’intègre pas de volet « développement durable » est-il encore adapté ? C’est la réflexion que mène actuellement le Ceser de Guyane, en particulier sur la zone géographique de Kaw. Nous avons pu identifier :

• De nombreux outils de protection et des gestionnaires divers : ONF, DEAL, Conservatoire du littoral, Réserve régionale, Réserve nationale, Parc régional naturel, etc. ;

• Des pôles majeurs de valorisation écotouristique de la biodiversité de Kaw : les savanes de Kaw, l’îlet-la-mère, l’île du Connétable, la Réserve régionale Trésor, le sentier des coqs de roche, la crique Gabriel ;

• Des actions de valorisation des cultures avec l’association du village amérindien de Wayam, l’association Walyku, l’association Chimins Lontan du village de Kaw.

Nous avons fait les constats suivants : il n’y avait aucune coordination des acteurs ; aucune vision coordonnée du développement durable du tourisme pour la mise en œuvre et l’essor de ce potentiel économique. C’est dans ce cadre que s’inscrivent l’action et la démarche du Ceser : faire se rencontrer, l’ensemble des acteurs et des opérateurs touristiques mais surtout les institutions publiques.

Nous avons fait ressortir un chiffrage de la population touristique dans cette zone et nous avons pris conscience que le pôle touristique est un secteur économique majeur que doit intégrer toutes les stratégies de développement économique pour le territoire de la Guyane ; 25 000 visiteurs sur les savanes de Kaw, soit plus qu’au Centre spatial guyanais ; 7 500 visiteurs sur le sentier des coqs de roche aménagé sous la coordination du Gepog « programme européen LIFE ». En définissant ce projet global, le Ceser va permettre de mettre en cohérence les objectifs des différents gestionnaires :

• Identifier les aménagements qui permettront de mieux valoriser ce patrimoine exceptionnel

• Favoriser les recherches scientifiques pour une meilleure connaissance de ces biotopes

• Définir la complémentarité des projets

• Permettre leur coordination et l’émergence d’une agriculture durable pour alimenter en produits frais de qualité les écotouristes

• Définir les besoins en formation et les développer sur place

• Identifier les besoins des habitants, souvent laissés pour compte de tout développement

• Flécher des lignes budgétaires pour l’aménagement

• Définir les capacités de charge touristique

Nous avons identifié l’attrait des médias hexagonaux par les couvertures médiatiques nationales sur l’écotourisme à Kaw, confirmant un intérêt certain pour l’écotourisme en Guyane.

Le Ceser a aussi identifié des freins majeurs au développement de la Guyane, en particulier à la venue des touristes et obtenu des résultats.

La stigmatisation de la Guyane à travers l’obligation de vaccination contre la fièvre jaune, la seule sur le continent sud-américain et le coût économique de cette obligation : 80 € par personne non remboursé par la Sécurité sociale, crée donc un frein en particulier pour le tourisme familial.

Nous avons obtenu une mise aux normes partielle OMS de la Guyane, et poursuivons notre action pour obtenir l’abrogation de cette obligation.

L’absence de visas touristiques pour nos voisins brésiliens et Surinamais nous isole de notre environnement régional. Un Assouplissement pour la délivrance du Visa touristique pour les brésiliens est en cours de concrétisation.

La levée de ces freins administratifs, suite à une motion votée à l’unanimité par le Ceser et la rencontre avec tous les ministres concernés, a donné un résultat positif pour tous les touristes visitant le territoire de la Guyane. Il faut pour cela, saluer l’implication sans faille du sénateur Karam sur ces dossiers et le soutien du président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG).

Le Ceser a permis des avancées significatives et concrètes dans les domaines suivant :

* Mise en place d’une détaxe carburant tourisme fluvial: actée par la Région

* Modification du SAR* pour y intégrer les aspects touristiques

• Modification du contrat de destination

* Travail de coordination du Ceser pour l’aménagement touristique de l’est KAW avec PNRG, DEAL, DIEECT, ONF Atout France etc. Nous souhaitons étendre nos travaux pour la valorisation d’autres zones.

Nous avons obtenu la délivrance de visa touristique pour les Brésiliens et celle pour le Surinam est en cours de concrétisation.

Le Ceser de Guyane souhaite que des mesures concrètes soient prises pour permettre un déve-loppement durable de la Guyane :

• Lever le frein de l’obligation « fièvre jaune » et faire rembourser le vaccin par la Sécurité Sociale

• Délivrer des visas touristiques pour nos voisins brésiliens et surinamais;

• Intégrer la notion de développement durable dans les outils de protection tels que les réserves nationales ou le changement de statut

• Prendre en compte les populations locales dans ce développement

• Mettre en place les formations pour les emplois crées

Développer la notion de développement intégré incluant toutes les activités traditionnelles est un objectif que nous nous sommes fixés à terme pour :

Valoriser l’agriculture traditionnelle, la pêche traditionnelle, les savoirs traditionnels et la notion de ciel étoilé équatorial en limitant les éclairages parasites qui gâchent l’accès à ce patrimoine ; Favoriser la gastronomie locale, l’hébergement chez l’habitant et l’intégration esthétique du solaire aux habitats traditionnels ; Réhabiliter et valoriser les habitats traditionnels ; Adapter les législations à l’utilisation de ces habitats ; Assouplir la notion d’eau potable au robinet ;
Donner les moyens techniques à la Guyane de développer I’écotourisme auprès des croisiéristes et les compléter en permettant d’approvisionner les bateaux de croisière en produits frais, c’est-à-dire mise en place de bateaux mixtes passagers pour venir à terre à partir des Iles du Salut ; Approvisionner de la terre vers les îles en produits frais aux normes européennes.

Commission Aménagement du Territoire, Cadre de Vie et Développement Social : 

Président : Jean-Louis Antoine – Vice-Président : Martin Didier 

Secrétaire/Rapporteur : Adelson Magloire – Membres : 

Ravin Christian – Stéphane Lambert – Silighini Didier – Stanislas Steeve 

 

66 Avenue du Gal de Gaulle – 97300 Cayenne

Tél : 0594 28 96 05 Fax : 0594 30 73 65

Retrouvez-nous sur www.ceser-guyane.fr

Dossier préparé par Marthe Panelle-Karam avec le concours de Jean-Louis Antoine

 
/* ]]> */