Articles

DOSSIER Entreprendre au féminin – BNP Paribas
Dossier spécial, Karumag

DOSSIER Entreprendre au féminin – BNP Paribas 

BNP Paribas accompagne l’entrepreneuriat au féminin

BNP Paribas, leader sur le marché des entreprises et de la Banque Privée, réaffirme sa volonté de soutenir l’entrepreneuriat au féminin. Rencontre avec Catherine Linel, responsable Marketing et Communication en Guadeloupe.

Pourquoi cette démarche auprès des femmes qui entreprennent ?
Catherine Linel : Soutenir l’entrepreneuriat au féminin est un des leitmotivs du groupe BNP Paribas. Marie-Claire
Cappobianco, directeur des Réseaux France et membre du Comité Exécutif de notre groupe a d’ailleurs co-écrit avec Martine Liautaud, fondatrice du réseau WBMI (Women Business Mentoring Initiative) un guide à l’attention des femmes, « Entreprendre au féminin, mode d’emploi »
(éditions Eyrolles). BNP Paribas, banque responsable, s’investit dans ce domaine en métropole à travers diver-ses actions. Créer une dynamique similaire aux Antilles est logique, a fortiori dans ces territoires où la femme est souvent cantonnée au rôle de soutien familial. Or, un tiers des créations d’entreprise est le fait de femmes ! Et les études montrent que les résultats des femmes entrepreneures sont au moins aussi bons que ceux des hommes.
Dans l’avenir, il faudra compter avec ces femmes entrepreneures. BNP Paribas tient à accompagner 50 % de la population susceptible d’entreprendre ! Soutenir la dynamique de ces femmes peut avoir un impact très positif sur l’essor économique de nos régions. Il est important de les valoriser et de les encourager, dans la lignée de pionniers telles que les associations Fem doubout et Guadeloupe Business Women.
Forts de la logistique du groupe BNP Paribas, nous voulons mettre en place des actions donnant envie et confiance aux femmes qui veulent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Car elles ont souvent un parcours solitaire, rares sont les femmes de réseau. Et par manque de confiance en elles, elles osent moins prendre de risques et entreprendre que les hommes. Elles ont besoin de savoir où et à qui elles peuvent s’adresser.

Quelles actions allez-vous mettre en place ?
A la rentrée de septembre, une série de rencontres sera proposée, qui leur permettra d’entrer en contact avec des banquiers, experts comptables, coaches, responsables communication, webmasters et spécialistes du digital, journalistes… L’occasion de bénéficier de compétences et d’élargir un horizon parfois bouché.
Et parce que rien ne vaut la preuve par l’exemple et le mentoring, nous souhaitons faciliter le contact entre les femmes qui ont entrepris et réussi, et celles qui se lancent dans l’aventure.
Au programme également, des conférences débats, organisées autour de thématiques telles que le business plan, le financement de matériel ou de locaux commerciaux, l’accompagnement bancaire au quotidien, le déve-loppement de l’entreprise à l’international, la prospection, la fidélisation clients, l’innovation, etc. Nous voulons faire bénéficier les femmes, de nos solutions bancaires et de notre expertise.
La clé de voûte de nos actions sera un concours avec appel à projets récompensant les créatrices qui feront preuve d’audace, de pertinence et de cohérence.
Nous offrirons un accompagnement financier et logistique. Il est important d’avoir des moyens financiers pour s’installer ou se développer mais il est primordial d’être bien conseillé et guidé. Des experts en comptabilité, en marketing et en coaching, partenaires de nos opérations, suivront et accompagneront nos lauréates pendant un an.
Cette opération se veut pérenne : l’objectif est de valoriser une communauté qui regorge de talents. Or la relation bancaire est au cœur de la création d’entreprise : nous voulons montrer aux femmes comment venir à nous, la posture, le langage, la crédibilité dont elles doivent se prévaloir.

Comment améliorer l’accompagnement des entrepreneures ?
Il faut prendre en compte les caractéristiques de l’entrepreneuriat féminin et leurs difficultés spécifiques, qui divergent du rôle de la femme au sein de la famille. Nous devons lutter contre certaines idées reçues et changer profondément les mentalités. J’aime l’idée que de nombreux hommes s’enrôlent à nos côtés et qu’ils aient un point de vue éclairé sur l’importance de soutenir les femmes créatrices de valeurs ajoutées. Nous estimons qu’il y a autant d’énergie, de capacité d’innovation et de gestion chez les femmes que chez les hommes. Il faut faire bouger les lignes :
il est important d’écouter les femmes, de comprendre leur situation, leurs ambitions et leurs projets. Et de les aider à aller plus loin, à voir plus grand, à oser.

Related posts