Face à la généralisation du télétravail et à l’isolement des salariés, plusieurs startups ont créé des plateformes de machine à café et bureaux digitaux pour renforcer les liens entre collaborateurs.

Après WorkAdventure, lancée en février 2021, par la filiale de l’entreprise française The Coding Machine, plusieurs plateformes ont vu le jour, soucieuses de rendre plus conviviales les journées de travail à la maison et de préserver la culture d’entreprise en recréant des bureaux et des machines à café virtuelles.

À quoi ça ressemble ? 

Il ne s’agit pas d’un simple lien zoom, où on pourrait boire son café en regardant ses collègues faire de même. Dieu merci ! La pause-café virtuelle se veut un concept recherché, décliné à tous les niveaux de l’entreprise avec des avatars personnalisables se déplaçant dans des espaces en 2 dimensions. On peut participer à des conférences, des forums de recrutement, des concerts et même des escape games. Tout a été pensé pour tenter de recréer de manière ludique ces moments d’échange informels d’une journée de travail, on est tout à coup dans un environnement digne des majors de la Silicon Valley.

À lire également| Télétravail : les bonnes pratiques pour rester efficace à distance

La pause café virtuelle, ça marche ? 

La machine à café virtuelle et ses bureaux digitaux comblent-ils alors les manques liés au travail à distance ? Sans surprise, on en est encore loin. D’après Loic Le Morlec, spécialiste de l’organisation et auteur de Fake Management (Ed. Ems Management Et Societes, 2022), « la machine à café virtuelle, même avec les meilleurs outils et la bonne méthode n’est qu’un ersatz des liens physiques. Alors qu’elle est vendue (à commencer par l’entreprise) comme une réponse au besoin de convivialité, elle cherche en fait à résoudre un risque psycho-social d’un nouveau type ».

Sociologue du travail, Aurélie Jantet renchérit « On passe à côté du langage non-verbal qui est extrêmement important pour se repérer, communiquer et même réguler les interactions. La “gamification” du travail contribue aussi à un brouillage des frontières entre travail et loisir ».

À lire également| L’intelligence collective, la clé des défis de demain