Articles

Ezolété Kouassigan, l’éclat discret du Barreau
À la une, Karumag

Ezolété Kouassigan, l’éclat discret du Barreau 

Son nom de famille est une référence dans le droit africain francophone, il a fait ses classes au sein de l’illustre cabinet Ricou en Guadeloupe.

Ezolété Kouassigan, portrait d’un avocat « au service de l’humain. »  

Par Willy Gassion

Qu’y a-t-il dans un prénom ? Que présage t-il de celui qui le porte, de sa trajectoire ? Ezolété !

« Mon prénom signifie, l’obscurité ne résiste pas à l’éclat de la lumière. C’est un prénom en mina, une des langues majoritaires au Sud du Togo. »

Ezolété Kouassignan

Ici, dans son cabinet au premier étage d’un centre commercial juste au-dessous du ciel, la lumière est partout. Elle recouvre les murs et les meubles d’un blanc immaculé, elle jaillit des fenêtres et inonde les pièces. 

C’est au Togo, pays voisin du Bénin que se trouve le berceau d’Ezolété Kouassigan.

« Pour des raisons politiques ma famille a quitté le Togo au début des années 1980 et j’ai grandi à Bordeaux. Les Kouassigan étaient persona non grata au Togo. Je n’ai quitté Bordeaux qu’en 2005 pour venir en Guadeloupe. » 

Un oncle illustre 

Ezolété Kouassigan aurait pu devenir « le premier Pape noir » de l’histoire.

C’était d’ailleurs un de ses rêves d’enfant : « J’étais attiré par la prêtrise jusqu’à l’âge de dix-huit ans environ », confie cet homme en toute simplicité et avec le sourire radieux qui le caractérise.

Mais c’était sans compter sur l’atavisme familial. Le jeune homme se dirige finalement vers le droit.

« J’ai grandi avec l’image tutélaire de Guy Kouassigan, mon oncle paternel parti trop tôt, un immense avocat. Il était l’archétype de l’avocat au sens noble du terme, un grand intellectuel, très attaché à la notion de justice. Il a laissé une empreinte indélébile sur le droit africain francophone. Avec un tel héritage, j’ai voulu moi aussi embrasser une carrière d’avocat. » 

La bonne école 

Au sortir de ses études supérieures à Bordeaux et en Guadeloupe sanctionnées par l’obtention d’un 3ème cycle en droit et un 3ème cycle en sciences politiques, Ezolété Kouassigan intègre en 2007 le cabinet de Maître Laure Ricou en tant que juriste.

Il prête serment en juin 2015.

« J’ai grandi professionnellement avec Maître Ricou qui est de l’ancienne école. Une brillante avocate avec laquelle j’ai des liens très étroits. Son père, Camille Ricou, était avocat en Guadeloupe dès 1946. C’est donc un cabinet très sérieux qui a une très longue expérience des affaires. Elle m’a appris l’écoute, le calme et la compréhension rapide des dossiers. Elle me dit souvent qu’il ne faut jamais oublier qu’on ne détient pas la vérité.

Quelques temps après mon embauche dans le cabinet, Me Ricou m’a montré la grande bibliothèque du cabinet situé à l’époque à Pointe-à-Pitre : « la moitié de ces livres te donnera raison et l’autre moitié te donnera tort ».

Tout était dit… »

Ezolete Kouassigan

Ezolété Kouassigan, expertise et humanité 

Le droit des assurances qui inclut l’indemnisation des victimes, le droit des affaires en général et le droit pénal sont ses trois matières dominantes.

« Le vrai droit est celui qui est pratiqué au quotidien car, à la faculté, ce sont les grands principes qui y sont enseignés, lesquels sont nécessaires, au demeurant. J’ai acquis de réelles compétences dans ses trois disciplines par une pratique quotidienne assidue. »

Que vaut l’expertise sans bienveillance et humanité ?

« Être avocat c’est d’abord être au service de l’humain, la notion de service est très importante pour moi, un client n’est pas qu’un dossier à traiter.

Je ne mets pas une priorité absolue sur la facturation même si le paiement des honoraires est nécessaire pour la pérennité de tous les cabinets. Cela m’arrive d’agir aussi de manière désintéressée.

Mon père me répétait à l’envi que je devais traiter de la même manière un président de la République et un jardinier. Je dois parvenir malgré l’affaire qui préoccupe mon client, à le faire sourire quand il sort de mon cabinet. »

Avant d’ajouter : « j’ai voulu être prêtre cela dit déjà quelque chose de mon rapport aux Autres. » 

Selarl Ricou et Kouassigan
Centre commercial Le Pavillon
Rue Henri Becquerel – Jarry
97122 Baie-Mahault
0590 82 02 80 

Commentaire Facebook

Related posts