Chroniques Guyamag Karumag Madinmag

Celui qui ne sait pas se contenter de peu ne sera jamais content de rien

Un conte africain raconte l’histoire de Simbi un homme encore jeune qui vit avec sa mère. Il dort mal, il a mal au dos, il a perdu l’appétit. En un mot, il n’est pas heureux. Ses amis lui conseillent d’aller consulter le marabout pour trouver une solution à ses problèmes.

Le marabout lui pose quelques questions et découvre que Simbi a des soucis avec sa mère qui continue de le commander comme s’il était encore un jeune garçon, avec ses moutons qui ne grossissent pas, avec sa case qui est trop petite…

Le marabout l’écoute patiemment et lui propose d’aller acheter une chèvre, qui lui donnera du bon lait pour peu de travail. Il va donc acheter une chèvre et revient au bout d’un mois, cette chèvre s’évade tout le temps et il n’a jamais de lait frais le matin. 

Il trouve toujours sa case trop petite,  le marabout lui conseille de l’agrandir avec l’aide des voisins, ce qui lui semble une bonne idée. Mais au bout d’un mois il trouve que cette case est trop grande à nettoyer et à réchauffer le soir. Et puis elle est située trop loin du village. Le marabout lui propose d’acquérir un chameau, qui pourra de plus lui servir pour faire commerce de sel. Il est très content, il va à la foire aux animaux et choisit un bel animal. Au début il est tout fier de le monter et de se pavaner. Hélas l’animal développe une pelade et Simbi doit appliquer chaque soir des décoctions d’herbes avec l’aide de sa mère.

Alors le marabout sourit, se caresse la barbe et le regardant droit dans les yeux lui dit « hé bien, sépare toi de ta chèvre, va la revendre au marché demain ». Simbi est très surpris, mais lui obéit. Il revient pour lui dire qu’il est soulagé de ne plus avoir à s’occuper de la chèvre, ni d’être obligé de l’attacher aux arbres. 

Mais sa maison est toujours mal chauffée, pas de problème lui dit le marabout, « descelle les briques, fais-en cadeau à tes amis et referme le mur qui donnait sur la pièce supplémentaire ». Simbi lui obéit et trouve qu’effectivement sa petite case lui suffit largement.

Il reste son chameau qui ne lui apporte que récriminations et disputes avec sa mère. « C’est très simple, ramène le à son ancien propriétaire, tu verras qu’il saura mieux le soigner que toi », ce que Simbi fait aussitôt, il rentre chez lui comme un homme heureux sans animal à soigner et le soir sa mère toute joyeuse lui apporte sa soupe préférée…

Par contre Simbi se pose des ques-
tions  : il ne comprend pas pourquoi le marabout a défait tout ce qu’il lui avait conseillé de faire. Il retourne le voir. Le marabout rit et lui demande s’il est heureux maintenant ? Simbi répond que oui, le marabout lui explique « tu étais déjà heureux avant mais tu ne le savais pas… maintenant tu sais ! Alors ne viens plus me déranger ! »

/* ]]> */