Dossier spécial La Réunion RéuniMag

2017 sera l’année de la French Tech

Elodie Royer

En juillet 2016, La Réunion a rejoint le réseau French Tech. Une grande victoire pour Digital Réunion, qui portait le projet, mais aussi pour toute notre économie qui montre ainsi sa capacité à exister sur le plan national et international. Le point de départ de projets aussi nombreux qu’ambitieux.

Par Benjamin Postaire

La Réunion a intégré le très prestigieux réseau French Tech. Cela ne doit rien au hasard et reflète le potentiel de notre territoire, notamment concernant l’économie numérique, tout en étant le fruit du travail de Digital Réunion en collaboration avec l’ensemble des acteurs économiques privés et publics de l’île. Pourtant, pour Elodie Royer, tout a commencé par un concours de circonstances. « J’étais au mauvais endroit au bon moment », s’amuse-t-elle. Un jour de janvier 2016, elle se trompe de réunion et débarque alors que Philippe Arnaud, président de Digital Réunion, expose le projet « Réunion French Tech ». Depuis, elle est le « poisson-pilote » de la French Tech sur notre île.

« C’est avant tout un travail d’équipe », précise-t-elle d’emblée. Il est vrai que la French Tech, c’est d’abord un réseau, que La Réunion a intégré sur la thématique de la e-santé (Health Tech). Le rôle d’Elodie Royer désormais, animer tout un eco-système au plan local, national et international au bénéfice des start-ups réunionnaises du secteur. « Nous souhaitons faire émerger trois ou quatre « Tech Champions », des « licornes » comme on les appelle, soit des start-ups avec un fort potentiel de développement à l’international », explique la vice-présidente Innovation et Recherche de Digital Réunion.

Le cadre est posé, au potentiel de s’exprimer

Bien entendu, pour faire émerger ces « licornes », il faut créer les conditions de leur épanouissement. C’est tout le travail de fond que mènent actuellement Elodie Royer et les équipes de Digital Réunion. En plus de la cellule d’animation qu’elle pilote, sont mises en place cinq commissions (Entreprise & &Start-ups, Acteurs de santé, Financeurs Investisseurs, Recherche & Formation, Attractivité internationale) chargées de donner les grandes orientations stratégiques. Également à l’œuvre, un Comité consultation représentant l’ensemble des acteurs institutionnels, et un Comité éthique composé de professionnels de santé et de patients.

Le cadre est posé, au potentiel de s’exprimer. Le réseau French Tech, qui fonctionne selon trois étapes (fédérer, accélérer et rayonner), est une magnifique opportunité pour les porteurs de projets dans le domaine de la e-santé. Une vingtaine de ces porteurs se sont déjà manifestés auprès d’Elodie Royer mais nul doute qu’ils devraient rapidement être très nombreux. « Nous devons connaître leurs besoins pour les prioriser, explique-t-elle. Et puis il s’agit d’un projet collectif, les start-upers doivent en être acteurs ».

De Paris à Las Vegas

Collaboration et émulation, les valeurs centrales de La Réunion French Tech. Un projet qui fait rayonner l’île bien au-delà de ses côtes. Le 9 juin, à Paris, à l’occasion du festival international Futur en Seine, La Réunion French Tech coorganise une matinale santé numérique. « Même à distance, on peut collaborer sur des événements d’ampleur internationale », assure Elodie Royer.

Un peu plus tard dans l’année, les rôles seront inversés. Ce sont les acteurs internationaux qui viendront à La Réunion pour la deuxième édition du salon NxSE, dont l’une des thématiques sera la santé numérique. « Nous espérons faire venir des groupes d’acheteurs, d’investisseurs et d’industriels grâce au réseau French Tech », précise Elodie.

Enfin, simplement pour mettre l’eau à la bouche, elle conclut : « En 2018, le CES de Las Vegas aura pour thématique la santé numérique… ». La Réunion French Tech ne devrait pas être bien loin.

Vous êtes porteurs de projets dans le domaine de la e-santé ? Le Réunion French Tech est en marche, rejoignez-nous : healthtechisland@gmail.com

/* ]]> */