fbpx

Articles

Comité du tourisme de la Guyane : Alex Madeleine donne le bon cap
À la une, Experts, Guyamag

Comité du tourisme de la Guyane : Alex Madeleine donne le bon cap 

A la tête du Comité du tourisme de la Guyane, épaulé par une équipe de 20 personnes, Alex Madeleine conduit une révision ambitieuse du SRDLTG pour en améliorer la pertinence et les actions.

Depuis son élection le 16 février 2016, il est l’homme fort du tourisme.

En attendant la validation du schéma de révision par la Collectivité Territoriale de Guyane, le président du Comité du Tourisme nous a accordé un entretien pour évoquer les axes de travail de ses équipes et ses aspirations pour une filière économique porteuse et capitale.

Quelles vont être les priorités et les principales orientations du schéma de révision du SRDLTG ? 

Alex Madeleine, président du CTG :

“Cette révision est motivée par un objectif : donner l’impulsion et la stratégie afin de soutenir les professionnels de la filière.”

Ils sont en première ligne, nous nous devons d’être au plus près d’eux.

A ce stade de l’audit, 5 axes prioritaires se dessinent :

  • Il s’agira d’abord de consolider les fondamentaux (propreté, signalétique, aménagement, couverture réseaux etc..), tout en favorisant une montée en gamme des prestations d’hébergements notamment grâce à une offre à fort pouvoir expérientiel sous la forme d’écolodges.
  • Ensuite, il s’agira de valoriser en priorité les sites majeurs ainsi que d’accentuer la démarche qualité et la formation.
  • Enfin, il apparaît capital d’optimiser l’organisation de l’activité touristique avec un réseau d’offices du tourisme communautaires qui interviennent en relais du CTG, chef de file du tourisme régional.
Alex Madeleine

Selon quel planning le plan de révision entrera-t-il en action ?  

La première mesure concernera la signalétique touristique.

La pose de panneaux conformes sur les réseaux routiers à l’instar de la route départementale 5 (RD5) devra être finalisée sous 28 mois.

De même, un programme de Relais Information Services (RIS) à destination des piétons prendra forme dans chaque commune, soit un coût de 516 356 € avec le concours des fonds FEDER et de la CTG. 

Une fois les différents projets amorcés, l’Observatoire du tourisme entrera en jeu pour suivre leur impact… 

Absolument, l’Observatoire du tourisme est un outil central.

Depuis 2014, il fournit des éléments déterminants sur l’activité globale et sectorielle pour alimenter les réflexions et les stratégies d’entreprises ou territoriales.

Par ailleurs, il a aussi pour mission de valoriser le territoire auprès des acteurs extérieurs et les accompagner dans le processus d’études de marché et d’analyse de faisabilité de projets. 

A lire aussi
. Le CESER Guyane milite pour un développement du tourisme durable
. Université de Guyane : une licence pro pour initier la filière tourisme
. Le tourisme aux Antilles-Guyane : créativité et savoir-faire

Les chiffres témoignent de la progression de l’attractivité de la Guyane avec 110 739 visiteurs (tourisme récepteur) en 2017 contre 86 635 en 2015. Qu’en est-il du tourisme résident  ?

Vous avez raison de l’évoquer, le tourisme résident constitue un marché prioritaire !

Un chiffre là aussi atteste de son importance : 20% de la consommation touristique est guyanaise.

Ensuite, cela place les Guyanaises et les Guyanais dans une position de « prescripteurs », car le bouche à oreille est vecteur capital de promotion.

Enfin, c’est une manière de faire de tous les habitants des acteurs de la vitalité du secteur et du territoire…

C’est dans cette dynamique que le CTG organise chaque année le Salon du Tourisme et des Loisirs de Guyane, et propose aussi le très prisé guide « Vakans An Nous koté ».

En endossant les habits de président du CTG, vous avez accepté de présider à la politique d’attractivité touristique du territoire, c’est un rôle sur-mesure ? 

(Rire) Ça n’est certainement pas à moi de le dire.

“Une chose est sûre, j’ai  toujours été attaché à ma terre et à ce qu’elle nous offrait.”

Enfant, pour moi qui suis originaire de Saint-Laurent-du-Maroni, les vacances étaient estampillées « vakans au péyi ».

Il y avait beaucoup à faire, baignades dans les criques, descentes de fleuves… Et le temps de découverte me paraissait toujours trop court.

Je ressentais déjà intuitivement l’immense potentiel de mon territoire…

Être aux commandes de l’institution tourisme a été une suite logique dans mon parcours, et remplir ce rôle me donne beaucoup de fierté.

CAYENNE
12 rue Lallouette
0594 29 65 00
PARIS

1 rue Clapeyron (8ème)
0142 94 15 16
www.guyane-amazonie.fr

Related posts