Articles

Bactériosol : un engrais naturel pour la santé de nos terres
Dossier spécial, Madinmag, Talent des pros

Bactériosol : un engrais naturel pour la santé de nos terres 

Bactériosol est un fertilisant naturel qui restaure l’équilibre des sols, pour des cultures plus durables.

Nicolas Noirtin, gérant de Site Agri et Jean-Marc Guille, technico-commercial Bactériosol, exposent les multiples avantages de ce produit révolutionnaire.

Par Alice Colmerauer

La nécessité de revenir aux engrais naturels

L’action de l’homme sur l’environnement et l’agriculture intensive ont modifié la composition des sols qui aujourd’hui sont pour la plupart érodés, tassés et asphyxiés.

Sur ces terrains les plantes rencontrent des difficultés de développement. Pour y palier les agriculteurs épandent toujours plus d’engrais et de pesticides. 

Marcel Mezy, paysan chercheur dans l’Aveyron, a développé il y a quarante ans un concept d’engrais naturel offrant une issue à cette impasse.

Il s’agit de végétaux compostés associés à mille quatre-cents familles de micro-organismes (bactéries et champignons). Chaque famille se développe en fonction de la nature du sol et du climat. 

Les micro-organismes ont différents rôles :

  • les autotrophes fixent le carbone et l’azote
  • les décomposeurs transportent la matière organique et minérale
  • les rhizosphériques aident au développement du réseau racinaire
  • les humificateurs transforment la matière non-organique en humus qui stocke les nutriments, permet l’oxygénation du sol et le drainage de l’eau

Les effets de ce complexe fertilisant sont nombreux : les besoins en eau sont réduits, le CO2 et les nitrates sont mieux stockés dans les sols et la résistance des végétaux aux maladies est accrue.

« Ces micro-organismes sont synthétisés en milieu naturel. Le produit est donc entièrement biologique », précise Jean-Marc Guille.

La solution Bactériosol aux Antilles

En 2013 commence l’importation du produit aux Antilles-Guyane, synchrone avec le plan Ecophyto mis en place par le gouvernement pour réduire l’utilisation de pesticides, mais aussi avec le scandale de la chlordécone. 

Nicolas Noirtin se souvient :

« Tout d’abord il a fallu tester ce fertilisant sur notre territoire. Deux centres de recherche ont réalisé des essais durant deux ans : le CTCS (Centre Technique de la Canne et du Sucre) et l’IT2 (Institut Technique Tropical).

Les effets attendus ont été confirmés : en un an les réseaux racinaires sont augmentés et les sols présentent une meilleure structure, permettant une réduction significative de l’usage d’engrais.

Bananier
Photo Ambitious Creative Co. – Rick Barrett via Unsplash

“Pour la culture de bananes on passe d’une tonne à deux-cents kilogrammes d’engrais par hectare.”

Où est distribué l’engrais naturel Bactériosol ?

Aujourd’hui Site Agri distribue aux Antilles françaises, en Guyane et aux dépendances proches, deux produits :

  • le Bactériosol, prêt à l’emploi, qui s’épand directement sur le sol
  • le Bactériolit, qui transforme les effluents d’élevage (litières) en matière organique stabilisée, réduisant de 80% leur taux d’ammoniac 

Ces produits sont disponibles pour les agriculteurs avec l’accompagnement de techniciens, mais aussi pour les particuliers en Martinique et en Guadeloupe dans dix points de ventes (La Palette, Mr Bricolage…).

La distribution s’est étendue aux îles de la Dominique, Sainte-Lucie, la Barbade et la République dominicaine.

« Notre logique depuis cinq ans c’est la preuve par l’exemple. Nous voulons montrer aux petits territoires que notre produit agit.

Aujourd’hui, nous avons créé un partenariat avec des groupes d’agriculteurs pour que la consommation d’engrais conventionnels et l’utilisation de produits phytosanitaires diminue. » résume Mr Guille.

Essais réalisés sur la chlordécone

« Nous avons pu mettre en place nos propres essais sur la chlordécone. »

Créateurs de l'engrais naturel Bacteriosol

« Grâce à l’action des micro-organismes, la durée de vie de la molécule passe de cinq-cents soixante-seize à dix ans ! », se réjouit Nicolas Noirtin.

« L’un des enjeux de la COP21 est la réduction de quatre pour mille du CO2 atmosphérique. Un décret du ministère de la Transition écologique reconnait la capacité du Bactériosol à répondre à cette contrainte.

En effet, notre engrais naturel permet la fixation de cinq tonnes de carbone par an par hectare alors qu’un sol standard ne fixe qu’une seule tonne. »

Un bel avenir pour la santé de la terre.

SITE AGRI (distributeur Antilles)
C/o SHA  – ZA Pelletier
97232 Le Lamentin
n.noirtin@soprochim.fr

SOLUTION HYGIENE
AGRO-FOURNITURE
(Distributeur Martinique)
ZA Pelletier
97232 Le Lamentin
0596 68 68 34

Conseil Martinique
0696 06 07 38
r.nelson@shaf.fr

Related posts