Articles

RSMA : formation adaptée, recrutement réussi. Témoignages.
À la une, Actualités des experts, Madinmag

RSMA : formation adaptée, recrutement réussi. Témoignages. 

Rencontre avec deux dirigeants d’entreprise qui ont réussi
leur recrutement avec le RSMA.

Propos recueillis par Mathieu Rached

Au cours des derniers mois, dans le cadre d’une série d’articles consacrés au RSMA, nous avons rencontré des jeunes volontaires stagiaires, des volontaires techniciens (graphiste, secrétaire, formateur…, embauchés par le RSMA) et des militaires de carrière en mission pour encadrer les jeunes sur la base de Basse Gondeau, au Lamentin.

Un régiment qui est à la fois un centre de formation actif depuis soixante ans, un internat, une petite ville de 800 âmes avec un restaurant, une épicerie et même un bureau d’accueil touristique tenu par les stagiaires de la filière Tourisme Hôtellerie Restauration.

Tout le monde s’y salue main sur la tempe et chaque jeune prépare son avenir et ses entretiens d’embauche.

Des chefs d’entreprise et directeurs de ressources humaines, passent eux aussi la barrière du régiment, fiche de poste et contrat de stage, à la main.

Une rencontre de terrain qui débouche généralement sur un stage de quinze jours (renouvelable une fois) et se termine souvent par un emploi dans une de ces entreprises martiniquaises partenaires.

Yann Bouquin et Jean-Bernard Lebeau sont de ceux-là. Le premier est responsable de site d’AMC Martinique, spécialisé dans la vente et la location de matériel médical et chirurgical pour les particuliers et les structures hospitalières, le second est directeur général du groupe VILEA spécialisé dans l’eau et l’assainissement.

Tous deux ont embauché cette année des jeunes du RSMA.

Curieux de connaître l’histoire de leur entreprise, de leur approche de recrutement et de leur expérience avec le RSMA, nous les avons réunis eux et le chef de corps du régiment, Frédéric Aubanel, pour une discussion ouverte sur nos jeunes et nos entreprises. 

Entretien sur l'insertion au RSMA

Comment vous êtes-vous rapproché de la cellule insertion du RSMA ?  

Yann Bouquin, responsable de site d’AMC Martinique : C’est très récent et c’était la première fois dans l’histoire du groupe qui fête cette année ses 40 ans d’existence en Martinique.

En février 2019, nous avons approché le Régiment pour des besoins en matière de recrutement de chauffeur-livreurs et magasiniers.

Trois candidats ont été présélectionnés directement au Régiment puis en entretien dans nos locaux. Ils ont suivi un stage d’un mois dans l’entreprise, à l’issue de quoi ils ont été embauchés en CDI.

Une réussite…

Y. B. : C’est le cas, oui. Nous avons rencontré des jeunes qui avaient acquis durant leurs parcours au Régiment des valeurs de rigueur, d’assiduité, de solidarité, de respect de la hiérarchie… des valeurs cardinales certes pour toute entreprise et plus particulièrement peut-être chez AMC.

Parmi nos clients, nous comptons à la fois des professionnels de santé mais aussi des patients en direct chez qui nous livrons différents types de matériels : des consommables mais aussi des lits médicalisés par exemple.

Nous pouvons aussi être amenés à livrer des matériels à plusieurs dizaines de milliers d’euros à haute valeur ajoutée. AMC a un public et un contexte particuliers qui nécessitent certaines qualités d’adaptation.

Jean-Bernard Lebeau, directeur général du groupe VILEA : Pour le groupe VILEA, notre collaboration avec le RSMA a commencé dès 2012 et s’est concrétisé en 2017 par le recrutement en CDI d’une assistante de gestion, recommandée RSMA.

Elle aussi, très organisée, assidue, rigoureuse, elle s’est très bien intégrée à l’équipe.

Et le mois dernier, nous avons recruté un conducteur-manipulateur de camion hydrocureur avec le concours du RSMA

Jean-Bernard Lebeau, chef d'entreprise de Vilea, partenaire du RSMA

Y a-t-il une chose qui vous a surpris dans le profil de vos jeunes recrues ? 

J-B. L. : Surpris non, mais disons que d’emblée les jeunes du RSMA nous intéressent à plusieurs titres. Notamment parce qu’il s’agit de jeunes remobilisés qui redeviennent acteurs de leur vie.

Ne l’oublions pas : ils n’ont pas été forcés à être là, au régiment… où ils doivent modifier leur comportement et adopter de nouvelles habitudes et valeurs.

Je pense que cela dit déjà beaucoup de choses de leur motivation à réussir et de l’implication dans un collectif.

Y. B. : C’est vrai. J’avais d’ailleurs une crainte vis-à-vis d’un des jeunes que nous avions présélectionné, du fait de la distance entre son domicile au Lorrain et notre siège à Fort-de-France. Je me trompais, il est là tous les matins toujours à l’heure…

Ça dépend en définitive de chacun, dans certains cas, des obstacles pressentis n’en sont plus.

Frédéric Aubanel, chef de corps du RSMA : Le régiment ne fait pas de miracle… mais nous réunissons les conditions pour qu’il puisse se réaliser.

Frédéric Aubanel du RSMA

“Le recrutement c’est forcément une aventure humaine. Une rencontre, finalement, entre un chef d’entreprise, un candidat et un univers de travail.”

Frédéric Aubanel

L’idée c’est aussi que beaucoup de choses que nos jeunes volontaires vont apprendre au RSMA ne répondent pas à un objectif particulier applicable immédiatement.

Mais, mis bout-à-bout, c’est ce qui va en faire de bons candidats capables d’exercer tel ou tel métier et telle ou telle mission. Nous en sommes très fiers. 

Vous avez trouvé des jeunes qui correspondaient parfaitement aux postes que vous recherchiez ? 

J-B. L. : En réalité, nous n’attendons pas du jeune que nous recrutons une autonomie immédiate pour exercer ses missions.

Comme pour tout salarié, ça s’apprend et ça se gagne sur le terrain grâce à l’accompagnement d’un salarié expérimenté et de l’encadrement.

Ce qui compte pour nous c’est que le jeune ait un niveau de qualification adapté au poste, une réelle ambition professionnelle, une attitude volontaire et un certain courage pour franchir avec succès les étapes de l’intégration.F

“Ce que beaucoup de chefs d’entreprise nous disent dans les phases de recrutement : « ce jeune est top, le métier il va l’apprendre ».”

Frédéric Aubanel

En fait tout commence une fois qu’ils quittent le RSMA et intègrent l’entreprise… 

Y. B. : Quand vous devez déplacer des matériels pouvant peser plusieurs centaines de kilos ou bien installer un lit médicalisé chez un particulier en situation de handicap ou atteint de la maladie d’Alzheimer, la cohésion d’équipe ne peut pas vous faire défaut…

Yann Bouquin d'AMC

“La réussite de cette prise de poste et de missions repose d’ailleurs beaucoup sur la bonne intégration au groupe dans l’entreprise. C’est décisif.”

Yann Bouquin

Cette appartenance à un groupe c’est déjà ce qui se joue j’imagine avec le port de l’uniforme.

F.A. : Oui, ça facilite certaines choses, détermine des devoirs et des obligations et aussi en quelque sorte un savoir-être qui va être utile tout au long de votre vie. 

J-B. L. : C’est ce qu’on observe dans l’entreprise quand une jeune recrue, simple technicien va trouver sa place et se rendre compte de l’importance de sa fonction et de sa contribution à la réussite d’un ensemble plus grand qu’est le service et donc l’entreprise.

F. A. : C’est la similitude entre l’esprit d’entreprise et l’esprit de corps qui caractérise le régiment…

Frédéric Aubanel, ça vous fait plaisir ce que décrivent ces deux chefs d’entreprise ? 

F. A. : (sourire) Oui bien entendu. Mais je dois avouer que ça ne m’étonne pas, vous savez, ces jeunes-là que vous voyez ont déjà fait le plus dur en osant franchir le portail de RSMA.

Et nous leur mettons tout entre les mains pour qu’ils puissent ensuite franchir la porte d’une entreprise et d’une direction des ressources humaines. 

Les quelques mois au RSMA doivent servir de déclic en quelque sorte…

F. A. : Un déclic qui va ouvrir sur différentes perspectives, il y a autant de débouchés que de jeunes

Nous assurons une remise à niveau avant, pour certains, une reprise d’études, pour d’autres, une expérience dans l’Hexagone et pour d’autres encore un premier contrat en Martinique etc.

C’est pourquoi il est aussi très important de distinguer la « fonction » de la « mission ».

On n’est pas secrétaire de la même manière dans telle ou telle entreprise, sur tel territoire, dans tel environnement professionnel…, même si la fonction est identique la mission ne sera pas la même.

Nos jeunes sont sensibilisés à cet aspect; à l’issue de leur formation RSMA, ils sont capables d’occuper une fonction, et avec les acteurs économiques tels AMC et le groupe VILEA qui les recrutent, ils entreprennent leur première mission dans les entreprises martiniquaises.

RSMA Martinique
0596 42 56 26 – 0596 42 56 28
www.rsma-martinique.com

Related posts