Madinmag Services

Maître Boulogne Yang-Ting : le droit des victimes

Maître Boulogne Yang-Ting

Avocate et docteur en droit, Maître Boulogne Yang-Ting est titulaire d’un diplôme de l’Ecole du barreau de Paris. Elle a aussi été la première femme maître de conférences au barreau de la Martinique. Outre ses compétences en droit bancaire et commercial, Maître Boulogne Yang-Ting est diplômée en réparation des préjudices corporels. A l’issue d’un double cursus en droit des victimes pour la réparation de préjudices corporels, elle est diplômée des universités de Toulouse et de Montpellier. Rencontre avec une militante du droit des victimes.

Propos recueillis par Marlène François

Comment définissez-vous le droit des victimes ?

Maître Boulogne Yang-Ting : Le droit des victimes se concentre sur les événements indemnisables tels que les accidents de la circulation, du travail, de la vie privée (pratiques sportives, accidents domestiques, activités scolaires…), les agressions et infractions : (harcèlements dans le milieu scolaire et sur le lieu de travail, atteintes à la dignité, agressions sexuelles, menaces, insultes, violences conjugales), les erreurs médicales, les événements relatifs aux intempéries… Les victimes ont trop souvent l’impression d’être oubliées par la société et spoliées dans leurs droits. J’ai à cœur de défendre leurs intérêts afin qu’elles bénéficient des évaluations les plus abouties et faire en sorte que les indemnisations leur permettent de reprendre le cours de leur vie.

Jusqu’où va votre intervention dans la réparation ?

Mon rôle d’avocate est de déterminer le niveau des préjudices subis et ainsi évaluer le montant des dommages-intérêts qui seront demandés au tribunal ou à l’assureur pour indemniser un client. De plus, mes compétences en droit des victimes me permettent de conseiller, d’accompagner et de soutenir les victimes et leur famille. Par la suite, je les assiste et les représente lors des expertises. En général, les experts tiennent un discours jargonneux qu’il m’est permis de saisir étant formée en cette matière. Ainsi, le dialogue, à armes égales, fait en sorte que la victime ne soit victime une deuxième fois en étant peu ou mal indemnisée. Cela ne se limite pas toujours à une question pécuniaire, il faut aussi réparer une blessure. Au-delà de l’aspect juridique, il s’agit de mettre en place un accompagnement psychologique voire psychiatrique si les symptômes le requièrent.

Quels types de dommages rencontrez-vous dans le traitement de ces affaires ?

Parmi les plus graves, on note : polytraumatisme, amputation, paraplégie, tétraplégie, brûlure, cécité, traumatisme crânien… Des dommages qui exigent une indemnisation et doivent conduire à une réparation intégrale afin de restaurer la dignité de la victime. Elle doit pouvoir retrouver par équivalence les moyens dont elle disposait avant son trauma.

Pourquoi est-ce important de se faire représenter par un avocat lorsqu’on est victime ? 

Toute victime est en droit de solliciter la réparation intégrale des préjudices subis (matériel, financier, professionnel, physique, moral…). Un avocat formé en cette matière peut établir rapidement une première évaluation de la situation et par sa réactivité, il fera cesser les premiers troubles en prenant les mesures adaptées. En général, un expert judiciaire évalue les conséquences du trauma sur tous les aspects de la vie de la victime (sociale, professionnelle, familiale…). A ce stade, il est important d’être bien accompagné, non seulement pour évaluer correctement les incidences du trauma, mais aussi pour déterminer le chiffrage qui en est la résultante. Par ailleurs, la procédure étant souvent longue, la présence d’un avocat est souhaitable pour assister la victime auprès du tribunal correctionnel voire en cours d’assises.

En quoi consiste l’indemnisation ?

Elle prend en compte les atteintes à l’intégrité physique et morale, les souffrances, la perte d’une ou plusieurs fonctions physiques ou psychiques, la perte d’un salaire, d’un gain, d’une activité professionnelle, les préjudices esthétiques ou sexuels, l’adaptation du logement voire d’un véhicule à la nouvelle réalité de la victime.

CBYT

Corinne Boulogne Yang-TIng

11, rue Moreau de Jonnes – 97200 Fort-de-France

0596 78 74 80 – cytavocat@orange.fr

www.avocat-yang-ting.fr

/* ]]> */