Articles

Energipole : du combustible énergétique dans nos poubelles
Dossier spécial, Karumag

Energipole : du combustible énergétique dans nos poubelles 

Grâce à un procédé révolutionnaire, le groupe Energipole prévoit de recycler plus de 80% de nos déchets ménagers pour les valoriser et produire de l’énergie. Explications avec Ludovic Fiers, directeur général d’Ecodec et AER Guadeloupe Groupe Energipole.                                               

Propos recueillis par Willy Gassion 

Quel constat faites-vous du tri sélectif de nos déchets ? 

Ludovic Fiers : en Guadeloupe, le niveau de la collecte sélective est relativement faible si on le compare à celui de la France hexagonale. Dans nos sacs poubelles on retrouve encore des canettes en aluminium, des bouteilles en plastique, du papier, du carton, énormément de matières valorisables. Des efforts des collectivités ont été faits depuis 2009, mais il faut multiplier par cinq les tonnages collectés pour atteindre le niveau de l’hexagone. A l’horizon 2025/2030, la loi de transition énergétique préconise que 100% des énergies produites dans nos territoires soient des énergies renouvelables. Energipole souhaite à ce titre proposer à nos collectivités un nouvel outil industriel en transformant nos déchets ménagers en combustibles énergétiques et en augmentant considérablement la quantité de matières valorisées réutilisables. 

Comment allez-vous procéder ? 

Notre groupe s’est rapproché de 3Wayste, une société spécialisée dans le traitement des déchets ménagers, qui a breveté un nouvel outil industriel depuis plus de cinq années, capable d’ouvrir entre autres des sacs poubelles sans broyer ni déchirer leur contenu. Le procédé technologique permet le traitement séparé de chaque fraction de déchets (solides, organiques…) Les déchets organiques vont être nettoyés et transformés pour obtenir un compost normalisé aux niveaux français et aussi nord-américain. Les normes canadiennes sont d’ailleurs aujourd’hui plus draconiennes que les normes françaises surtout sur la fraction inerte. Avec ce procédé, on va aussi enlever les plus petits morceaux de verre. On obtient un compost très propre qui pourra être utilisé en agriculture, mais qui est surtout performant au niveau énergétique avec les nouvelles technologies et sans dommages pour l’environnement. Ce sera une exclusivité de notre groupe.

Vous allez aussi revaloriser les matières pour réduire leur impact sur l’environnement… 

Nous sommes capables de maximiser la valorisation de toutes les matières qui sont dans les sacs poubelle : canettes en aluminium, bouteilles en plastique, en verre, produits de nettoyage dans des bouteilles en plastique… Ce qui est intéressant, c’est que la matière extraite de ces poubelles représente 11 000 tonnes supplémentaires pour 100 000 tonnes traitées qui pourraient entrer dans le cadre du financement et aides apportés aux collectivités via Citéo.

 La Région Guadeloupe justement fait un travail très important en ce moment avec l’ensemble des collectivités de Guadeloupe pour rattraper le niveau d’aide obtenu en France.

Même les résidus peuvent être une source d’énergie… 

Quand le compost est fait, quand toutes les matières sont valorisées, il reste toujours des résidus de plastique, de carton, de papier non valorisables en l’état (environ 38 %)…
De ces résidus, il est possible maintenant de faire un combustible solide de récupération (CSR). Celui-ci est un produit contrôlé, normalisé qui peut être utilisé comme combustible, source d’énergie. En Guadeloupe, nous produisons près de 170 000 tonnes d’ordures ménagères par an et 43 000 T d’encombrants (source Observatoire des déchets ADEME). Si on transforme 38 % de ces ordures ménagères en CSR, dans le cadre du process 3Wayste, cela représente environ 80 000 tonnes de CSR, ce qui est considérable. Aujourd’hui la valeur énergétique de notre CSR est établie aux environs de 15 Mégajoules par kilo quand le charbon est à 23 méga joules par kilo, ce qui signifie qu’on pourrait substituer à peu près 60 000 tonnes de charbon par an importé sur notre archipel. Rappelons que 200 000 tonnes de charbon venues d’Amérique du Sud sont utilisées pour produire de l’énergie en Guadeloupe. Les déchets ultimes, obtenus après tous ces traitements, seraient quant à eux enfouis dans des centres d’enfouissement de classes 2 et 3. Ils ne représenteraient plus que 15 % des volumes enfouis par rapport à aujourd’hui. Imaginez-vous cela ! Et de nouvelles études sont en cours pour encore réduire cette fraction.

Vos brevets industriels dont l’ouvre sac industriel automatisé 3 wayste seraient donc des solutions pour améliorer la valorisation du traitement des déchets en Guadeloupe ? 

Avec cette nouvelle technologie de traitement des déchets en trois voies, seulement 15% d’ordures ménagères seront enfouies. Ce seront aussi 85% des ordures ménagères qui vont retourner dans un cycle vertueux d’énergie et de valorisation matières. Ce projet entre parfaitement dans le cadre de la nouvelle loi de transition énergétique pour que notre territoire devienne indépendant au niveau énergétique. Ces plateformes de traitement qui existent déjà en France hexagonale permettraient de créer énormément d’emplois directs et indirects en partenariat avec les collectivités. L’Ile de la Réunion va s’équiper de cette technologie avec Energipole en 2019. Ce sera une première sur les territoires ultramarins.

Groupe Energipole Ecodec 

Carrefour Grand Camp 

97139 Abymes – BP 2436        

0590 22 44 66 

Fax : 0590 22 44 60 

www.energipole-group.com   

www.3wayste.com

Dans la même catégorie