La Réunion Portraits RéuMag

Laurence Thélis Jeune Présidente de Rotary Club

laurence-thelis

La décision en 1989 d’admettre les femmes au sein des Rotary clubs a été un tournant dans l’histoire du Rotary.

« Chers représentants, je tiens à vous rappeler que le monde en 1989 est très différent de celui de 1905. Je crois sincèrement que le Rotary doit s’adapter à cette nouvelle réalité », déclarait Frank J. Devlyn, qui allait devenir le président 2000-2001 du Rotary. Laurence Thélis, nommée pour l’année 2016-2017, Présidente du Rotary Club Saint-Pierre Pierrefonds est un bel exemple de ce Rotary « nouvelle génération ».

33 ans et déjà Présidente, comment êtes-vous devenue rotarienne ?

En 2009, j’ai été embauchée à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat en tant que chargée de développement économique et conseillère juridique pour les artisans. J’étais très contente d’être revenue à la Réunion et je me sentais bien dans mon poste mais il me manquait quelque chose ; j’avais envie de m’investir dans une cause ou un projet mais je ne savais pas trop quoi et comment faire.

C’est ma tatie Mimose qui m’a parlé pour la première fois du Rotary. Elle m’a invitée à une première action sur le terrain, il s’agissait d’une journée organisée dans un centre équestre pour des personnes atteintes de la trisomie 21. De voir les sourires et le bonheur des bénéficiaires m’a fait prendre conscience de ce que pouvait apporter le Rotary à notre échelle locale.

Ce n’est pas un peu difficile de s’intégrer pour une jeune femme au Rotary ?

Non, car à mon sens l’âge et le sexe n’ont rien à voir avec l’engagement des personnes. En tout cas, au sein de mon club, cela n’a jamais été un problème.

Quelles sont les principales actions de votre club ?

Chaque dernier samedi du mois, nous distribuons des repas aux sdf et familles démunies de Saint-Pierre en partenariat avec le CCAS de la ville de Saint-Pierre et d’autres associations.

Nous travaillons également en partenariat avec l’EHPAD de la Ravine Blanche (Saint-Pierre) et les apprentis en coiffure et en esthétique de l’URMA afin que ces personnes qui se sentent souvent délaissées puissent être mises en valeur.

Nous accompagnons des jeunes en BTS comptabilité gestion du Lycée Ambroise Vollard et organisons aussi des « Rencontres de l’Ambition » au sein du collège Henri Mathis de Bois d’Olives.

Enfin, chaque année une collecte de fonds est menée pour la lutte contre la polio.

Quel est, selon vous, l’intérêt pour un jeune professionnel de devenir Rotarien ?

Être Rotarien permet d’élargir son réseau de connaissances, de partager les savoir-faire de son métier et ses spécificités avec les autres. Cela permet également de partager ses vues sur la solidarité et de mobiliser son milieu professionnel sur des actions d’ampleur. Nous sommes des professionnels qui pouvons faire avancer les choses.

/* ]]> */