Articles

FTPE Martinique : « Il faut du rêve pour évoluer et grandir »
Madinmag, Positive economie

FTPE Martinique : « Il faut du rêve pour évoluer et grandir » 

Créée il y a tout juste 2 ans, la Fédération des Très Petites Entreprises de la Martinique ne cesse de croître et compte à ce jour plus de 300 adhérents. Véritable outil de développement, la structure accompagne non seulement les chefs de très petites entreprises dans leurs démarches quotidiennes mais elle les pousse à voir plus grand et pourquoi pas à devenir la PME de demain. Rencontre avec son Président, Philippe Négouai.

La FTPE qu’est ce que c’est ?

Philippe Négouai : La Fédération des Très Petites Entreprises, c’est une association qui a vu le jour pour fédérer les TPE, pour leur donner plus de pouvoir, plus de poids, faciliter les relations avec les tiers mais également aider les TPE à devenir des PME, voire des multinationales ! On a ce rêve fou et ambitieux… peut-être utopique, mais il faut du rêve pour évoluer et pour grandir.

En quoi la FTPE peut être considérée aujourd’hui comme un élément incontournable du paysage martiniquais ?

Beaucoup d’actions concrètes et efficaces ont été mises en place en très peu de temps : le moratoire avec le RSI, le partenariat avec la sécurité sociale… Nous avons signé une convention avec 6 banques afin de faciliter l’accès au financement pour donner à la TPE la place qui lui revient ! Si nous sommes presque 350 adhérents c’est bien parce que les résultats sont là, les gens sont contents, le bouche-à-oreille fonctionne.

En dépit d’une situation économique assez morose quels sont vos objectifs à court terme ?

Nous croyons qu’une entreprise ne fonctionne pas uniquement par rapport à son environnement. La grande force d’une TPE réside dans sa capacité à manager les incertitudes, les périodes de turbulences, à s’adapter, même si aujourd’hui il est difficile d’avoir une vision à court, moyen et long terme. La TPE réagit vite, comme on dit chez nous elle est « débrouillarde », efficace, souple. Quel que soit le contexte, nous avons cette capacité et presque l’obligation d’aller vers un plein développement.

Concrètement, quelles actions sont mises en œuvre sur le terrain par la Fédération en faveur des TPE ?

Sans fondations on ne peut construire une maison ! Nous aidons les TPE à se structurer, à maîtriser leur fonction comptable et financière afin d’administrer sainement leur business : Renvoyer le courrier dans les temps, faire les diverses déclarations… tout cela c’est la base ! De même, beaucoup de TPE, par exemple, ne veulent pas recruter parce qu’elles ne savent pas bien gérer les ressources humaines… Nous sommes là pour les accompagner à chaque étape de la vie de leur entreprise. Si un particulier à un projet, il peut venir nous voir ! Nous accompagnons beaucoup les entrepreneurs qui veulent se lancer avec un statut de société. Nos adhérents ont de 0 à 20 salariés, nous avons même des TPE qui sont dans une phase de transition et qui commencent à devenir des PME !

Vous organisez un colloque à la fin du mois de novembre, dans quel but ?

Le colloque répondra justement au problème de financement. On a deux mondes dos à dos : la banque et la TPE. La première a tendance à stigmatiser la TPE, au motif qu’elle n’est pas toujours sérieuse ! Elle n’est pas valorisée parce qu’elle ne génère pas des millions de chiffres d’affaires… Bref, aujourd’hui, la qualité du service bancaire dédié aux TPE n’est pas bonne, il nous faut inverser la vapeur. Mais les torts sont partagés, de leur côté les TPE sont mal organisées, ce qui ne favorise pas une relation de confiance. Alors soit on entre en guerre, soit on est dans une recherche de solutions… Ce colloque va rapprocher deux mondes qui ne se comprennent pas toujours et qui se connaissent mal en réalité.

Commentaire Facebook

Related posts