fbpx

Articles

Les 10 ans de Sixt Guadeloupe
Karumag, Madinmag, Positive economie

Les 10 ans de Sixt Guadeloupe 

Le 6 février dernier, Sixt Guadeloupe organisait une fête aux couleurs allemandes, pour ses 10 ans. L’occasion de découvrir une entreprise pas tout-à-fait comme les autres.

Les serveuses en tenue bavaroise, la bière, la choucroute… Tout était réuni pour nous faire vivre une fête de la bière digne de ce nom, jusqu’au discret accent de notre hôte, le gérant de Sixt Guadeloupe, Heinz Verhaegh. Le président de Sixt Allemagne aurait dû, lui aussi, être présent pour célébrer la réussite de l’agence de Guadeloupe, mais un souci de dernière minute l’en a malheureusement privé. La fête, elle, n’a souffert aucun contretemps, bien au contraire. Le cocktail s’est achevé aux alentours de 3h du matin. Pour Heinz Verhaegh, si une société marche bien sûr par son chiffre d’affaires, « elle marche aussi par ses employés, par leur unité et leur harmonie ». Ce soir-là, les 98 invités — banquiers, concessionnaires automobiles et autres partenaires de Sixt — étaient conviés à voir par eux-mêmes ce qui fait de Sixt une entreprise qui fonctionne.

Success story 

La promesse du succès n’était pas écrite à l’avance. En 2004, Heinz Verhaegh reprend l’entreprise « à la barre du tribunal ». L’agence à laquelle il décide de se consacrer vient alors de faire faillite. Son plan de redressement sous le bras, Heinz Verhaegh entreprend de remonter Sixt Guadeloupe, en profitant des outils performants de la marque et de leur philosophie d’exigence et de service. Résultat, au cours des 4 dernières années, à trois reprises, l’agence de Guadeloupe a été élue “meilleure franchise”, parmi les 109 pays où Sixt est implanté.

Aujourd’hui, l’agence compte 11 employés et 7 prestataires. Heinz conserve sa position de gérant et a passé les rênes de la direction à sa fille. Une transmission qui épouse sa conception familiale de l’entreprise. Pour lui, qui se dit « fier de ses employés », Sixt Guadeloupe, « c’est plus qu’un métier, c’est une famille ». La preuve sans doute avec le processus de recrutement, où tout candidat rencontre d’abord deux employés avant de décrocher un entretien avec le gérant ou la directrice. La dernière recrue ne doit même son embauche qu’à l’insistance des employés… « Ils ont eu raison de me convaincre, juge Heinz quelques mois plus tard. Elle a très vite appris le métier. »

Farfelu Heinz Verhaegh ? Il se définirait comme rigoureux. On le voit aussi comme un patron très présent et attentif, capable aussi bien de réunir son équipe tous les lundis pour un tour de table, que de conduire la navette qui récupère les clients au sortir de l’avion. Comme il y a 10 ans.

Related posts