Articles

(Re)découverte du CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Martinique
Ils s’engagent, Madinmag

(Re)découverte du CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Martinique 

Depuis 45 ans, le CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat forme les apprentis dans de nombreux secteurs, notamment ceux de l’alimentation, l’automobile, les services et les soins à la personne. 

Propos recueillis par Mathieu Rached 

La réforme du 1er janvier 2019 a fait l’effet d’une petite révolution.

Précisant les nouvelles orientations des centres de formations, la loi a rebattu les cartes pour les CFA, Centres de formation d’apprentis.

Le CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat est ainsi en train d’être transformé en « centre de formation à part entière »…

Alors que s’esquissent les contours de cette nouvelle donne, nous avons rencontré Brigitte Briand-Momplaisir, la directrice de l’établissement, pour évoquer la place, les atouts et le rôle du 1er CFA de Martinique qui, depuis 1974, forme aux CAP, BP, BTS… dans les métiers de l’artisanat, tels que l’alimentation, l’automobile, les services et les soins à la personne.

Aujourd’hui, quel est le profil des apprentis du CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ?

Brigitte Briand-Momplaisir, directrice du CFA : On compte 580 apprenants.

Ce sont en majorité des apprentis, mais cela peut être aussi des jeunes en préapprentissage et des stagiaires en formation continue.

Le millier de jeunes qui passent par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, chaque année, constituent la relève de l’artisanat.

Ils viennent tous pour acquérir un métier, à la fois par une formation sur le terrain auprès des chefs d’entreprise, mais aussi par des formations dispensées dans le CFA.

Ils deviennent ainsi des professionnels accomplis, diplômés et reconnus pour la qualité de leurs compétences.

80% des jeunes sont insérés à l’issue de l’apprentissage !

Et demain, quels profils auront-ils ? 

Nous continuerons d’accueillir le même public désormais élargi aux 16-30 ans, et nous ouvrirons nos formations aux salariés mais également à de nouveaux publics autrefois exclus. 

Comment les équipes et vous-même appréhendez-vous ces changements ? 

(sourire) Notre métier et notre engagement demeurent intacts. Et en dehors de la réforme, nous améliorons déjà nos process et notre positionnement.

L’inscription au CAD (Centre d’Aide à la Décision) est depuis janvier dématérialisée.

De même, nous avons été labellisés SPOT (Service Public de l’Orientation Territorial) au mois de mars et une convention tripartite avec l’AGEFIP*, le FIPHFP* et l’URASS* nous a amené à former et sensibiliser l’équipe pédagogique aux troubles « Dys » (dyslexique, dyspraxiques, dysphasiques) que peuvent rencontrer nos apprenants.

Quel est d’après vous le principal atout du CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ? 

Plutôt que de parler d’atout, je dirais surtout que l’alternance c’est un métier… et c’est le nôtre depuis 1974.

Aussi, outre la qualité de la formation et du projet pédagogique, l’orientation et l’accompagnement des stagiaires par le CAD sont une des clés du succès du CFA.

Ce service, dont Stéphanie Boisnoir est la responsable, constitue une interface entre les jeunes apprentis, les jeunes en formation, les chefs d’entreprise.

Ses équipes connaissent et parlent à toutes les parties, rédigent les contrats, accompagnent les chefs d’entreprise et mettent en place un service de médiation.

Vous atteignez vos objectifs ? 

Certains chiffres en effet récompensent nos efforts : à chaque concours d’apprentis, nos apprentis sont lauréats, et à leur sortie, 50 % d’entre eux vont créer leur propre entreprise…

“Le CFA de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Martinique est très bien placé au niveau national.”

Nous gardons le même cap pour cette année charnière et les prochaines.

*AGEFIP (Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Handicapés.)

*FIPHFP (Fonds pour l’Insertion de Personnes Handicapées dans La Fonction Publique)

*URASS (Union Régionale des Associations du Secteur Social et médico-social) 


(Re)découvrir le métier de boulanger 

Fête du pain du CMAR Martinique

Les 14 et 15 mai derniers était organisée la fête du pain.

Le secteur est en forte demande et le métier de boulanger a beaucoup changé.

Il existe de nombreux types d’exercice du métier avec des techniques, des outils, des produits, des cibles et même des horaires différents.

A chacun de trouver sa place ! 

Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Région Martinique
2 Rue du Temple
Morne Tartenson
97249 FORT DE FRANCE
0596 71 32 22
cmm972@cma-martinique.com
cma-martinique.com

Related posts