fbpx

Articles

Orange: le pari start-up
Evènement, Madinmag, Non classé

Orange: le pari start-up 

Créer de nouveaux business numériques en simplifiant la relation entre les grands groupes et les start-up ? Tel est le rôle des accélérateurs de start-up, réunis en décembre à Fort-de-France pour BigUp For Startup. 

Propos recueillis par Mathieu Rached 

Né en 2015 dans le cadre de la French Tech à Montpellier, BigUp For Startup est un programme destiné à activer le business numérique entre les grands groupes et les start-up innovantes en territoire. Pour la première fois, l’événement s’est tenu à Fort-de-France. Mi-décembre, les start-uper des Antilles-Guyane étaient donc réunis pour présenter, écouter et séduire les grands groupes partenaires de l’événement, parmi lesquels Orange et Orange Fab France, accélérateur business de start-up créé en 2013 et dirigé par Pascal Latouche. Ce-dernier, également auteur d’un ouvrage sur la relation entre les grands groupes et les start-up, “Innovation ouverte : l’incubateur corporate”, revient avec nous sur le rôle et le modèle unique de l’accélérateur de business. 

En quoi consiste le travail de Orange FAB France ?  

Pascal Latouche : C’est un accélérateur business de start-up qui vise à capter, identifier, qualifier les start-up qui peuvent être très intéressantes pour Orange et des partenaires d’Orange. Orange Fab France permet à la start-up de se développer et grandir très rapidement, au niveau national d’abord, puis à l’international via le réseau des 15 Orange Fabs dans le monde. On apporte ainsi de l’innovation très rapidement aux clients.

Vous faites le pont entre le produit ou le service d’une start-up et les grands groupes tel Orange… 

Les grands groupes et les start-up ne fonctionnent ni ne raisonnent de la même manière. Notre rôle c’est de les faire s’entendre et de trouver le cadre et les moyens de réunir leur savoir-faire et leur business. Nous sommes dans le rôle de la construction de partenariats commerciaux entre ces deux acteurs. Nous intervenons donc à un moment-clé dans la vie de la start-up : son besoin de croissance !

Quelle est votre échelle de performance ? Comment se mesure l’efficacité de Orange Fab France ? 

(sourire) Orange Fab France est un temple ! Les règles qui s’y appliquent ne sont ni celles des start-up ni celle des grands groupes. L’efficacité de notre travail est objectivée sur le nombre de partenariats par saison et la valeur générée par ces partenariats. Ensuite, nous avons comme politique de ne pas faire perdre de temps à une start-up. Il faut aller vite, dans l’univers de ces jeunes PME pleines de promesses le temps est une donnée absolument décisive. La « start-up » est une phase de développement qui nécessite un vrai projet business avec une ligne de marché, et aussi du mentoring pour consolider son organisation.

Quels types de start-up ciblez- vous ? 

Nous disposons de trois programmes : ORIGINAL qui s’intéresse aux produits et services marketing, TELECOM TRACK qui touche aux infrastructures et au réseau, et WOMEN START dédié aux femmes fondatrices ou co-fondatrices de start-up qui vient d’être lancé et qui a recueilli 300 candidatures en trois semaines.

Qu’attendez-vous de la première édition Bigup for Startup dédiée aux Antilles-Guyane ? 

L’importance de cet événement tient au fait que ce métier se joue d’abord sur le terrain. À partir des pitches et des sessions privées on doit identifier et qualifier les start-up en qui ont un bon potentiel de développement avec Orange ou des partenaires d’Orange, en France et à l’international.

Quel est l’enjeu pour une start-up d’être sélectionnée pour intégrer le Orange Fab France ? 

(sourire) Si on considère un grand groupe comme un immeuble gigantesque, la start-up est celui qui doit arriver à mettre le pied dans la porte de l’immeuble pour y rentrer. Nous, en tant qu’accélérateur de business nous connaissons parfaitement chaque étage et chaque bureau de cet immeuble. Nous savons donc les y guider efficacement.

Et ça marche ? 

Quand nous avons lancé la première édition du programme ORIGINAL, notre taux de transformation approchait les 50%, nous sommes aujourd’hui à 80%. La start-up est une valeur de solution, nous savons comment accélérer le business entre elle et un grand groupe. Une rencontre décisive et 12 semaines suffisent.


Related posts