Dans le cadre de la loi AGEC, le fonds réemploi complète le fonds réparation pour lutter contre le gaspillage et poser les bases d’une économie circulaire. Marie Buisson, animatrice de la plateforme Caraïbes inter-filières REP au sein de l’association Entreprises & Environnement nous livre le mode d’emploi. Découverte.

Texte Floriane Jean-Gilles – Photo Jean-Albert Coopmann

Avec Entreprises et Environnement, prolonger la durée de vie de nos objets…

« Les fonds réemploi et réparation concernent certains types de produits (filières REP) dont les déchets peuvent être facilement réutilisés, comme les appareils électriques et électroniques ou les textiles », selon Marie Buisson. Si ces deux fonds visent à allonger la durée de vie des produits, ils n’ont pas la même cible :

1- Le fonds réparation incite les consommateurs à faire réparer leurs produits au lieu de les jeter. Ils bénéficient ainsi d’un bonus réparation, déduit sur la facture finale, s’ils se rendent chez un réparateur labellisé. Pour la filière des appareils électriques et électroniques, ce bonus s’applique à 73 catégories de produits et son montant dépend du type d’appareil, allant de 15 € pour un ventilateur à 60 € pour une télévision. Le bonus réparation s’applique également aux vêtements et chaussures. Il s’ouvrira prochainement à d’autres filières :
articles de bricolage et jardin, de sport et loisir, jeux/jouets et éléments d’ameublement.

2- Le fonds réemploi soutient quant à lui les acteurs de l’Économie sociale et solidaire qui procèdent à des actions de reconditionnement (nettoyage, détachage, réparation, up-cycling) des mêmes catégories de produits que celles mentionnées précédemment. Ce fonds permet à ces acteurs de notre territoire d’accéder à des gisements d’équipements de seconde main pour leur remise en état, et d’être soutenus financièrement pour développer leur activité basée sur l’insertion professionnelle et la transition écologique.

Lire Aussi | Cœur de parc : préserver des joyaux exceptionnels mais fragiles

… pour réduire le volume de déchets

Les filières REP, à responsabilité élargie des producteurs, reposent sur le principe de pollueur-payeur. En d’autres termes, les entreprises responsables de la mise sur le marché de certains produits ont la charge de financer et d’organiser la gestion des déchets issus de ces produits en fin de vie. C’est la raison pour laquelle les producteurs et fabricants se rassemblent pour former des éco-organismes à qui ils versent une éco-contribution c’est-à-dire une contrepartie financière pour que ceux-ci s’occupent du traitement de leurs déchets. Ce sont ces mêmes éco-organismes qui financent les fonds réemploi et réparation.

Lire Aussi | Panorama des aires marines protégées

Professionnels, obtenez votre label grâce à Entreprises et Environnement !

Chaque éco-organisme dispose de son label ; la démarche est gratuite dans la majorité des cas et peut être effectuée directement sur leur site internet. Les éco-organismes Ecologic et Ecosystem ont ainsi créé le label QualiRépar qui atteste qu’un produit ou qu’un service répond à une liste de critères de qualité ou à certaines normes. C’est donc un gage de crédibilité pour les professionnels donc de confiance pour les consommateurs.

« Sur nos territoires, les choses se mettent progressivement en place », poursuit Marie Buisson.
« Notre mission est d’accompagner les artisans, réparateurs et SAV, en partenariat avec la CCI et la CMA, chambre de Métiers et de l’Artisanat de Martinique, pour les sensibiliser à la labellisation. Notre objectif est de faire émerger ces acteurs de la réparation et du réemploi en Martinique, d’ici la fin de l’année, afin qu’ils bénéficient pleinement de ces dispositifs. La gestion des déchets en territoire insulaire est un enjeu majeur dont il est important de se saisir, professionnel comme particulier. D’ailleurs, les particuliers aussi ont leur rôle à jouer auprès de leurs artisans en les sensibilisant à cette question. »

Lire Aussi | Pour le SMEM : la transition énergétique se réussit ensemble

Rappel de la loi AGEC du 10 février 2020
La loi AGEC, « Anti-gaspillage pour une économie circulaire » vise à transformer nos modèles de production et de consommation afin de limiter les déchets et de préserver notre environnement (ressources naturelles, biodiversité et climat).
Cinq objectifs pour les années à venir ont été fixés :
• Sortir du jetable ;
• Mieux informer les consommateurs ;
• Lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire ;
• Agir contre l’obsolescence programmée ;
• Mieux produire.

Réparateurs, à chaque filière sa labellisation
– Filière des équipements électriques et électroniques (EEE) :
demande-label-qualirepar.fr
– Filière des textiles, linge, chaussures (TLC) :
reparateur.refashion.fr
– Filière des articles de sport et loisirs (ASL) :
asl.demande-label-bonusrepar.fr
– Filière des articles de bricolage et jardinage thermiques (ABJ) : abj.demande-label-bonusrepar.fr
– Filière des éléments d’ameublement :
ecomaison.com/devenir-reparateur-agree-bonus-reparation-avec-ecomaison

Entreprises & Environnement
Site Web
0596 50 86 48
Facebook : AssociationEntreprisesetEnvironnement
Linkedin : Association Entreprises et Environnement