Articles

Sophie Chastanet, coach en humanisation : “parce qu’il n’est jamais trop tard pour être soi-même”
Actualités des experts, Karumag

Sophie Chastanet, coach en humanisation : “parce qu’il n’est jamais trop tard pour être soi-même” 

Reconvertie dans le coaching et le team-building, Sophie Chastanet, spécialiste de la communication non violente, reçoit dans son cabinet de Petit Bourg et intervient aussi en entreprise.

Par Cécile Bonnet Faget

Vous étiez à la tête d’une agence immobilière en Guadeloupe et vous avez tout abandonné pour vous lancer dans le coaching. Pourquoi cette reconversion ?

Sophie Chastanet : J’avais tout et pourtant je n’étais pas heureuse. Quel paradoxe ! J’ai entrepris de me faire accompagner par une psychologue pour comprendre l’origine de ce malaise, sans imaginer que j’allais me faire le plus beau des cadeaux : la conscience et l’éveil de soi. Dès lors, j’ai voulu partager mon expérience et aider d’autres personnes qui seraient elles aussi « en quête de sens ». Je me suis donc engagée dans une formation de deux ans à Paris, à l’école de coaching Transformance Pro, dont je suis maintenant certifiée.

Vous êtes coach en humanisation. Qu’entend-on par là ?

Il s’agit d’apprendre à s’aimer et s’accepter. Dans la société d’aujourd’hui, l’expression des émotions est tabou. Il faut être calme, souriant, lisse, performant, et surtout sans problèmes, prétendre que tout va bien même si au fond de soi cela ne va pas. Afficher sa réussite et son bonheur est presque devenu une injonction sociale, mais cette pression est difficile à supporter pour certains. Cela commence par un léger mal-être qui si l’on n’y prend pas garde, peut aboutir à une dépression ou un burn-out. Or être heureux n’est pas un devoir. A travers un accompagnement individuel, j’aide les gens à retrouver ce qui leur fait sens, à puiser leurs ressources en eux, sans chercher des solutions à l’extérieur. Grâce aux techniques de la communication non violente, ces personnes qui souvent sous-estiment leurs capacités, apprennent à se connaître et retrouvent confiance en elles.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la communication non violente ?

La CNV est un outil à l’usage de la qualité de la relation : apprendre à mieux se connaître pour mieux communiquer. C’est devenu ma signature en tant que coach. Ses fondements ont été posés dans les années 60 par Marshall B Rosenberg, docteur en psychologie clinique, et tiennent en quatre mots : observation, sentiment, besoin et demande. C’est une autre façon de penser, de s’exprimer et d’exercer son pouvoir, qui change fondamentalement la façon d’aborder la vie et le monde en général. La CNV est un outil « univer-sel » qui peut être utilisé pour résoudre des conflits, améliorer les relations et accroître les performances dans tous les domaines de l’activité humaine :
couples, familles, écoles, hôpitaux, prisons, et bien sûr entreprises.

A ce sujet, quelles sont les attentes des entreprises dans lesquelles vous intervenez ? 

Dans la sphère professionnelle, la CNV permet de maintenir des relations constructives avec ses collègues (collaborateurs comme supérieurs hiérarchiques), de développer l’écoute emphatique, d’oser s’exprimer quand il le faut, d’utiliser ses émotions et ses besoins comme des leviers de motivation et de croissance, et de « dédramatiser » des situations de désaccord ou de conflits. Certaines sociétés font appel à mes services pour intervenir sur des problèmes concrets. Dans ce cas, je propose des stages de « team-building » avec les équipes concernées. D’autres, convaincues par l’impact positif de la CNV sur les entreprises, me demandent simplement d’animer des séminaires de sensibilisation. Je propose des formules sur mesures, adaptées à leurs besoins.

Vous dites que la communication non violente a changé votre vie…

C’est exact. C’est pour cela que j’ai tant à coeur de répandre et transmettre ce processus. Moi qui vivais dans le contrôle permanent, j’ai appris le
« lâcher prise » et la confiance. Ma sensibilité, ma vulnérabilité et mon authenticité sont devenues ma force. Mon rêve serait que la CNV soit un jour intégrée dans les programmes scolaire, car les enfants sont le monde de demain !

Sophie CHASTANET

Chemin de Carrère 

97170 PETIT-BOURG

0690 815 815

sophie.chastanetaaa@gmail.com


Commentaire Facebook

Related posts