À l’occasion d’une Garden party 100 % terroir, Bruno Blandin, président de l’UDE-MEDEF, première organisation patronale de Guadeloupe, a présenté ses vœux sous le signe de la production locale, de l’audace et du vivre ensemble.

Texte Sarah Balay – Photo Lou Denim

Il est crucial de repenser notre modèle alimentaire pour garantir une Guadeloupe plus résiliente, plus prospère, plus généreuse.

Bruno Blandin, président de l’UDE-MEDEF

Diriez-vous que malgré un contexte mondial marqué par les guerres, les crises et l’inflation, l’économie de la Guadeloupe s’en sort plutôt bien en 2023 ? 

Bruno Blandin : En effet, la Guadeloupe a fait preuve de résilience. Elle a même connu un rebond notable de l’industrie touristique et l’emploi a progressé. Dans ce domaine, nos actions ont été nombreuses : forum des métiers, jobdatings, présentation des métiers du tourisme aux bénéficiaires du RSA(1) et lancement de notre CVthèque automatisée, sur notre application mobile UDE Guadeloupe. Nous misons sur une véritable stratégie offensive pour l’emploi et la formation de notre jeunesse. Nous attendons que l’État et les collectivités soient à nos côtés dans ce défi commun à relever. Je salue également l’action remarquable de nos parlementaires en 2023 qui ont réussi à préserver nos acquis et parfois même à les accroître, ainsi que l’appui technique de la FEDOM(2).

Nous nous réjouissons également d’autres avancées comme la session décentralisée, à La Réunion, du comité des Medef d’Outre-Mer qui illustre bien la dimension globale atteinte par notre réseau, mais aussi de l’accessibilité à l’offre locative sociale à titre expérimental à tous les salariés du secteur privé.

Lire Aussi | Sport et entreprise : duo gagnant avec l’UDE-MEDEF

Votre garden party a fait la promotion du savoir-faire et de la gastronomie du terroir. Comment l’UDE-MEDEF peut-elle dynamiser la production locale en Guadeloupe ?

Il est crucial de repenser notre modèle alimentaire pour garantir une Guadeloupe plus résiliente, plus prospère, plus généreuse. La production locale est une nécessité pour le bien de notre population et de nos producteurs. Les aides financières à la production agricole ont atteint leurs limites. Si nous voulons atteindre un taux d’autonomie alimentaire suffisant d’ici à 2030, il est temps que nous, partenaires économiques avec les politiques locaux puissions concevoir un nouveau modèle de développement agricole. Sans remettre en cause les dispositifs existants, nous devons oser passer d’une logique totale d’aide à la production à une logique d’aide à la consommation pour garantir à nos producteurs locaux un marché afin d’écouler la totalité de leur production à des prix garantissant la pérennité de leur exploitation. Nous devons aussi renforcer les liens entre tous les acteurs de la chaîne alimentaire, de la production à la distribution des produits locaux. Il nous faut, enfin, structurer nos filières, tout comme nous avons su le faire avec la banane par exemple.

Vous reconnaissez que la Guadeloupe a su se montrer aventureuse et courageuse par le passé. En quoi devrait-elle faire preuve d’audace aujourd’hui selon l’UDE-MEDEF ? 

Nous ne pouvons pas rester sans agir face à notre déclin démographique, à la fuite de notre jeunesse, au désarroi de celle qui reste, sans emploi. Nous devons faire preuve d’audace, en effet. C’est dans cet esprit que nous lançons par ailleurs le prix de l’audace. De grands chantiers nous attendent comme celui du hub maritime des Antilles françaises, la réforme de l’octroi de mer (une taxe archaïque, survivance d’un passé colonial dépassé), les délais de paiement et enfin le dossier de l’eau et l’assainissement. La structure actuelle, largement en faillite, n’a ni les moyens, ni les compétences pour gérer ces services publics essentiels. Soyons audacieux et décidons de transférer cette compétence à une ou aux collectivités majeures.

Lire Aussi | Avec la CMA : le patrimoine culinaire martiniquais à l’honneur du SAGASDOM

Vous défendez une valeur qui vous est chère, celle du vivre ensemble. Pourquoi ?

Le « vivre ensemble » revêt une importance toute particulière dans notre territoire marqué profondément par son histoire douloureuse. Il nous appartient de dépasser, sans les ignorer, ces blessures, pour accéder à un vrai vouloir vivre ensemble sans lequel aucune société ne peut accéder à un bien-être. Il doit reposer sur l’addition des parts de vérité que chacun porte pour enrichir la communauté de consensus plus que d’oppositions. Nous formons une communauté solidaire dans laquelle la conjugaison de la diversité de nos opinions et talents est notre plus grande richesse. C’est dans cette diversité et ce respect mutuel que nous trouverons la force de continuer à unir nos efforts pour le bien de chacun dans notre belle Guadeloupe. 

(1) RSA : revenu de solidarité active

(2) FEDOM : fédération des entreprises d’Outre-Mer.

UDE-MEDEF
www.ude-medef.com
contact@ude-medef.com
0590 26 83 58