Articles

AgroIndustry Bootcamp : apprendre à innover à toutes les sauces !
Actualités des experts, Madinmag

AgroIndustry Bootcamp : apprendre à innover à toutes les sauces ! 

Quand on sait que la moitié des produits agroalimentaires qui seront sur le marché dans cinq ans n’existe pas encore et que 80% des nouveaux produits lancés ne survivent pas plus de deux ans, innover est un risque que doit prendre l’entreprise pour se développer. Attention à faire les bons choix ! 

C’est pour détecter et accompagner les démarches d’innovation des porteurs de projets ou entrepreneurs dans l’agro-transformation qu’a été lancé, le lundi 17 septembre dernier, l’AgroIndustry Bootcamp – ABC. 

Une dizaine de participants a ouvert le bal des deux premières journées d’atelier animées par Béatrice de Reynal, directrice de l’agence Nutrimarketing, sur le thème
« Stabilisez votre projet d’innovation en agro-transformation ».

« Le passage de l’idée au projet est un processus de maturation basé sur différentes étapes au cours desquelles le porteur de projet doit répondre à un questionnement précis ». Voilà le message fort délivré par la Technopole, appuyée par cette experte.

Vous avez un projet ? Il est indispensable d’éprouver, solidifier et stabiliser votre idée avant de vous lancer. 

Des étapes indispensables avant la prise de décision, à la construction d’une copy strategy nutrition, en passant par le choix du positionnement. Les participants ont été invités à sortir des sentiers battus et de leurs convictions, pour remettre à plat la faisabilité de leur projet. Un exercice difficile, mais nécessaire, de l’avis de tous. 

Développer ses produits en clean label

L’ABC c’est aussi des master class dont la première, « Comment développer ses produits en clean label ? », a réuni participants au programme et chefs d’entreprise confirmés de l’agro-transformation. 

Découlant des crises alimentaires subies ces dernières années, cette tendance traduit la volonté des consommateurs d’avoir accès à des produits plus sains. Aguerris, ils veulent avoir accès à des listes d’ingrédients courtes et rejettent de plus en plus les substances synthétiques. L’entreprise agroalimentaire doit donc suivre ces tendances en proposant des produits qui répondent à ces nouvelles attentes. Mais Béatrice de Reynal est optimiste sur la volonté des entrepreneurs locaux du secteur : « Les entreprises martiniquaises que j’ai rencontrées sont très préoccupées par ces questions. Elles se rendent compte qu’il s’agit d’une thématique grandissante y compris pour les produits traditionnels de la Martinique qui sont vendus à l’origine pour d’autres raisons que des raisons santé (sans gluten par exemple) ».

Prochain rendez-vous : 22 et 23 octobre à la Technopole pour le deuxième atelier « Agro-transformation : les fondamentaux de l’agro-production », animé par le Pôle Agroressources et de Recherche de Martinique (PARM).

Dans la même catégorie