À travers son action, le Département entend valoriser l’art, la culture et le patrimoine… faire revivre et perdurer la mémoire collective guadeloupéenne, mais aussi promouvoir une vraie dynamique de lecture publique digne de notre héritage. 

Texte Rédaction – Photo Lou Denim

Programmation : la culture en Guadeloupe

« Par des mises à disposition de sites patrimoniaux, qui peuvent correspondre à des instants de créations ou de démonstrations artistiques et par des accompagnements financiers, nous nous impliquons dans la vie créatrice du pays », soutient Michel Mado, président de la commission Développement culturel et gestion du patrimoine du Département.

Animée par la volonté de démocratiser une culture « trop souvent idéalisée », la collectivité concentre son action sur l’aide à l’éclosion, au renforcement de structures et sur l’enseignement artistique et culturel. « Le tissu d’acteurs n’est pas simple à réunir, mais via nos résidences de créations, nos partenariats de plus en plus nombreux avec les organisateurs d’expositions, de manifestations pérennes, c’est un pas ferme vers une charpente relationnelle fluide et efficace », poursuit le président.

Lire Aussi | 5 femmes au parcours exemplaire au sein de Région Guadeloupe

Le Département soutient la programmation artistique

Le Département soutient aussi l’art cinématographique en se positionnant aux côtés d’acteurs, de réalisateurs et en concrétisant de vraies industries créatrices et culturelles. Grâce à un service en plein développement, sa politique archivistique se dynamise et une nouvelle stratégie en termes de politique archéologique se met en place.

« Aujourd’hui, l’action publique est vue comme une aide à la professionnalisation, un soutien à la diversité des créations, un accompagnement vers la qualité, une reconnaissance des pairs… Et un engagement pour l’amour de la lecture, des beaux mots, d’une parole réfléchie et qui résonne au pays de Sonny Rupaire, Guy Tirolien, Albert Béville et Ernest Pépin. »

Toute l’année est ainsi ponctuée d’événements artistiques et culturels variés.
« Parmi nos temps forts ? Vibra’Sons, l’accompagnement au carnaval, les Créations Hybrides, Fò an fanmi, Partir en Livre, Kréyol An Mouvman qui redémarre cette année, les cartes blanches du Musarth*, les Piqûres d’éveil de LaMeca (médiathèque de Basse-Terre), un nouveau rendez-vous dédié à la danse pour novembre… Chaque mois, nous honorons un artiste, un acteur culturel avec « On Ti Zyédou ». Manifestation révélatrice de notre grande richesse et des nombreux acteurs engagés qui forgent notre identité. Nous ne manquerons jamais d’idées, ni de rendez-vous… Tant l’action culturelle est par essence effervescente. »

*Musée départemental d’art et d’histoire (Pointe-à-Pitre).

Lire Aussi | Le département s’engage pour les droits des femmes