Articles

Le Mémorial ACTe, phare de la diversité culturelle
Culture et plaisir, Karumag

Le Mémorial ACTe, phare de la diversité culturelle 

Nommé président du MACTe par Victorin Lurel, Jacques Martial se consacre à faire rayonner dans les Caraïbes et dans le monde la plus grande institution muséale consacrée à l’esclavage. Le but : que ce phare de la diversité culturelle transcende l’Histoire et harmonise l’avenir.

Pourquoi chaque Guadeloupéen devrait-il se rendre au Mémorial ACTe ?

Jacques Martial : Le MACTe nous donne rendez-vous avec notre histoire. Le monde a besoin de renouer avec la diversité culturelle et la totalité de l’Histoire. Or l’histoire de l’esclavage a été occultée, créant des non-dit et des refoulements qui nous ont envahis. C’est pour rompre ce cercle vicieux que chaque Guadeloupéen doit visiter le Mémorial ACTe.

Le MACTe devait exister sur une terre qui a été victime de l’esclavage et c’est la nôtre qui l’accueille. Chaque Guadeloupéen doit réaliser cette chance historique et se saisir de ce moment en venant le visiter.

Comment le MACTe s’empare-t-il de sa dimension symbolique ?

Sa réalité architecturale et son ancrage urbanistique sont nés de la vision d’un homme. Victorin Lurel a compris l’enjeu et la formidable opportunité de ce projet. Choisir la friche industrielle d’une ancienne usine sucrière, Darboussier, intimement liée à l’histoire de l’esclavage, est une manière de se saisir d’un passé violent pour en faire jaillir un sens lumineux. En optant pour un quartier populaire, M. Lurel a choisi de favoriser la mixité culturelle et sociale.

Le MACTe, c’est un bâtiment long de 240 mètres dédié à l’Histoire et à la culture, le pari d’un superbe gigantisme…

Rien dans la Caraïbe ni dans le monde n’est comparable au geste des architectes Berthelot, Mocka-Celestine, Dore et Marton. Par leur parti-pris architectural « silver roots on a black box », ils ont dessiné un lieu à la mesure du sujet traité et de l’hommage à rendre à ces femmes et à ces hommes mis et morts en esclavage ; à ceux qui ont survécu pour que nous puissions exister. Ils ont donc fait le choix de l’excellence et de la beauté. Le MACTe incarne le désir de faire parler la terre de Guadeloupe au reste du monde et aux Guadeloupéens.

Quel rôle jouent l’exposition permanente et l’art contemporain au sein du Mémorial ACTe?

La traite transatlantique est un moment fondateur de notre modernité et de la mondialisation dans ce qu’elle a de brutal et d’agressif. Celle qui nie la diversité culturelle et tente de nous rendre esclaves de produits matériels fabriqués par d’autres au profit d’une minorité. L’esclavage est aussi cela :
la négation de la richesse de chaque être humain et de chaque culture dans ce qu’elle peut apporter à l’autre.

L’exposition permanente décrypte les mécanismes historiques de l’esclavage pour qu’ils soient déconstruits et jamais reproduits. Elle nous arme mieux pour libérer notre psyché et ceux qui encore aujourd’hui sont sous l’emprise de l’esclavage physique et mental. Cette exposition expli-cite aussi comment nous sommes sortis de l’esclavage et les résistances individuelles et collectives qui ont été menées pour ce combat vers les libertés. Elles nous permettent d’espérer et de croire en la capacité de changer les choses.

Artistiquement, son parti-pris est de parler à tous nos sens autant qu’à notre intelligence et à nos émotions. Elle fait dialoguer nos consciences avec le passé au travers d’artefacts et de témoignages, traversant le temps pour montrer qu’il n’y a pas rupture.

Que nous réserve le Mémorial ACTe à la rentrée ?

Des moments culturels forts : des rendez-vous autour de la parole, du conte et du créole sur le Morne Mémoire ; des ateliers pour jeunes et adultes offrant des outils de compréhension de l’exposition et des manifestations liées au mois du créole (“Kréyòl an mouvman”) en partenariat avec le Conseil départemental.

Notre première grande satisfaction pour cette rentrée est que, grâce à la convention signée avec la Direction des affaires culturelles et le Rectorat, tous les scolaires viendront visiter le Mémorial ACTe.

Mémorial ACTe

Darboussier, rue Raspail

97110 Pointe-à-Pitre

Tél.: +590 (0)590 25 16 00

Mail : contact@memorial-acte.fr

Internet : www.memorial-acte.fr

Dans la même catégorie