Leaders dans le domaine de la défiscalisation, les équipes ECOFIP se mobilisent pour apporter leur pierre à l’édifice et stimuler le développement du territoire. 

Qu’est ce que la crise COVID-19 a changé chez ECOFIP ? Les secteurs prioritaires, les capacités de financement… restent les mêmes ? 

Philippe de Franciosi, directeur Régions Martinique / Guyane, directeur des Grands comptes : Nous sommes la même société de défiscalisation : un expert en collecte de fonds qui vont être investis ensuite dans des projets économiques d’investissements sur les territoires ultramarins.

Même mission, mêmes savoir-faire et même chaîne de confiance locale. 

D’ordinaire, les entreprises viennent à vous avec leur projet afin d’acquérir du matériel neuf, de nouveaux équipements… J’imagine qu’investir n’est pas la toute première priorité aujourd’hui, que constatez-vous sur le terrain ? 

Pour certains, survivre et limiter la casse est en effet une priorité, mais nous avons aussi des clients et des prospects qui ont tout de même des projets d’investissements à financer dans tous les secteurs éligibles tels que l’agriculture, le BTP, le transport, l’industrie, le tourisme, l’artisanat, etc.

L’apport en défiscalisation participe largement au plan de financement.

« Je rappelle que c’est un apport non remboursable sans intérêt et sans aucun frais qui représente au minimum 25 % du montant total de l’investissement. »

Pour réussir les projets de défiscalisation, qu’est-ce qui compte le plus : convaincre les financeurs ou les entreprises ? 

Il faut bien entendu dans un premier temps convaincre les entreprises de travailler avec ECOFIP et nous avons des arguments de poids : un ancrage local bien affirmé, 20 ans d’expérience, une confiance des investisseurs dans notre capacité à traiter des dossiers de qualité qui sont au coeur du développement en Outre-Mer.

Je rappelle que ECOFIP est le seul cabinet dont le siège social est basé en Outre-Mer (en Martinique en l’occurrence), ce n’est pas un hasard, nous nous tenons au cœur de la vie économique des Antilles-Guyane.

C’est la vraie richesse de notre métier et c’est ce qui anime chacun de nos collaborateurs et collaboratrices au quotidien car nous participons de manière très opérationnelle et concrète au développement économique de nos territoires.

Les financements ECOFIP suffisent-ils à développer les entreprises clientes?

On parle de «plan de financement», pour lesquels nous avons bien entendu besoin des banques et société de financement et entretenons avec toutes d’excellentes relations de confiance et d’exigence.

« Nous accompagnons nos clients pour les aider à trouver le financement complémentaire qui vont leur permettre de financer leurs investissements. »

Bien entendu il y a toujours des axes d’amélioration, notamment le délai de traitement par les banques et sociétés de financement afin que les accords soient donnés plus rapidement et le déblocage des fonds effectués dans des délais plus court.

La période perturbe-t-elle malgré tout le montage des dossiers ?

Nous intégrons bien entendu les contraintes des banques et sociétés de financement surtout en cette période compliquée liée à la pandémie du COVID-19 et nous ne cessons d’échanger au quotidien avec elles pour dénouer les dossiers au bénéfice de nos clients.

Nous sommes au coeur du système économique sur chacune des régions en Outre-Mer entre les investisseurs, les banques et sociétés de financement, les clients, prospects, fournisseurs.

ECOFIP Martinique 
Immeuble Phénix – ZAC du Lareinty 
Le Lamentin 
05 96 51 20 00 

ECOFIP Guyane
PK 2.5 Route de La Madeleine, entrée de La Roseraie BP 368
Cayenne
0594 39 15 56

www.ecofip.com