Après les ports métropolitains, les quatre ports ultramarins (Fort-de-France en Martinique, Port-Réunion à La Réunion, Dégrad-des-Cannes en Guyane et le port autonome de la Guadeloupe) vont également voir leur gouvernance réformée à l’horizon 2013. L’avant-projet de loi prévoie la création d’établissements publics qui auront une composition resserrée, avec une présence accrue des collectivités territoriales. La gouvernance sera assurée par un Conseil de surveillance de 17 personnes, un Directoire collégial et un Conseil de développement portuaire.