Sport Santé. Engagé pour l’insertion professionnelle et la santé publique, l’IMS oeuvre depuis 2016 à la structuration d’une filière de développement économique axée sur le sport. Président de la structure, Jean-Philippe Nilor aborde le bilan et les perspectives de l’institution. 

Jean-Philippe Nilor - président Institut Martiniquais du Sport
Jean-Philippe Nilor

En tant qu’opérateur de la politique sportive de la Collectivité Territoriale de Martinique, quelles sont les missions de l’IMS ? 

Jean-Philippe Nilor, président de l’IMS : Dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière, l’action de l’IMS se décline en quatre axes :

  • Sport et santé
  • Sport et tourisme
  • Sport de haut niveau
  • Sport et social

Nos missions sont d’assurer l’accueil et l’information, de mettre en place des formations et des stages, d’offrir du conseil et de l’accompagnement, mais aussi de proposer des animations et d’organiser des séjours sportifs, des sessions d’entraînement, des opérations événementielles et des actions de soin et de prévention.

C’est le travail auquel nous nous sommes tous inlassablement attelés depuis notre arrivée en 2016 à la tête de cette institution majeure.

L’IMS offre ainsi un riche panel de formations. Quel bilan en faites-vous après 6 ans d’existence ? 

Nous avons dispensé pas moins de 23 sessions de formation, dont un peu plus de la moitié sont à l’initiative de l’IMS.

« Nous sommes fiers d’avoir pu accompagner 309 stagiaires martiniquais à ce jour, avec un taux de réussite atteignant les 99% ! »

Quatre formations sont d’ores et déjà programmées pour cette année 2021, à savoir :

  • Le Titre II RNCP responsable associatif en partenariat avec le CNAM
  • Un BP JEPS AF
  • une formation Cyclisme et Voile
  • Un DE JEPS Tennis

Dans le futur proche, nous allons concentrer nos efforts sur l’obtention de la certification qualité Qualiopi pour notre organisme de formation référencé Datadock.

Opérer une montée en gamme de nos formations à destination des encadrants et bénévoles associatifs, mettre en place la formation Sport Santé et développer des formations continues pour les professionnels du sport font également partie de nos priorités.

En quoi consiste ce projet Sport Santé de l’IMS ? 

Avec ce projet, nous souhaitons faire de la Martinique un territoire d’excellence en matière de prise en charge des problématiques de santé par le sport adapté, autour du concept de « SPORTICAMENT ».

Le 3 avril 2019 a été signée par l’ensemble des acteurs du territoire la déclaration d’intention, signalant devant le ministre des Outre-mer l’orientation claire des politiques publiques en faveur du sport/santé, et plus particulièrement à destination des publics atteints de pathologies chroniques.

C’est au terme d’un long travail en partenariat avec la Ligue contre le Cancer, le GIP PROM (plateforme régionale d’oncologie de Martinique), la Collectivité Territoriale de Martinique, l’Agence Régionale de Santé, l’État, la DRAJES (Délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et au sport), le CTOSMA (Comité territorial olympique et sportif de Martinique)… que nous avons enfin obtenu en janvier 2020 le label “Maison Sport Santé”.

Le lancement de cette plateforme ressources sport/santé multi-partenariale est prévu d’ici la fin du premier semestre 2021. Une signalétique innovante sport-santé “IMS” a vocation à être dupliquée dans les communes souhaitant adhérer à cette démarche. Afin de toujours favoriser davantage le mouvement et l’activité physique de nos compatriotes. 

A lire également
Devenir éducateur sportif avec l’IMS, l’exemple d’Olivier Matinda
Faire du sport son métier, c’est possible avec l’Institut Martiniquais du Sport
Une école de sport business pour le marché ultramarin ?

L’IMS est par ailleurs très présent aux côtés des acteurs du monde associatif…

En effet ! L’obtention du label PANA (Point d’Appui Numérique Associatif) nous permet désormais, en collaboration avec le CTOSMA, de proposer une vraie valeur ajoutée aux associations sportives. 

En moyenne, ce sont 65 associations sportives et culturelles qui utilisent les installations de l’IMS chaque année. Nous avons également des relations fortes avec les fédérations sportives comme en témoigne par exemple notre convention avec le pôle de handball. 

C’est pourquoi, et d’autant plus en tant que grand sportif moi-même, que nous regrettons de ne pouvoir attribuer à toutes les associations sportives qui font un travail exceptionnel, l’ensemble des créneaux dont elles souhaiteraient bénéficier.

Nous nous devons ainsi d’établir des arbitrages équitables tenant compte de toutes les disciplines, des créneaux demandés, des tranches d’âge, du sport féminin, du sport handicap, du sport jeune… C’est dire le manque cruel d’infrastructures et d’équipements sportifs dans notre pays.

« Pouvoir donner à toutes les associations sportives les moyens d’exister est donc pour nous une priorité absolue. »

Une priorité que les politiques publiques d’aménagement et d’équipement doivent par ailleurs impérativement prendre en considération dans le cadre d’un véritable projet de territoire.

Peut-on parler d’un réseau IMS des professionnels du monde sportif ? 

Certainement : nous observons qu’à chaque promotion de stagiaires des liens se tissent qui augurent de belles collaborations futures. Ce qui par ailleurs constitue notre leitmotiv et fait notre force : former les animateurs de demain par nous-même et pour nous-même

Nous mettons par ailleurs un point d’honneur à garder contact avec nos stagiaires. D’ailleurs, nous travaillons étroitement avec certains d’entre eux devenus coachs.

A titre d’exemple, de nombreux anciens stagiaires diplômés de l’IMS ont contribué par leur implication au large succès du concept « Sport Bo Kay » pendant le premier confinement.

« L’IMS encourage également et contribue activement au développement de réseaux inter-disciplines de dirigeants, d’encadrants et de pratiquants. »

A terme, notre ambition est de structurer une véritable filière de développement économique autour du sport, avec de réelles opportunités de formations et d’emplois qualifiés, au service du pays.

Sport Bo Kay a été une réelle innovation de l’IMS. Quel bilan faites-vous de cette action ? 

Comme j’aime à le dire, il faut savoir faire d’une faiblesse une force.

Ainsi, afin de contribuer à lutter contre l’exclusion sociale et de permettre aux Martiniquais de continuer à prendre soin de leur corps et de leur santé pendant cette période traumatisante du confinement, nos équipes ont mis en place le Sport Bo Kay, un programme de cours en ligne d’activités physiques, de conférences autour du sport et de la nutrition, ou encore de cours de cuisine

En quelques chiffres :

  • Plus de 500 cours ont été proposés
  • Un total de pas moins de 400 heures de cours
  • 22 691 participants, dont certains se connectaient depuis l’Europe, les Etats-Unis, l’Australie et même les îles Fidji

Je dois dire que les retours ont été particulièrement positifs, tant pour les nombreux participants que pour les coachs sportifs qui se sont prêtés au jeu avec une énorme motivation et un grand professionnalisme.

« A cette occasion, la Martinique a démontré qu’en unissant ses talents et en osant innover, elle pouvait afficher son intelligence collective et son attractivité à l’échelle internationale ! »

Qu’est-ce qui fait le succès de l’IMS selon vous ? 

Nous nous efforçons de toujours mieux répondre aux besoins du territoire en matière de politique sportive. Par ailleurs, je dois dire que l’IMS que j’ai l’honneur de présider est administré depuis 6 ans par une véritable dream team.

« Des espaces verts au service de formation, en passant par l’accueil, l’entretien et les services commerciaux et administratifs, je me dois de saluer le sérieux d’un personnel pleinement impliqué dans la démarche. »

D’autre part, il me semble important de souligner que l’on a la chance de ne pas retrouver chez nous les éternels clivages entre majorité et opposition. Tous militants et passionnés du sport Martiniquais, les élus membres du conseil d’administration de l’IMS travaillent « main dans la main », malgré leurs différentes sensibilités politiques.

Cela démontre clairement que nous sommes parfois capables, dans un climat apaisé, de privilégier les intérêts du pays sur les intérêts politiciens. Et sans cet état d’esprit, nous n’aurions pas pu accomplir tout ce travail. J’ai donc totalement confiance en l’avenir de ce bel outil qu’est l’IMS. 

Cependant, la poursuite de cette évolution positive passe aujourd’hui impérativement par un investissement de la CTM pour un hébergement de qualité sur site. C’est à cette condition que l’IMS continuera de progresser dans sa mission.

IMS 
Mangot Vulcin 
Le Lamentin
www.ims.mq 
FB @IMS972