Karumag Positive economie

Le Rotaract booste les jeunes entrepreneurs

Rotaract

Une barre céréalière aux allures de petit pain doré, des éclats rosés de fruits et un doux parfum de miel… 

Il paraît tout simple mais c’est un met miraculeux : dégusté avec un peu d’eau, il assure une sensation de satiété pendant minimum deux heures. Le Rotaract, à travers son concours Speed Working, a récompensé cette année Les Délices de Nanah, la jeune entreprise artisanale qui en est l’auteur.

Par Julie Clerc

En bonus, sa recette est saine, riche en fibres, en vitamines et 100% locale : manioc et fruits locaux en sont les vedettes !
La créatrice de ces encas péyi servant à la fois de petit déjeuner express, de goûter pour les enfants et de coupe faim pour les adultes soucieux de leur ligne, c’est Meïdy Guiovanna, jeune entrepreneure (23 ans) du Lamentin diplômée en génie biologique. Le 20 mai dernier, son projet a séduit l’association Rotaract lors du concours Speed Working qui récompense les jeunes créateurs d’entreprise aux projets bien ficelés.

Le Rotaract, émanation du Rotary qui rassemble les 18-30 ans, est résolument tourné vers l’autre. « Nous réalisons des programmes humanitaires sur la lutte contre l’obésité, des galas de bienfaisance afin de récolter des fonds en faveur d’associations oeuvrant dans le domaine de la santé (lutte contre la drépanocytose ou les troubles « dys »), ou encore aidons à distribuer des kits d’hygiène dans les hôpitaux haïtiens », explique Karel Tarer, président du Rotaract.
« Nous nous attachons aussi à soutenir le développement personnel et professionnel via, entre autres, la mise en relation de jeunes au niveau caribéen et des séminaires de formation au leadership. Nous souhaitons aider à faire émerger les futurs leaders en rapprochant les jeunes du monde de l’entreprise ». Depuis sept ans, chaque année, le concours Speed Working encourage les initiatives locales. C’est toute une journée avec un concours, des mini-conférences sur la création d’entreprise, des stands de professionnels (experts comptables, Région, Adie) répondant aux questions d’une centaine de porteurs de projets, jeunes et moins jeunes.

En mai dernier, le concours a retenu dix dossiers sur une vingtaine de candidats. Le cahier des charges : avoir un bon business plan et être en cours de création d’entreprise ou chef d’entreprise depuis moins d’un an. Lors de notre entretien, Karel Tarer est manifestement fier de sa lauréate. « Cette année, avec Les Délices de Nanah, Meïdy Guiovanna s’est illustrée en gagnant un chèque de 2000 euros, une formation en gestion, trois ans de cours d’anglais et un abonnement au Spot (espace coworking de Jarry) mais aussi la garantie que le Rotaract fera parler d’elle », confirme le président. Gageons qu’elle va prendre un bel envol !

/* ]]> */