Articles

Didier Bereau fer de lance de la gastronomie  guyanaise
Coup de coeur, Guyamag, Karumag, Madinmag

Didier Bereau fer de lance de la gastronomie guyanaise 

Dans son livre « Saveurs de Guyane », Didier Béreau met les sens en ébullition, en hommage aux trésors savoureux du patrimoine culinaire de Guyane. 

Par Aurore Portelli 

Petit à petit, le colibri fait son nid

Après le baccalauréat, Didier Béreau entame, à Toulouse, un cursus en sciences et chimie. Progressivement, le jeune guyanais se passionne pour la chimie végétale et nourrit le projet de rentrer au pays pour « exploiter cette pharmacie à ciel ouvert ». Ce sera chose accomplie, notamment avec sa thèse sur l’étude de huit espèces de palmiers du bassin amazonien. D’abord attaché temporaire d’enseignement et de recherche à mi-temps à l’Université des Antilles et de la Guyane, il passe en 2005 le concours qui lui permet de devenir maître de conférences et se consacre à l’enseignement de la chimie au sein de la filière sciences de la vie et de la terre à l’Université de Guyane. Depuis 2015, il occupe la fonction de vice-président en charge des relations internationales. A ce titre, il œuvre au développement de partenariats avec des universités dont les thématiques de recherche sont proches des centres d’intérêts locaux (santé tropicale, interculturalité, valorisation des substances naturelles,…). Objectif : favoriser le transfert de connaissances et la mobilité interuniversitaire. 

Quand le passé génère le présent

En 2003, face aux potentialités dont regorge la Guyane, Didier Béreau fonde avec des amis l’association Jaguar, dont il est le président, avec pour objet la promotion d’activités sportives et culturelles. Après plusieurs années, l’idée émerge de se tourner vers l’édition avec, comme ancrage, la transmission intergénérationnelle.

L’association porte son dévolu sur le rhum guyanais, dont la production est alors méconnue et édite en 2012 « Les Rhums Saint-Maurice », un livre d’art qui retrace l’histoire de la production rhumière et sucrière en Guyane et celle de la famille Prévot qui exploite la seule distillerie encore en activité aujourd’hui. L’ouvrage, rédigé à l’époque de la modernisation électrique de la distillerie de Saint-Laurent du Maroni témoigne des anciens procédés à vapeur et s’érige ainsi en gardien du patrimoine. 

Et met en lumière les saveurs de Guyane

Amoureux de la Guyane et animé par un besoin de mieux la connaître, Didier Béreau se lance en 2015 dans une conquête de cette contrée riche en saveurs et de son patrimoine immatériel issu des communautés présentes depuis des siècles. L’enjeu est de taille : réactiver la connaissance des ressources et savoir-faire locaux et remettre en marche la transmission intergénérationnelle du patrimoine guyanais. En 2017, au terme de deux années de rencontres et d’échanges avec les socio-professionnels, les spécialistes et référents culinaires issus des communautés amérindiennes, bushinengues et créoles, l’association édite « Saveurs de Guyane », beau livre au style soigné. L’ouvrage, à travers ses cinq chapitres thématiques invite à un voyage à la découverte des ressources naturelles, des recettes culinaires traditionnelles et des acteurs socio-économiques. Bien plus qu’un livre de cuisine, c’est une véritable vitrine des richesses et de la diversité dont regorge le territoire et érige le patrimoine culinaire guyanais au rang de gastronomie à part entière. « Ce beau livre démontre la qualité et la diversité exceptionnelle des gastronomies guyanaises et leurs apports indéniables au patrimoine gastronomique français ». Pour preuve : Didier Béreau a reçu le « Prix du mérite créole 2018 » lors de la quatrième édition du Trophée de l’Art Culinaire créole qui s’est tenu à Paris, le 18 mai dernier.

« Saveurs de Guyane » se veut déclencheur de politiques culturelles et économiques, initiateur de l’émergence de structures dans le domaine et de toute initiative propre à valoriser l’image de la Guyane. Dans un contexte de mondialisation et d’uniformisation des pratiques alimentaires, dans une culture plus orale qu’écrite, c’est au sein de la famille que « Saveurs de Guyane » à toute sa place. Socle d’une appropriation du patrimoine, l’ouvrage est le flambeau de la transmission de toute une culture entre générations, sans en perdre une miette.

Association Jaguar – Saveurs de Guyane 

Parution : Août 2017

lelivred’art – Collection Patrimoines de Guyane

Related posts