Compétence et confiance sont les devises d’Ecofip, monteur en projets de défiscalisation dans les DROM-COM. Après vingt ans d’existence, l’entreprise a su asseoir sa présence et consolider sa base de clients. En Guadeloupe, son directeur Jack Nepaul ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Texte Maë Poyel – Photo Lou Denim

Cette année, Ecofip souffle sa vingtième bougie. Peut-on dire que l’entreprise se porte bien ?

Jack Nepaul : Oui. Elle se portait bien aussi avant la crise du covid et pendant, on a su maintenir l’activité. Après le Covid, il a fallu consolider ce qu’on avait fait jusqu’à aujourd’hui, c’est-à-dire ne pas rentrer directement dans une phase de développement. L’an dernier, nous avons réalisé une très belle année, récupéré des clients. Maintenant, nous sommes dans la phase de développement de notre business. Nous espérons augmenter notre chiffre d’affaires d’à peu près 10 %. Nos concurrents s’organisent en face, nous saurons faire la différence.

De quelle façon intervenez-vous ?

Ecofip est un monteur de projets en défiscalisation Girardin industriel, qui accompagne des entreprises dans le financement de l’achat de matériel, dans des secteurs éligibles fixés par le législateur. Il s’agit de l’agriculture, du BTP, du tourisme, de l’industrie et de l’artisanat. Nous intervenons sur des dossiers de financement jusqu’à 250 000 euros. Passé ce montant, il faut obtenir une autorisation de la Direction générale des finances publiques (DGFIP).

Lire Aussi | Comment Ecofip modernise les tissus économiques locaux ?

Comment définir le Girardin industriel et à qui s’adresse-t-il ?

Le Girardin industriel est une aide à l’investissement. Le but est d’aider une société éligible dans les secteurs précédemment cités, à financer son investissement pour l’achat de son matériel : camion tractopelle, voiture vouée à de la location, etc. Nous accompagnons le client jusqu’à ce qu’il récupère son matériel. Deux possibilités existent : il a des fonds et contribue à hauteur de 75 % du montant et nous l’accompagnons pour compléter les 25 % restants, soit, il ne les a pas, ce qui est le schéma classique. Dans ce cas, nous l’accompagnons à hauteur de 25 %, lui, à hauteur de 10 % et nous sollicitons un partenaire financier, comme un organisme de financement pour compléter la différence.

Quels sont les domaines où vous êtes le plus sollicités ?

Nous sommes présents dans tous les domaines d’activité. Mais c’est vrai que nous intervenons beaucoup plus dans les domaines du tourisme, du BTP et de l’agriculture.

Lire Aussi | Montage en défiscalisation d’ECOFIP : l’exemple de Larney & Fils

Le projet de loi de finances 2024 prévoit une suppression de l’aide fiscale sur les voitures de location. Comment pensez-vous remédier à cette situation ?

Cela représenterait 20 % du chiffre d’affaires en moins, c’est énorme. La stratégie serait de renforcer notre présence dans les concessions, au niveau de nos partenaires et bien évidemment auprès de notre clientèle. Il nous faudra également accroître notre présence sur des secteurs comme l’artisanat, l’industrie.

Ecofip
Immeuble les Tropiques
Voie Verte – ZI Jarry 97122 Baie-Mahault
0590 32 77 76
www.ecofip.gp