fbpx

Articles

La minute de Com’ : Sommes-nous prêts pour la mutation économique ?
Actualités des experts, Guyamag, Karumag, Madinmag

La minute de Com’ : Sommes-nous prêts pour la mutation économique ? 

Capture d’écran 2013-09-29 à 00.00.22par François Brichant

Avec la multiplication des moyens d’accès à l’information et la dématérialisation de nombreux biens de consommation, les attentes de nos clients sont en train de changer. Ne croyez pas que ce soit un phénomène résaervé à la génération Y, cela touche désormais toutes les générations. Ne croyez pas non plus que certains secteurs soient épargnés par la mutation économique. Si les secteurs de la consommation de biens culturels, les voyages et la banque ont été les premiers touchés, désormais ce sont tous les acteurs économiques qui doivent revoir leur modèle de distribution et diversifier leurs activités.

Nos marchés ultra-marins s’ouvrent à la mutation économique

Avec la distance et l’étroitesse de nos marchés, la mutation économique nous a peu touchés jusqu’à présent, mais les choses s’accélèrent. Les consommateurs sont friands de nouvelles technologies et cherchent des solutions pour faire baisser les prix. Les initiatives se multiplient pour permettre aux ultra-marins de profiter de la compétitivité et de la réduction des intermédiaires qu’offre le digital, pour préserver leur pouvoir d’achat. Parmi ces initiatives, le dernier kilomètre : la majorité des sites de e-commerce ne livre pas les Outre-Mer.

Qu’à cela ne tienne. Ingrid Maisonneuve, jeune Guadeloupéenne résidant dans l’Hexagone, a fondé Shop‘îles, pour faire le lien avec les sites nationaux et assurer la livraison de leurs marchandises à leur place. La nature a horreur du vide.

 

Faisons évoluer notre marketing pour rester dans la course

Face à cette nouvelle concurrence qui arrive, il faut trouver des réponses aux attentes des clients qui changent. Ils veulent bénéficier des même avantages que dans l’Hexagone : payer moins, avoir le choix, 24h/24 et 7 jours sur 7. La grande tendance, c’est de privilégier dorénavant l’utilité des produits et des services, et les bénéfices concrets qu’ils procurent. Cerise sur le gâteau : arriver à faire vivre une expérience unique au client, pour qu’il se souvienne de vous. Steve Jobs l’avait compris avant tout le monde, il y a douze ans, lorsqu’il avait créé son premier Apple Store, en s’inspirant de l’architecture des halls d’accueil des hôtels “Four Seasons” (ce qui se faisait de mieux, selon lui, en matière d’expérience client). Sa vision : dépasser la notion de prix sur les ordinateurs, désormais banalisés par la vente par correspondance de Dell, pour aller vers une relation plus riche, basée sur le bénéfice client.

Chez nous, si nous regardons bien, nous disposons d’atouts pour réussir la mutation économique. La proximité : nous connaissons nos clients comme personne. À nous de renforcer cette relation, en la valorisant dans nos messages et nos actions. Finies les offres de masse, nous sommes face à une masse de niches. Autre atout : la taille de nos entreprises, qui nous permet d’être réactifs et de nous adapter plus facilement à la grande mutation.

« Mieux vaut prendre le changement par la main, avant qu’il ne nous prenne par la gorge » (Winston Churchill).

Related posts