Articles

Une politique d’aménagement dynamique, pour une ville solidaire et durable
Dossier spécial, Karumag

Une politique d’aménagement dynamique, pour une ville solidaire et durable 

Convaincue que l’aménagement du territoire doit être au service de ses administrés, la ville de Baie-Mahault, dans une logique de démocratie participative, réfléchit aux aménagements de demain. Hélène Polifonte, maire de Baie-Mahault, et Audy Eustache, son directeur général adjoint chargé de l’aménagement du territoire, sont revenus avec nous sur les projets d’aménagement en cours au profit de l’éducation, de la jeunesse, de la solidarité, du sport et de la qualité de vie.

Par Coralie Custos Quatreville

Construire des groupes scolaires conformes au plan séisme

La collectivité de Baie-Mahault met tout en œuvre pour répondre efficacement aux défis actuels en matière d’éducation grâce à un programme de reconstruction de plusieurs groupes scolaires. L’école de Calvaire est l’un des projets phares de cette politique d’aménagement. Reconstruire un espace qui réponde aux nouvelles normes de sécurité parasismique est un projet essentiel pour garantir la sécurité et le bien-être des élèves et du corps enseignant. Cet équipement s’inscrit de surcroît dans une logique de transition écologique et de réflexion globale d’aménagement visant à dynamiser, à revitaliser et à équilibrer le territoire communal.

Objectif principal : un établissement disponible pour la rentrée 2019. Coût : 8 millions d’euros.

Sensibiliser la jeunesse à la sécurité routière 

La ville entend pleinement apporter sa contribution à l’échelon local en matière de sensibilisation à la sécurité routière en phase avec la volonté de l’État d’agir ensemble contre les dangers de la route.

Pour favoriser très tôt l’éveil des jeunes, la collectivité a choisi d’implanter à Belcourt (à proximité d’établissements scolaires), la première piste de sécurité routière de la Guadeloupe. Cet espace doit à la fois permettre aux jeunes de 8 à 16 ans d’appréhender la pratique et d’adopter les meilleurs réflexes en situation de route. Le projet intègre également un volet théorique puisque des cours de mises en situation seront également dispensés dans le bâtiment qui abritera bureaux, salle polyvalente et salle de formation.

Objectif principal : proposer un outil pédagogique permettant à l’ensemble des acteurs qui œuvre en matière d’éducation d’avoir à disposition un site pour lutter contre les dangers de la route.

Calendrier : fin deuxième semestre 2019. Coût global estimé : 1,8 million d’euros.

Un équipement de qualité dédié à la politique sociale 

Le projet de rénovation a pour but de réhabiliter l’ancienne cuisine centrale de la ville pour y transférer son Centre Communal d’Action Sociale. Cet édifice, une fois restauré, contribuera à améliorer le cadre de vie des agents de la collectivité ainsi que l’accueil des administrés. La réhabilitation concernera le bâtiment d’accueil (actuellement en cours) et la réalisation d’un espace de stationnement.

Objectifs: offrir un CCAS performant, valoriser les espaces de friche urbaine et traiter les dents creuses dans le cadre du programme de redynamisation du centre-bourg.

Calendrier : dernier trimestre 2018. Coût global estimé : 1,3 millions d’euros.

La valorisation du patrimoine au service de la formation des jeunes 

La ville de Baie-Mahault poursuit sa politique en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de son territoire. La réalisation de deux chantiers d’insertion a pour but d’accompagner une démarche globale de formation puisque l’École Régionale de la Deuxième Chance garantira des cours théoriques pour compléter un apprentissage pratique. Le premier chantier concerne l’ancienne Maison de style colonial de Café qui accueillera quatorze jeunes. Le second est l’ancien Marché de Café qui en accueillera douze. A la suite de cette expérience, ces vingt-six jeunes pourront bénéficier d’un certificat de formation.

Objectif : proposer une expérience professionnelle facilitant l’accès à l’emploi et impulser une démarche entrepreneuriale auprès des jeunes de la ville.

Superficie de chaque chantier : 500 m2. Durée de chantier : 2 ans

 

Des équipements sportifs pour le bien-être des administrés 

L’un des grands enjeux de la ville est de démocratiser et favoriser la pratique sportive pour tous sur son territoire. Le projet d’animation territoriale et de construction/réhabilitation des équipements sportifs constitue une priorité. En ce sens, plusieurs projets de grande envergure vont voir le jour d’ici à 2019. La construction d’un P3S (parcours sportif de santé, sécurisé) dans le quartier de Wonche, la rénovation des équipements sportifs de la Retraite et de Moudong nord, la rénovation du terrain de basket ball de Fond Richer et les travaux de réhabilitation du stade municipal.

Objectif : offrir des équipements sportifs de qualité pour agir en faveur de la cohésion sociale, du bien-être et de la santé des administrés.

Coût global estimé de l’ensemble des opérations : 8 millions d’euros.

 

Dans la même catégorie