Culture et plaisir La Réunion Non classé Positive economie RéuMag

Sica Révia : pour plus de bœuf pays dans nos assiettes

SICA REVIA Thierry ROUX

Confrontés à la forte concurrence de la viande de bœuf importée, les éleveurs bovins locaux ne comptent pas rester les bras croisés. La Sica Révia (Coopérative Anonyme d’Intérêt collectif Agricole Réunion Viande), et en premier lieu son président, Olivier Robert, multiplient les idées et initiatives pour remettre le bœuf pays au goût du jour. Avec un argument de poids : la qualité !

Par Benjamin Postaire

Les bœufs des hauts et leurs verts pâturages font tout autant partie de la culture et du patrimoine réunionnais que les champs de canne et les plages de cocotiers. C’est un fait admis. Pour autant, le bœuf pays peine toujours à se faire une place dans les assiettes réunionnaises. Olivier Robert, président de la Sica Révia depuis juillet 2015, n’en fait pas une fatalité. Bien au contraire : « On ne doute pas de la qualité de notre viande », annonce-t-il d’emblée.

Reste maintenant à faire partager ce constat au plus grand nombre. C’est justement ce à quoi s’attelle chaque jour la coopérative. Il y a déjà l’appellation Produit Pays Réunion, portée par la FRCA, et qui permet aux consommateurs de différencier, au premier coup d’œil, un bœuf pays et un bœuf importé. La Sica Révia souhaite aller plus loin. « Nous allons mieux communiquer sur les races de nos animaux, explique Olivier Robert. Les Réunionnais ne le savent pas forcément mais nous élevons de la blonde d’Aquitaine, de la Limousine… Ces races seront mises en avant sur les emballages dans des décors locaux. »

Le boucané de bœuf, vous connaissez ?

Si le bœuf pays n’a rien à envier à celui de métropole, il peine à le concurrencer. « La crise de l’élevage en France nous impacte énormément, assure Olivier Robert. La Réunion est un marché de dégagement pour les éleveurs de métropole ».
Vendu moins cher, le bœuf importé domine très largement le marché du frais. Le plan Révia+, lancé en 2013 et visant à accroître la production tout en renouvelant le cheptel, doit permettre à la filière locale d’être plus compétitive et reprendre des parts de marché. « Nous avons volontairement revu les objectifs à la baisse, précise Olivier Robert. Il est important d’être réalistes ». En 2020, la coopérative, qui compte aujourd’hui 320 adhérents pour environ 6800 vaches, souhaite produire 2100 tonnes de viande par an contre près de 1513 tonnes en 2016.

Ces performances améliorées s’accompagnent d’une véritable politique de promotion du bœuf pays. Action de parrainage dans les magasins par les éleveurs eux-mêmes, nouvelle dynamique de travail avec les bouchers, mais aussi lancement de steaks hachés congelés pays et même de viande de bœuf en boîte, les projets ne manquent pas.
« Nous devons faire découvrir notre viande aux Réunionnais, martèle Olivier Robert. Savez-vous par exemple qu’il existe du boucané de bœuf ? De la merguez de bœuf ? Tout ça n’est pas assez connu mais nous avons beaucoup d’idées et, tipa tipa, nous avançons. »

Sica Révia – Centre d’élevage Mon Caprice – 97432 RAVINE DES CABRIS

/* ]]> */