fbpx

Articles

DOSSIER – Poyo Surf Club : Le “Surf pour tous” selon Cyrill
Dossier spécial, Karumag

DOSSIER – Poyo Surf Club : Le “Surf pour tous” selon Cyrill 

Dans l’enceinte du “Poyo Surf Club”, ainsi nommé parce que né sur le spot de Bana-nier, il y a une bonne dizaine d’années, Cyrill Villoing fait œuvre de guide, de chantre inspiré d’une discipline dont les adeptes de tous âges ne cessent de croître, sur tous les spots de l’archipel où il leur donne rendez-vous. Rencontre déferlante.

 

Cyrill Villoing a le surf dans le sang. Depuis l’âge de 9 ans, depuis sa découverte passionnée d’un art marin de la glisse qui se joue avec grâce et fluidité des déferlantes sans cesse recomposées, des vagues en réunion qu’il s’agit d’épouser sans jamais s’en croire le maître. C’est à l’âge de 12 ans, au Moule où il habitait avec ses parents, sur le spot de Damencourt précisément, au cœur d’un environnement rêvé pour tous les passionnés de la mer, qu’il fait ses premières armes. “J’ai pu y pratiquer une activité sportive et ludique à la fois, qui m’a plu tout de suite.” Au point de le garder en fil rouge d’un parcours de vie hors normes, hors frontières. Mais le grand saut professionnel, en immersion dans le milieu du surf et de sa pratique quotidienne, au plus près des passionnés de tous âges qu’il initie à la discipline, n’est venu que bien plus tard…

Démocratiser le surf

Réalisme professionnel oblige, Cyrill se consacre d’abord à des études d’agriculture, jusqu’à passer un Brevet de technicien supérieur (BTS) en horticulture qui le destine à une tout autre carrière. Jusqu’à ce que, la trentaine arrivée, sa réelle passion le rattrape. “Les conjonctures de la vie m’ont offert l’opportunité de passer un Brevet d’État de surf. J’avais déjà la ferme intention de populariser cette discipline, d’en faire partager les vertus au plus grand nombre.”

Poyo Surf ClubLe “Poyo Surf Club” naît, il y a dix ans, des hasards d’une belle proximité : celle du terrain de famille, à Trois-Rivières, où il cultive madères, pamplemousses, cresson et fleurs, avec le spot de surf de Bananier, lieu-dit de Capesterre Belle-Eau, tout proche. “Un site idéal pour démarre mon activité de moniteur de surf”. Son Brevet d’État en poche (2002), il se lance, avec l’enthousiasme et la foi du passionné. Aujourd’hui, avec l’aide de son complice, Éric Fleury, il écume tous les spots de l’île, depuis sa base de Bananier, où s’initient aux mystères et joies de la mer les plus jeunes, en partenariat avec l’école primaire du lieu, ainsi qu’avec le collège Saint-Ruff de Capesterre Belle-Eau. Jusqu’aux aires de glisse du Moule, de Sainte-Anne, Saint-François, Anse-Bertrand… et jusqu’aux spots de Marie-Galante, partout où les adeptes de surf, de tous âges, venus de tous horizons, découvrent les secrets des grandes figures mythiques de ce sport – les take-off, bottom turn, cut-back, et autres aerials… -, ses dangers à éviter, comme ses pièges à anticiper. Le plaisir de la glisse et le partage de ses belles vertus en points d’orgue. Les techniques de glisse, les connaissances météorologiques du milieu marin comme le respect de l’environnement et la convivialité des rapports entre pratiquants sont à la base de l’enseignement dispensé par Cyrill. “Nous voulons leur inculquer l’aisance, mais aussi le respect, l’esprit d’indépendance et de discipline du marin”, à appliquer en toutes circonstances.

Pureté marine

Son “école itinérante” initie également aux autres déclinaisons des sports marins de glisse (bodyboard, stand up paddle…), qu’il fait découvrir et aimer par tous, les handicapés moteurs compris. “Nous avons créé Handi-Surf, l’association qui offre à tous ceux qui pensaient n’y avoir jamais accès l’univers ludique mais discipliné qui nous rassemble”. Sur ce terrain de jeu gratuit, naturel, le partage des sensations et le respect de l’environnement vont de pair.

Dans un mouvement perpétuel où la vague et sa pente ne sont jamais les mêmes, le “Surf pour tous”, selon Cyrill, peut être perçu comme l’épure ultime des sports de glisse, dont chaque disciple relève un défi permanent, en étroite communion avec un milieu marin, un cadre de vie exceptionnel, et où quelques règles de comportement et de principes de sécurité s’avèrent indispensables. Pour le mieux-être et le mieux-vivre de tous.

 

 

Related posts