Actualités des réseaux Guyamag Karumag Madinmag

ACPA : Portrait d’un jeune fonceur

ACPA

Après une expérience professionnelle à l’étranger, Mathieu Meril a choisi de revenir s’installer en Martinique. Pour nous, il revient sur son parcours et la transition du secteur bancaire à l’entrepreneuriat.

Quel a été votre parcours ?

J’obtiens mon Bac en 2005 avec mention Bien après trois années au lycée de Bellevue. J’intègre alors la classe préparatoire aux grandes écoles de commerce de Bellevue. Puis en 2007, je suis admis à l’Edhec. S’ensuivent alors deux années de formation générale avec une troisième année de spécialisation en trading et en finance de marchés.

Avec le recul, que diriez-vous de la prépa de Bellevue ?

On assimile souvent la prépa à du gavage intellectuel, ce qui est faux. Plutôt que de se contenter de former des têtes pleines de connaissances, la prépa façonne et aiguise l’esprit d’analyse et de synthèse. On redécouvre en prépa que l’on a un cerveau et qu’il n’est pas interdit de le faire chauffer ; que l’on a un esprit critique et qu’il n’est pas interdit de le mettre à l’épreuve !

Quelle a été votre expérience professionnelle après l’école de commerce ?

Tout juste après mes études, je suis parti à Singapour où j’ai intégré la Société Générale, d’abord en tant que stagiaire en finance de marchés, puis pour un VIE (Volontariat International en Entreprise) et enfin en CDI. J’ai occupé plusieurs postes en vente et en trading de produits structurés et dérivés en banque d’investissement. Avant de rentrer en Martinique, j’ai travaillé pour une FinTech suisse, également en vente de produits structurés.

Puis, il y a eu le retour en Martinique et la naissance de Siwotaj And Co

Quand je suis arrivé à Singapour, j’avais seulement vingt-quatre ans. Après cette superbe parenthèse, j’ai eu envie de me rapprocher de la Martinique, de retrouver mes proches. Mon retour s’est effectué très facilement: j’ai réservé un billet aller-simple et j’ai sauté dans l’avion. J’ai foncé !

Ayant beaucoup voyagé, j’avais des contacts et quelques idées. Mes deux associés et moi avons beaucoup prospecté, étudié le marché martiniquais. Quelques mois plus tard, Siwotaj & Co, spécialiste du mobilier extérieur de luxe, est née. La société a récemment célébré sa première année !

Votre conseil pour la jeunesse martiniquaise

Comprenez ce que vous voulez pour vous-même dans la vie. Une fois que votre plan est décidé, foncez, foncez, foncez ! Il faut vouloir le meilleur et rien que le meilleur. Faites-en un principe capital. Partez, confrontez-vous aux as dans votre domaine, apprenez, grandissez. Enfin, soyez heureux en Martinique (en rentrant) ou ailleurs. L’essentiel est de ne pas avoir de regrets.

/* ]]> */