Aménagement. Anne-Sophie Grave, Présidente du directoire de CDC Habitat était en Guadeloupe en octobre. L’occasion d’éclaircir l’action de CDC Habitat avec sa filiale, la SIG, Société Immobilière de Guadeloupe. – Texte Yva Gelin

Qu’est-ce que le groupe CDC Habitat et quelles expertises métier et terrain le composent ?

Anne-Sophie Grave, Présidente du directoire de CDC Habitat : Le groupe CDC Habitat est un opérateur global de l’habitat d’intérêt public. Nous sommes présents sur toute la chaîne du logement, du logement très social, au logement social et intermédiaire, à l’accession sociale à la propriété.

Nous développons une diversité de produits, du logement familial mais aussi des résidences étudiantes ou des résidences pour les seniors. Le Groupe intervient également sur des opérations complexes comme le Village des athlètes pour les JO 2024, la rénovation de bâtiments en centres anciens ou le redressement de copropriétés dégradées. Il dispose aussi d’une grande expertise dans le renouvellement urbain. 

« Notre mission est d’accompagner les projets portés par les territoires pour répondre à la diversité des problématiques de l’habitat et contribuer ainsi à la production de quartiers équilibrés, inclusifs, et durables. »

Notre mission est d’accompagner les projets portés par les territoires pour répondre à la diversité des problématiques de l’habitat et contribuer ainsi à la production de quartiers équilibrés, inclusifs, et durables. Le Groupe gère 525 000 logements sur le territoire national dont près de 20% en Outre-mer, au travers de filiales locales, en Guadeloupe, à la Martinique, mais aussi en Guyane, à La Réunion et à Mayotte. 

Présidente du directoire de CDC Habitat, vous êtes en déplacement dans les Outre-mer. Quel était le but de ce voyage en Guadeloupe ? 

J’ai pris mes fonctions au mois de décembre 2020. Ce déplacement était très important pour moi, pour bien appréhender les spécificités du territoire, les problématiques de l’habitat en Guadeloupe, rencontrer les équipes de la SIG, sa gouvernance dont le département qui en est actionnaire, ainsi que les collectivités partenaires. 

C’est pourquoi, j’ai souhaité faire de nombreuses visites de sites, qui m’ont conduit de Pointe-à-Pitre aux Abymes, au Lamentin, à Basse-Terre, mais aussi à Sainte-Anne et au Moule. Les rencontres avec les collectivités et les présidents d’EPCI ont été riches d’enseignement sur la diversité des besoins et des attentes, par exemple les interventions sur l’habitat ancien dégradé à Basse-Terre en partenariat avec l’EPF, le renouvellement urbain et la gestion urbaine de proximité sur Cap Excellence, ou le logement des personnes âgées. 

À lire également | La mission de la SIG, « Améliorer le quotidien des guadeloupéens »

La mission principale du Groupe est de « répondre à toutes les problématiques d’habitation sur tous les territoires. » A quelles problématiques le Groupe doit-il répondre en Guadeloupe ? 

La SIG porte des enjeux importants en termes de réhabilitation de son patrimoine et de confortement sismique.

J’ai pu constater la belle dynamique engagée sur des projets de réhabilitation importants, qui apporte confort et qualité, comme au Moule (Les Barbadines) ou aux Abymes (Bois-Joli). Plus de 1000 logements devraient ainsi être réhabilités en 2021. Le programme de confortement sismique devrait s’accélérer avec le ‘plan séisme Antilles 3’ qui s’étend sur la période 2021-2027. Ce sont 6000 logements, qui sont prévus en réhabilitation dans les 10 ans qui viennent, afin d’améliorer le confort d’usage pour les locataires, renforcer la sobriété énergétique, mais aussi la qualité des espaces extérieurs. Il s’agit aussi pour la SIG de répondre à la diversité des besoins par la production d’une offre nouvelle de logements, en produisant de l’ordre de 300 à 400 logements par an.

La rénovation des bâtiments anciens dans les centres bourgs, l’assainissement, la diversification de l’habitat par le développement d’une offre intermédiaire ou de l’accession sociale, les équilibres territoriaux, ou l’habitat des seniors sont également des problématiques que nous avons abordées avec les collectivités, le Département, et la Région.

À lire également | Retour sur plus de 50 ans de logement social en Guadeloupe avec la SIG

Au-delà des solutions d’habitation que vous proposez, quel est le rôle du Groupe auprès de la SIG ? Quelles sont vos valeurs et quelles sont celles qui vous sont communes ? 

Le groupe CDC Habitat soutient la SIG dans son important programme d’investissement, qui représente près de 335 millions d’euros sur les 3 prochaines années.

Nous portons des engagements sociaux et environnementaux très forts, que nous partageons avec la SIG, acteur majeur du territoire, depuis 70 ans, au service des locataires et des territoires. Nous sommes acteurs dans les quartiers (Pointe-à-Pitre, les Abymes, le Lamentin), pour mener un travail avec les associations et les locataires en développant par exemple des jardins partagés, favoriser l’insertion professionnelle et le mieux-vivre ensemble. 

« Nous sommes acteurs dans les quartiers pour mener un travail avec les associations et les locataires en développant par exemple des jardins partagés, favoriser l’insertion professionnelle et le mieux-vivre ensemble. »

Nous sommes engagés pour le développement durable. Nous innovons sur les modes de production de logements pour construire de manière plus durable, en utilisant des matériaux biosourcés comme le bois, en expérimentant de nouveaux modes de production d’eau chaude sanitaire, en contribuant à l’émergence d’éco-quartiers et en étudiant des conceptions bioclimatiques des bâtiments. C’est un partage d’expertise riche et vivant entre la SIG et le Groupe.

À lire également | Comment faire rimer réhabilitation urbaine et logement social durable ?