Articles

« Guyane » Saison 2 : Silence, on tourne !
Guyamag, Portraits

« Guyane » Saison 2 : Silence, on tourne ! 

Le tournage de la série « Guyane » a démarré fin 2017. Il s’agit de la deuxième saison de cette série d’aventure produite par Mascaret films et Shine Films pour Canal +. C’est parti pour quatre mois d’un tournage de huit épisodes tournés intégralement en Guyane. Focus sur le casting avec Marc Barrat et Réjane Gay.

Propos recueillis par Aurore Portelli

Racontez-nous le casting…

Réjane Gay : Nous identifions dans nos réseaux respectifs, des personnes susceptibles de pouvoir incarner au mieux les personnages décrits dans le scénario. Nous travaillons chacun avec nos sensibilités et confrontons nos idées. Nous recueillons également des candidatures spontanées par le biais des médias et des réseaux sociaux. Une fois les comédiens potentiels repérés, nous organisons des auditions et sélectionnons les meilleurs profils. La validation d’un comédien sur un rôle revient in fine aux réalisateurs, à la production avec souvent l’aval du diffuseur.

Comment se déroule le tournage ? 

Un plan de travail est fourni à l’équipe. Il indique le nécessaire au bon déroulement du tournage quotidiennement. Chaque jour, nous nous retrouvons sur un décor correspondant à une séquence du film. Les comédiens que nous avons castés sont pris en charge par l’équipe mise en scène et en qualité de chef de file figuration, je convoque et briefe les figurants.

Avec soixante-dix professionnels guyanais soit la moitié du staff, peut-on dire que la Guyane regorge de compétences dans le domaine ?

Marc Barrat : Le tournage régulier de fictions depuis 2015 a permis de former plus de techniciens et de travailler avec des profils compétents. On note quand même un déficit sur certains postes de logistique. Nous devons encore déplacer trop de professionnels de l’Hexagone. C’est dommage car les besoins sont là !

Des acteurs débutants de la saison 1 ont été confirmés en saison 2 : c’est la validation de talents émergeants comme Ivan Télémaque, Aimé de Gaïa, Fabrice François. En saison 2, nous avons la révélation de Betty Dupont, et Kemso un Guyanais vivant à Paris et interprétant un personnage central.

Avec cette 2ème saison, quelles sont les retombées pour la Guyane ? 

Avec cent jours de tournage, les retombées économiques générées par l’accueil d’une série TV de fiction sont énormes. Au delà de l’embauche de techniciens et comédiens locaux, c’est toute une logistique qui est mise en place : achat des matières premières, location de meubles pour la construction et l’aménagement des décors, hébergement des équipes avec près de onze mille nuitées d’hôtels, location de moyens de transports, de lieux de stockage, de bureaux… Par ailleurs un traiteur doit fournir en moyenne quatre-vingts repas par jours pendant cent jours pour l’équipe de tournage. Les restaurants de la place ne sont pas en reste puisque les techniciens et acteurs non résidents Guyanais, disposent quotidiennement de défraiement pour leur restauration. Tic Tac production assure localement la production exécutive de la série. Dans ce domaine aussi nous pouvons dire que nous avons des compétences solides sur le territoire.

Parlez-nous de vous. Quel est votre parcours ? Vos projets ?

Marc Barrat : Après une école de cinéma puis un parcours d’assistant réalisateur, j’ai débuté ma carrière en réalisant des courts-métrages, des documentaires et des émission TV puis un long-métrage, « Orpailleur ». Une fois rangée cette nouvelle casquette de directeur de casting, je reprendrai mon activité de producteur au sein de ma société de production Kanopé films avec le court-métrage « Sweet micky » de Olivier Sagne, et de metteur en scène avec mon deuxième film « Tapanaoni » actuellement en développement.

Réjane Gay : Mon parcours professionnel s’est bâti au gré des rencontres. Issue d’une formation littéraire, j’ai débuté dans l’audiovisuel avec Alain Maline sur des postes d’assistante de production ou de régisseuse adjointe. En travaillant sur des documentaires, j’ai appris à identifier des personnages intéressants, pour relater au mieux notre Guyane dans toute sa diversité. Ensuite lors du tournage d’Orpailleur, j’ai travaillé au plus près de la mise en scène. Le casting des rôles et de la figuration de la saison 1 de Guyane a été un vrai challenge ! Il nous a fallu caster près de quarante-cinq rôles, auditionner plus de deux cents personnes et trouver toute la figuration, avec des volumes considérables. Plusieurs projets me tiennent à cœur, mais il est certain que je continuerai à travailler avec passion !

Pour participer au casting envoyez vos photos et coordonnées à : lecasting.guyane@gmail.com

Dans la même catégorie