Articles

École Liliane Bimont, en harmonie
Karumag

École Liliane Bimont, en harmonie 

En 1959, la première école de danse de Guadeloupe ouvre ses portes à Pointe-à-Pitre. C’est sa mère, Liliane Bimont, danseuse à l’Opéra de Paris, qui est à l’origine de cette histoire d’art et de famille. En 2006, Diane Bimont reprend la direction de l’école avec la même passion pour la danse. Portrait d’une danseuse, d’une lignée, d’un conte étoilé.

« Ma mère m’a formée et m’a tout appris, la discipline, le maintien, la relation aux autres, le partage. Au sein de l’école, elle a monté les plus grands ballets. » Ainsi commence l’entretien avec Diane Bimont, née en 1974, qui, depuis 2006 poursuit en l’épanouissant l’œuvre de sa mère.

À trois ans, Diane escorte les pointes de Liliane au fil des salles décuplées par les miroirs, s’essaie au mouvement, à la hauteur, au geste précis. Elle grandit comme on prend son envol, maîtrisant chaque année un peu plus son art. Elle tient les rôles principaux dans Giselle, Don Quichotte, la Bayadère.

DIANE BIMONT3

Le fil de Diane 

Âgée d’à peine quatorze ans, elle quitte la Guadeloupe et la chaleur des siens pour le conservatoire de Lyon, puis la formation professionnelle Astié. Diane ne négocie pas avec sa détermination, elle s’en remet à elle. « J’avais décidé de percer dans la danse, d’intégrer des compagnies », dit-elle. Diane fait l’expérience des entraînements intensifs, des examens sélectifs, de la compétition entre danseuses. Mois après mois, elle s’inonde de danse, ne respire qu’elle.
« Cela me permet de ne pas penser aux êtres qui me manquent », se souvient-elle.

Pour Diane, la danse est un art, pas un sport. « Danser, c’est faire évoluer le corps en harmonie avec des instruments de musique, avec du chant. C’est travailler sans relâche, au-delà de la douleur, pour atteindre une perfection… qui n’existe pas. On doit, toujours, revoir sa position, ses appuis. La danse classique forge un maintien, une force de caractère. »

DIANE BIMONT2

À vingt ans, Diane maîtrise l’effort rendu invisible par la grâce. À 22 ans, elle retourne en Guadeloupe. « Je relaie ma mère dans la gestion de l’école, où j’amène jazz et danse moderne. » Sous son impulsion, l’école déménage à Jarry en 2007, double sa clientèle, ouvre une seconde, puis une troisième salle. Street danse, hip hop, danse orien-tale, théâtre, zumba, salsa, tango et rock poussent ses portes avec succès. Aujourd’hui, l’école de Diane Bimont est d’abord une grande famille qui voit grandir ses enfants, partage la joie et les vicissitudes de la vie. Rigueur et discipline demeurent à l’école Bimont, pas la compétition. Et les distinctions pleuvent aux concours nationaux !

Le 2 septembre, l’école ré-ouvre ses portes aux élèves pour une nouvelle année de passion.

Ecole danse Liliane Bimont

0690 41 10 10 – www liliane-bimont.fr

Related posts