Présente dans le paysage économique martiniquais depuis 45 ans déjà, la SARA – qui produit et fournit les carburants et l’énergie nécessaires aux trois DFA – propose au public d’en découvrir un peu plus sur ses activités à travers une mini exposition qui se tient jusqu’à la fin du mois de mai 2016 au Pavillon Bougenot à Fort de France. 

Ouverte au grand public, la mini exposition consacrée à l’histoire de la SARA  se fond littéralement dans le décor du salon de lecture du Pavillon Bougenot.  Loin de l’agitation de la ville, l’expo nous propose de faire un voyage dans le temps : des coupures de presse jaunies annonçant l’ouverture il y a plus de 4 décennies, aux  photos d’époque, tout y est ou presque.

La SARA est au coeur de l’économie de la Martinique de la Guadeloupe, et de la Guyane

Il était important de monter une exposition comme celle ci afin d’atteindre un public le plus large possible comme nous l’a expliqué Nathalie Chillan, directrice de la communication de la SARA.“C’est aussi une manière de toucher le jeune public car notre site SEVESO* est interdit aux moins de 12 ans”, explique t-elle avant de rappeler que “la SARA est au coeur de l’économie de la Martinique de la Guadeloupe, et de la Guyane”. 

Les procédés de raffinage, les équipements, les différents corps de métiers ou encore l’engagement de la SARA pour la préservation de l’eau et des milieux aquatiques, n’auront plus aucun secret pour vous ! On découvre par exemple en cours de visite que toutes les eaux industrielles (eau de refroidissement etc…) de la raffinerie sont épurées et débarrassées de leur charge polluante avant d’être rendues au milieu naturel.

IMG_9537
Echantillons de gasoil et autres font également partie de l’exposition

L’exposition “La Sara fleuron de l’industrie aux Antilles Guyane” est visible du lundi au samedi, jusqu’au 30 mai 2016 au Pavillon Bougenot, 82 rue Victor Sévère à Fort de France.

*Pour rappel la directive dite SEVESO demande aux Etats et aux entreprises d’identifier les risques associés à certaines activités industrielles dangereuses et de prendre les mesures nécessaires pour y faire face.

A.O