Articles

Netactions : un autre regard sur la modernité
Guyamag, Positive economie

Netactions : un autre regard sur la modernité 

Bien que prometteur, le métier de “community manager”, ou gestionnaire de communautés, souffre parfois encore de certains préjugés. Levons-les ensemble…

Souvent, au moment où est évoqué la profession de “community manager”, les réactions sont vives !

«Ha oui, vous passez votre vie sur Facebook, c’est cool comme job ! ».

Oui ! C’est effectivement, entre autres, travailler sur Facebook !

(Qui, ceci dit, rassemble pas moins de 1,3 milliard d’utilisateurs).

Mais ne vous y trompez pas ! Voici un métier dans lequel il est rare de compter ses heures et qui demande énormément de rigueur, de professionnalisme, et d’organisation.

Les réseaux sociaux, facteurs clés de succès

2h25. C’est, en moyenne, le temps passé chaque jour par un internaute sur les réseaux sociaux en 2014. Et ce sont plus de 2 milliards d’utilisateurs qui regardent, lisent, partagent et commentent de l’information, qu’elle soit personnelle  ou professionnelle !

La notoriété d’une entreprise et de ses produits peut donc être améliorée à l’aide d’une communication, rythmée, réfléchie et en adéquation avec les attentes des internautes.

Mais le bénéfice à en tirer ne s’arrête pas là ! Le rôle d’un “community manager” est également de créer des interactions entre l’internaute et l’entité qu’il représente.  Ces échanges lui permettent de collecter de précieuses informations, nécessaires à l’élaboration des grands axes stratégiques de l’entreprise.

Communiquer différemment

Une page Facebook, un compte Instagram, etc. sont autant de lieux d’expression privés pour l’internaute. Il choisit ce qu’il veut y diffuser. C’est pourquoi il est déconseillé d’y adopter un langage trop institutionnel. L’information doit y être légère, décalée, originale et bien orchestrée.  Ce dernier point est primordial.

Comme tous les autres médias, chaque réseau social a ses utilisateurs et donc ses “codes”. Prenons l’exemple du hashtag pour #Twitter !

Nombre de langages sont à connaître et à appliquer selon le support et le contexte. En effet, on ne communique pas de n’importe quelle façon sur les réseaux sociaux ! Ce sont des lieux d’échange primordiaux, dans la mesure où ils permettent à l’entreprise, la marque ou l’organisme, d’être au plus proche de leurs consommateurs ou futurs consommateurs.

Concrètement “un community manager”, c’est…

Le “community manager” est un communiquant constamment en veille ! Internet ne dort jamais (sauf pendant les Jours gras en Guyane) ! Il vous assure une présence permanente sur la Toile, avec un contenu adapté. Il a pour rôle de promouvoir votre société ou organisme. Voyez également, ici, un excellent moyen de garder la main sur votre image de marque. Tout est dit sur Internet et très rarement à demi-mot ! Nous parlons alors de e-reputation.

Le “community manager” sait ce qui est dit et devient même, à terme, l’intermédiaire privilégié des internautes.

Il est tout aussi bien capable de fédérer une communauté, que de gérer des situations de crise, telles que des remarques négatives ou un “bad buz”. En répondant aux besoins exprimés sur les réseaux sociaux par les internautes et consommateurs, il veille ainsi à établir une réelle interaction et un climat de confiance. En bon agent infiltré, il a aussi pour mission de se tenir informé des nouveautés, et notamment, de celles de la concurrence.

Le “community manager” est un élément stratégique dans la prise d’informations et de décisions.

Ce que nous devons retenir

Il est aujourd’hui indispensable d’être présent, mais surtout actif sur Internet.

Cette présence passe par les réseaux sociaux, qui représentent des plateformes d’échange incontournables dans le quotidien de milliards de personnes. Il faut donc être conscient et capable de mesurer, mais aussi de contrôler, l’impact que peut avoir une communication sur ce type de supports.

Nous espérons vous avoir démontré, à travers ce court article, tous les atouts que peut constituer un bon “community manager” pour une entreprise.

En souhaitant qu’un jour prochain, ceux-ci n’aient plus à argumenter pour convaincre qu’il s’agit d’un vrai métier !

Related posts