Jean-Philippe Nilor et les 25 employés de l’IMS œuvrent à la structuration d’une filière prometteuse.

Propos recueillis par Mathieu Rached 

En ce mois de décembre, l’Institut Martiniquais du Sport (IMS) s’engage aux côtés de l’association martiniquaise de lutte contre les myopathies à l’occasion du Téléthon. Ce « soutien du monde sportif au téléthon » que décrit son président, Jean-Philippe Nilor, permettra de récolter des fonds pour la recherche en thérapie génique. Rencontre avec le président d’un organisme aux multiples missions pour le territoire et la jeunesse.

Quel est le programme de la journée du Téléthon le 8 décembre ?

L’IMS sera ouvert aux familles et aux sportifs valides ou en situation de handicap pour cette journée de solidarité. Tous ceux qui le souhaitent pourront relever des défis sportifs. Au programme, une animation de fitness bélè le samedi matin, de la Zumba, de la course à pied, de la danse… Et un grand Chanté Nwel viendra clore cette journée de mobilisation. Nous espérons récolter le maximum de fonds en demandant la somme symbolique de 2€ à chaque personne participant à une activité.

Pourquoi avoir choisi de vous associer à cette journée de manifestation ?

C’est un choix naturel que nous avons fait il y a 3 ans et que nous renouvelons chaque année. Cet engagement de l’IMS et de ses équipes s’inscrit dans la logique d’une prise de conscience plus large de la place de l’activité physique. Sa pratique encadrée et bien dosée, en faveur de la prévention et de la résolution des problèmes de santé, est au cœur des engagements et des réflexions de l’IMS.

Justement, malgré si peu d’années d’existence, l’institut propose déjà un programme étoffé de formations, quel est le rôle de l’IMS ?

(sourire) Nous avons plusieurs missions et autant d’ambitions. Disons que notre activité d’origine repose sur les formations aux métiers du sport d’aujourd’hui et de demain. Il s’agit de créer les conditions pour permettre de monter en gamme dans tous les métiers du sport ici en Martinique. 

Quel est votre public ? 

Nous avons des jeunes, des demandeurs d’emploi qui vont enrichir un CV, des personnes en reconversion professionnelle… Entre octobre 2017 et novembre 2018, 140 stagiaires ont été accueillis. On leur fait découvrir les métiers et les filières pour enrichir le territoire de professionnels de l’activité physique. 

Vous voyez dans le sport un secteur d’avenir… 

L’IMS est un outil incroyable grâce auquel nous pouvons faire de la Martinique un territoire d’excellence dans le domaine « sport santé », en offrant grâce au sport des solutions aux personnes sédentaires, sujettes à des maladies chroniques, hypertension, diabète, ainsi qu’aux personnes âgées dont la population est appelée à croître. C’est à la fois un secteur d’avenir et un enjeu de territoire.