À l’approche de la XVIIe conférence de coopération régionale Antilles-Guyane, qui se tiendra à Saint-Martin, du 23 au 25 avril prochain, retour sur la lente construction de cette « diplomatie de proximité » avec Roland Dubertrand, ambassadeur chargé de la coopération régionale dans la zone Atlantique.

Texte Floriane Jean-Gilles

De quoi parle-t-on quand on parle de coopération régionale

La coopération régionale consiste, pour les collectivités de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de la Réunion, à mener des actions avec leurs voisins, pays de la région, qui constituent leur environnement de proximité. Ces actions sont de plusieurs natures : politique, environnementale, sanitaire, économique et commerciale ou culturelle. « On observe, depuis 20 ans, un réel progrès de l’intégration régionale des collectivités », constate Roland Dubertrand. « Ma mission, en tant qu’ambassadeur, est de soutenir ces actions ».

La Caraïbe en 3 chiffres
38 pays et territoires
5,2 millions de km² 
(soit dix fois la superficie de la France métropolitaine)
250 millions d’habitants

2 DÉCENNIES DE DATES CLÉS
2000 
La France retire son capital de la Banque de développement des Caraïbes (BDC). Elle était membre de l’organisation depuis 1984. Le retour de la France au capital de la BDC est en discussion aujourd’hui, objet de la mesure n°11 du CIOM : « Le gouvernement annonce le retour de la France au capital de la Banque de développement des Caraïbes (BDC), qu’elle avait quitté en 2000. Ce retour s’inscrit pleinement dans la stratégie d’intégration et de coopération régionale promue par les Collectivités françaises des Amériques (CFA), en particulier ceux de l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale (OECO), et leur ouvre des opportunités de développement économique. L’adhésion à cette instance multilatérale a notamment vocation à accroître et renforcer la diplomatie d’influence de la France et permettre de participer aux décisions stratégiques de la Banque ».

13 décembre 2000 
Loi n° 2000-1207 d’orientation pour l’outre-mer, dite LOOM.
La loi reconnaît le contexte régional de l’outre-mer et l’importance pour les départements ultramarins d’interagir avec leur voisinage immédiat. 
Cette loi instaure la possibilité pour les régions de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de la Réunion d’être membres associés des organismes régionaux, de négocier et de signer des accords « avec un ou plusieurs États ou territoires situés, selon le cas, dans la Caraïbe, au voisinage de la Guyane ou dans la zone de l’océan Indien, ou avec des organismes régionaux des aires correspondantes, y compris des organismes régionaux dépendant des institutions spécialisées des Nations unies ».

6 novembre 2009 
Déclaration de Nicolas Sarkozy, président de la République, sur le plan d’actions en faveur de l’Outre-mer, à Paris le 6 novembre 2009.
« Au-delà de ces mesures techniques — mais qui ont leur importance — je voudrais que les relations rénovées entre la métropole et ses Outre-mer s’incarnent dans une nouvelle approche de notre politique étrangère régionale. Qui peut dénier aux collectivités locales une connaissance toute particulière de leur environnement régional direct ? C’est absurde de le contester. […] C’est pourquoi et je mesure mes mots, je souhaite donner la possibilité aux collectivités régionales de participer aux négociations internationales qui les concernent, et même de représenter la France, sous mandat, dans les organismes de coopération régionale de leur zone géographique. »

2012 
La Martinique, la Guadeloupe et la Guyane soumettent leur candidature pour adhérer à la CARICOM.

Août 2012 
La Martinique et la Guadeloupe deviennent membres associés de la CEPALC (commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes), organe des Nations Unies fondé en 1948.

Avril 2014 
La Martinique et la Guadeloupe deviennent membres associés de l’AEC.

Février 2015 
La Martinique devient membre associé de l’OECO.

Juin 2016 
Saint-Martin devient membre associé de l’AEC.

5 décembre 2016 
Loi n° 2016-1657 relative à l’action extérieure des collectivités territoriales et à la coopération des outre-mer dans leur environnement régional, dite « loi Letchimy ».
Elle renforce la loi LOOM en accordant une plus grande autonomie aux territoires ultramarins dans le contexte de coopération régionale, offrant ainsi la possibilité aux collectivités d’Outre-mer d’adhérer et d’entrer au capital de banques régionales de développement ou d’institutions financières.

Mai 2018 
La Guyane devient membre associé de la CEPALC.

Mars 2019 
La Guadeloupe devient membre associé de l’OECO. Saint-Martin est membre observateur.

Juillet 2023 
Lors de la 45e réunion des leaders des pays membres de la CARICOM, Roosevelt Skerrit, alors président de l’organisation, annonce que la candidature de la Martinique comme membre associé a été acceptée. 11 ans après le dépôt de sa demande d’adhésion, la Martinique est la 1ère région francophone à intégrer la CARICOM.