Label. Dans le cadre de la Stratégie Nationale Sport-Santé 2019-2024 (SNSS), et pour répondre à l’engagement du président de la République, le ministère chargé des Sports ainsi que celui des Solidarités et de la Santé ont créé le programme des Maisons Sport-Santé (MSS). La Guyane compte deux structures labellisées à Cayenne et Matoury. Texte Sandrine Chopot

Avec la crise Covid-19, la promotion des activités physiques et sportives pour tous et la lutte contre les comportements sédentaires ont été des enjeux majeurs, au cœur des priorités du gouvernement. Dans le cadre d’un appel à projets national visant à labelliser les Maisons Sport-Santé, l’ARS Guyane avec l’appui de la DGCOPOP (1) était chargée de l’instruction des dossiers de candidatures.

« L’ARS Guyane a pour mission de porter la politique nationale sur l’ensemble du territoire. Nous avons de plus en plus de porteurs de projets qui souhaitent se positionner sur la dynamique sport-santé. Notre rôle est de les accompagner, de favoriser le développement de la pratique sportive pour tous dans l’objectif d’améliorer l’état de santé de la population », explique Estelle Richard, responsable à l’appui aux porteurs de projets en santé. 

« L’idée est de prévenir les complications en lien avec la maladie, traiter et favoriser un retour à l’autonomie mais c’est aussi promouvoir le sport sur ordonnance et lutter contre la sédentarité. »

Des équipes pluridisciplinaires au sein des Maisons Sport-Santé

Portée par la CTG et labellisée depuis le 10 janvier 2022, la Maison Sport-Santé de Cayenne est installée au centre médico-sportif du Dr José Darcy. Elle dispose de plusieurs salles de sport, de bassins ainsi que de bureaux de consultation.

De son côté, soutenue par la mairie, la Maison Sport-Santé de Matoury, labellisée depuis 2019, propose une configuration multi-sites. « Elle bénéficie de plusieurs installations et de l’appui de structures partenaires (associations) permettant un accès aux activités sportives à toute la population », souligne Shirley Coupra, responsable du service prévention à l’ARS.

Le dispositif Maison Sport-Santé propose des programmes d’activités physiques et sportives aux personnes en bonne santé qui souhaitent reprendre une activité physique à des fins de santé et de bien-être et ceci quel que soit leur âge. Il s’adresse également aux personnes souffrant de pathologies chroniques, personnes atteintes de diabète, d’une affection longue durée, après un cancer, mais également à des profils de patients – personnes âgées, en surpoids ou en situation de handicap – pour lesquels la pratique d’activité physique est prescrite par le médecin.

Ce public prioritaire est accompagné par des professionnels de la santé : éducateurs en activités physiques adaptées (EAPA), médecins du sport, infirmiers, psychologues, diététiciens, sophrologues… Après un test d’évaluation, un parcours personnalisé, réévalué au fil du temps, est mis en place. « L’idée est surtout de prévenir les complications en lien avec la maladie, de traiter et de favoriser un retour à l’autonomie mais c’est aussi promouvoir le sport sur ordonnance et lutter contre la sédentarité. Il est important de souligner que le sport sur ordonnance n’est pas pris en charge par la sécurité sociale et nécessite l’adhésion à une mutuelle », précise Estelle Richard. 

À lire également | L’ARS Guyane sensibilise aux enjeux du développement durable pour la santé

Mutualiser et coordonner 

Ce dispositif Maison Sport-Santé s’inscrit dans une dynamique territoriale. « L’ARS est compétente dans le champ de la santé, de la prévention jusqu’aux soins, sans oublier l’accompagnement médico-social. Notre mission est aussi de mutualiser et de coordonner l’ensemble des actions mises en œuvre par les acteurs concernés. Avec la DGCOPOP, compétente sur le champ du sport, ou encore l’association Guyane Promo Santé, nous souhaitons démultiplier nos actions sur le territoire, donner plus de visibilité à tout ce qui existe déjà, faire connaître les équipements sportifs, créer un annuaire des EAPA, dont les missions sont souvent méconnues. L’association « Sports pour tous » propose ainsi des formations sur des modules spécifiques (obésité, diabète…). Les coachs peuvent prendre en charge certaines pathologies et ainsi permettre à la personne de pratiquer une activité physique et sportive dans l’objectif de la poursuivre de manière durable », conclut Shirley Coupra, responsable du service prévention à l’ARS.

(1) Direction générale de la cohésion et des populations

Parcours de soin global après le traitement d’un cancer

Dans le cadre de la stratégie décennale de lutte contre le cancer 2021-2030, en vue de limiter les séquelles, de prévenir les rechutes et d’améliorer la qualité de vie des personnes ayant eu un cancer, l’ARS Guyane lance un appel à projets sur les soins supports dont le sport fait partie. Comme l’indique Estelle Richard, « il s’agira de mettre en place des structures qui prendront en charge les patients après le traitement d’un cancer, pour leur proposer un suivi global mais aussi un bilan d’activité physique et sportive adaptée afin de les orienter vers des organisations compétentes et notamment les Maisons Sport-Santé ».

ARS GUYANE
6, Avenue des flamboyants 
97306 CAYENNE
05 94 25 49 89
estelle.richard@ars.sante.fr
dorothee.alexandre@ars.sante.fr
www.guyane.ars.sante.fr