Articles

GalWebDesign : L’innovation, valeur ajoutée de l’entreprise moderne
Guyamag, Positive economie

GalWebDesign : L’innovation, valeur ajoutée de l’entreprise moderne 

Pour Georges-Alain Langlat, vainqueur en 2009 du “Photoshop Talent”, Scoop du meilleur site Internet Antilles-Guyane dans la catégorie Entreprise la même année, “l’innovation, ce n’est pas un moment de création, ce n’est pas le début de l’entreprise, c’est la vie même de l’entreprise”. Il faut alors, sans cesse, innover. Rencontre.

Qu’est-ce qui t’a amené à créer Galwebdesign ? 

Georges-Alain Langlat : J’ai créé Galwebdesign (GWD) d’abord parce que je souhaitais innover, sans être contrôlé ou freiné. Ensuite, j’ai eu un parcours atypique. J’ai commencé mes études en France hexagonale et je les ai terminées en Guyane. Je m’y suis ouvert aux méthodes de gestion de projet, notamment RAD (*). Et d’un autre côté, comme enseignant, j’ai développé des compétences didactiques qui m’ont permis d’avoir une approche plus pédagogique avec le client.

Enfin, tout au long de mon parcours, j’ai rencontré des entreprises frileuses à l’égard des moyens de communication modernes. Le déclic s’est donc naturellement fait durant une recherche de stages. Je proposais aux entreprises de leur créer un site Internet. Quand j’ai vu le nombre impressionnant de réponses, j’ai compris qu’il y avait là un vrai besoin à satisfaire, un challenge intéressant à relever.

L’enseignement semble avoir joué un rôle décisif. 

C’est peu commun dans un parcours d’entrepreneur, non ? 

Ces deux dernières années, j’ai enseigné à l’université de Guyane, dans la section où j’ai eu mon diplôme. D’étudiant, je suis devenu enseignant. Entretemps, j’avais créé mon entreprise. Les échanges avec les étudiants m’ont permis d’optimiser, d’actualiser mes méthodes… et d’avoir un regard plus humble sur mon domaine d’activité. L’innovation, ce n’est pas un moment de création, ce n’est pas le début de l’entreprise, c’est la vie de l’entreprise. Quand on est entrepreneur, dans un secteur qui “monte”, on court le risque de se laisser prendre par le confort, le conformisme.

Comment te positionnes-tu dans ce contexte d’engouement de la société civile pour le numérique ? 

L’engouement de la société civile pour le numérique ne doit pas nous faire oublier que le numérique présente des atouts et des risques. C’est un outil qu’il faut maîtriser, plutôt que de permettre qu’il nous maîtrise. Le positionnement de GWD prend en compte cette donnée essentielle : il ne s’agit pas seulement d’apporter des solutions de communication, mais d’accompagner le client dans sa stratégie. On ne se met pas sur Facebook pour se mettre sur Facebook. On identifie d’abord un besoin. Ensuite, on y répond.

Quelles sont les perspectives de développement ? 

Le marché guyanais est en pleine expansion. Plus de jeunes, plus de clients, plus de demande. Être identifié ne suffit plus lorsqu’on devient plus nombreux. Mais les pratiques marketing d’il y a dix ou vingt ans ne suffisent plus pour se faire connaître et mettre en avant son savoir-faire. Notre ambition est de proposer une offre locale, de qualité,  à la pointe.

On développe un panel de projets collaboratifs faisant intervenir des professionnels reconnus et avant-gardistes dans le domaine de la formation, de la photographie ou de la création graphique.

On soutient des associations sportives et culturelles ayant des pratiques de communication modernes et des ambitions d’expansion. À partir de fin 2014, on lance des produits dématérialisés pour les entreprises, allant de la carte de vœux animée au catalogue virtuel.

Enfin, last but not least, on finalise le développement d’un portail Internet d’un nouveau genre : en un clic, vous accédez à la communication de toutes les collectivités du pays !

Précisément, aujourd’hui 90% des entreprises sont des TPE. Ce tissu peut-il profiter d’une révolution numérique ?

Je pense que ce tissu non seulement le peut mais le doit, parce qu’il y va de l’émergence d’une économie durable en Guyane. Il y a l’enclavement géographique, mais il y a aussi un enclavement numérique : les entreprises n’ont pas accès aux nouvelles technologies.

Le territoire est vaste, comme l’est la clientèle sur ce vaste territoire, tout comme les collaborateurs potentiels, etc. Un dessinateur à Maripasoula peut travailler avec un graphiste à Cayenne et un intégrateur à Saint-Georges.

Une révolution numérique touche donc autant l’offre que la demande. Elle peut permettre de connecter, mutualiser les TPE qui ont rarement un budget ou un service communication, face à un marché dont la clientèle est en expansion et dont les contraintes topographiques sont coûteuses. L’entreprise réduit ainsi les coûts en maximisant l’impact sur sa cible client. Une “newsletter” d’une zone commerciale ou industrielle est un bon exemple de mutualisation.

(*) RAD : Rapid Application Development

28 octobre, Journée international du créole !

Pindjòkò et Guyamag vous propose un publireportage en français traduit en créole.

Lannen 2009, Jòrjalen LANGLAT ganyen konkour Photoshop Talent, ké pri Scoop du meilleur site Internet Antilles Guyane annan katégori Lantrépriz, menm lannen-an osi. Pou li, linovasyon, a pa roun jou ou ka kréyé roun bagaj, a pa koumansman lantrépriz-a non plis, a lavi lantrépriz-a. …kidonk ou blijé tout tan, fè nòv.

Kouman to rivé gen lidé kréyé Galwebdesign (GWD) ? 

Mo kréyé Galwebdesign pas mo té lé fè nòv, san mo anba lòpsyon pésonn, san yé frennen mo. A pronmyé rézon-an. Bon épi mo pa swiv chimen tout moun, mo koumansé fè létid Lafrans, mo fini yé atè Kayenn. A la mo dékouvri diféran fason pou jéré projé, kou RAD (*). Mo ka fè lékòl osi, kilédi mo dévlopé konpétans mètlékòl, ka pèrmèt mo fè plis pédagoji ké kliyan-an. Dézenm rézon-an, a ki asou tout mo chimen, mo kontré ké lantrépriz ki pa té djen cho pou tout sa ki kominikasyon modèrn. I gen roun moman, pannan tan mo té ka sasé roun èstaj, mo propozé lantrépriz-ya fè yé paj Internet. Roun lo ké roun patché lantrépriz modé, é a konsa lidé-a mi li rounso. Mo konprann ki a té roun bézwen pou lantrépriz-ya, ki a té roun bèl défi pou mo.

Aparaman a fè lékòl ki pèrmèt to la jodla. A pa bagaj nou ka wè souvan koté antréprénò-ya, sa to ka di ?

Sa dé dèrnyé lannen-yan, mo fè lékòl annan linivèrsité Lagwiyann, annan menm klas koté mo fè mopa létid. Mo té étidyan, mo vini mètlékòl, men mo kréyé mo lantrépriz. Boukanté ké étidyan-yan pèrmèt mo chanjé mo fason travay-ya, yé pli éfikas, plis annan sans nou lépòk…sa pèrmèt mo wè mo aktivité ké timoso imilité. Linovasyon, a pa roun jou ou ka kréyé roun bagaj, a pa koumansman lantrépriz-a non plis, a lavi lantrépriz-a. Lò ou ka kréyé roun lantrépriz annan roun biznès ka maché, fo ou panga pa dronmi asou ou loryé, sa lé di osi pa fè kou larèstan.

Kouman to ka plasé to kò ké sa chalò ki monté asou moun pou sa zafè nimérik-a ?

Sa chalò ki monté asou moun pou zafè nimérik-a, i pa pou tiré a nou tèt ki nimérik gen so dousò ké so anmè. Fo nou métrizé sa zouti-a, pasé i métrizé nou. Pou GWD, a pa loutou di mennen solisyon kominikasyon bay kliyan-an, fo maché ké li annan èstratéji-a menm. A pa fè roun paj asou Facebook pou fè roun paj asou facebook. Nou ka gadéwè pou roun bézwen. Aprèsa nou ka trapé so répons.

Kisa to pouvé prévwè di bon pou GWD ?

Marché péyi-a ka vini gran ké ti kouri. Plis jenn, plis kliyan, plis travay. Ki yé konnèt ou lantrépriz pa ka asé lò ou ka pli bokou annan menm biznès-a. Men sa yé té ka fè ké marketing i gen dis obyen ven lannen, pa ka maché ankò pou voyé sa ou konnèt fè pi divan. Nou lanbisyon a propozé roun prèstasyon lokal, ké kalité, épi ké tèknik ki pi vayan-yan. Nou ka travay asou diféran projé, koté profésyonnèl ki ja montré yé mèt annan fòrmasyon, fotografi, obyen kréyasyon grafik, pouvé poté yé kontribisyon. Nou ka maché ké asosiyasyon èspòrtif ké kiltirèl ki ja annan kominikasyon modèrn épi ki lé louvri yé zèl. Pou finisman 2014, nou ka travay asou prodwi nimérik, pou lantrépriz-ya, di kart pou fété jouk katalòg virtchwèl. Poufinkésa, dèrnyé mòrdan-an, nou ka bout ké dévlòpman roun paj Internet konvwé zòt pa jen wè : ké roun klik, zòt ka jwenn ké kominikasyon tout kolèktivité péyi-a.

Jodla 90 % lantrépriz-ya, a lantrépriz toupiti (TPE). Ès sa twèl TPE-a pouvé bénéfisyé di roun révolisyon nimérik ?

Mo lidé ka di mo sa twèl TPE-a pouvé, men sirtou i divèt, pas sa pé pèrmèt roun vrè lékonomi dibout épi tchenbé annan péyi-a. I gen lanklavman jéyografik, men i gen lanklavman nimérik osi : lantrépriz-ya pa pé wè koulò nouvo tèknoloji-ya. Péyi-a gran, kliyan-yan lwen, lantrépriz nou té ké pouvé travay ké yé-ya lwen osi, ké ròt ankò. Roun lantrépriz ka fè désen laro Maripasoula, pouvé travay ké roun ka fè grafiz asou Kayenn ké roun ka fè entégrasyon pa bò Senjòrj. Kidonk roun révolisyon nimérik ka touché ni sa ka fè prèstasyon, ni sa ka doumandé prèstasyon. I pouvé lyannen TPE épi pèrmèt yé fè lékonomi. Souvan yé pa gen soumaké yé pa gen sèrvis kominikasyon, san konté yé pou plasé yé kò asou roun marché koté kliyan ka bokou, épi koté problenm topograpfik ka kouté chè. Kilédi lantrépriz-a ka péyé mwens, pannan tan i ka touché so kliyan pi byen ankò. Roun newsletter asou roun zonn komèrs ké lendistri, a roun bon lègzanp pou wè TPE travay ansanm pou péyé mwens.

(*) RAD : Rapid Application Development

 pindjoko@gmail.com – 0694 98 44 66 

 

Commentaire Facebook

Related posts