fbpx

Articles

La Distillerie Depaz : construire un futur durable et responsable
Dossier spécial

La Distillerie Depaz : construire un futur durable et responsable 

  William Cestor est responsable de production à la Distillerie DEPAZ. Accompagné par Mathurin Agricole, distillateur, il nous parle des projets du site qui marque l’histoire de la Ville de Saint-Pierre. Aux pieds de la Montagne Pelée, plongée dans les projets d’un géant du patrimoine qui œuvre pour durer et marquer le territoire.

Capture d’écran 2014-05-18 à 19.37.38

Capture d’écran 2014-05-18 à 19.37.02Quels sont les défis qui vous poussent à progresser et innover ?

William Cestor: Nous sommes des industriels un peu particuliers. Nous faisons vivre le terroir local. Nous avons comme défi majeur de faire perdurer un héritage séculaire.

Nous portons pour cela une vision forte, inscrite dans le temps : développer la production locale, en nous impliquant dans tous les maillons de la chaîne, maintenir les savoir-faire qui nous ont été transmis  tout en les améliorant et, surtout, valoriser les hommes et les femmes qui nous accompagnent dans cette aventure et avec lesquels nous travaillons.

Comment travaillez vous avec les différents acteurs de la filière ?

Nous œuvrons en permanence au renforcement de nos relations avec tous les acteurs de la filière et, en particulier, les producteurs de canne. C’est pourquoi nous construisons des relations basées sur la confiance et le long terme.

Nous avons formalisé des relations avec les planteurs locaux. Grâce à ces contrats, le planteur bénéficie d’une garantie d’achat, de prix et de paiement, ainsi que, s’il le souhaite, d’un appui technique. Nous sommes exigeant sur la question de la qualité, car il s’agit de s’assurer que nos marques bénéficient de la meilleure des matières premières. Mais, au-delà de la formalisation de ce cahier des charges, nous privilégions surtout l’échange et le dialogue. Car, c’est bien là la meilleure méthode pour progresser ensemble.

Comment réduisez-vous l’impact de vos activités sur l’environnement ?

La Distillerie DEPAZ dispose, depuis de nombreuses années, d’un méthaniseur, qui traite les sous-produits de la distillation selon des procédés biologiques. Nous avons été l’une des premières société en Martinique à utiliser ce procédé, que j’ai personnellement contribué à mettre au point puisque c’est la première mission que M. Lecoeur, le directeur du site, m’a confiée lorsque j’ai rejoint la société. En amont, nous nous dirigeons vers un modèle d’agriculture raisonnée, visant à limiter, autant que faire se peut, le recours à tout type d’intrants, et capable d’utiliser les ressources disponibles tout en assurant leur renouvellement.

une station de compostage de bagasse. La bagasse est le résidu que nous récupérons, une fois la canne broyée et le jus extrait. Sur les 8 000 tonnes que nous produisons chaque année, la moitié est utilisée pour alimenter notre chaudière. Avec le compostage, les 50% restants, une fois mélangés à du lisier de porc, seront transformés en engrais organique.

Ce projet présente plusieurs avantages : la structure de nos sols est améliorée, grâce à l’apport de matière organique, un emploi est créé, afin d’assurer la fabrication du compost, et l’apport de lisier se fera par le biais de contrats d’approvisionnement avec des producteurs locaux.

Capture d’écran 2014-05-18 à 19.37.09Par qui sont portés ces projets en interne ?

C’est vraiment l’engagement de toute l’entreprise, à tous les niveaux, que de faire vivre cette volonté de responsabilité et de durabilité au quotidien.

Cette volonté s’inscrit aussi dans notre projet de développement et de mise en avant du site de Saint- Pierre. Ainsi, nous avons récemment lancé “La cuvée du Grand Saint-Pierre”, en hommage à ce territoire qui nous porte et à la Ville qui le symbolise. Il s’agit d’un très vieux Rhum de 12 ans d’âge, disponible à la boutique DEPAZ.

Et comme pour confirmer que nous travaillons dans la bonne direction, l’un de nos Rhums Vieux XO, “La Grande Réserve DEPAZ”, vient de recevoir la médaille d’or au dernier Concours agricole de Paris.

 Capture d’écran 2014-05-18 à 19.37.20

Related posts