Avant l’entrée en lice tant attendue de Teddy Riner vendredi matin à Tokyo (à partir de 22 h ce jeudi soir aux Antilles) et le début des épreuves d’athlétisme ce 30 juillet, nous vous proposons un point complet sur les performances des sportifs antillo-guyanais depuis le lancement des JO. Entre désillusion et médailles autour du cou, nos athlètes ont connu des fortunes diverses. Texte Thibaut Desmarest

Basket-Ball : des Bleus intraitables

Après une victoire historique contre Team USA (83-76), dimanche, le Guadeloupéen Rudy Gobert et le Martiniquais Andrew Albicy ont confirmé de belle manière, mercredi, lors de leur 2e match de poule face à la République Tchèque (97-77).

Qualifiés pour les quarts de finale, qui débutent le 2 août, les Bleus défieront l’Iran pour leur dernière rencontre du tour préliminaire, vendredi. Finale programmée le 6 août.

Du côté des femmes, l’entame de la compétition a été moins glorieuse puisque les Françaises se sont inclinées dès leur match d’ouverture, lundi, contre le pays hôte, le Japon (70-74), malgré une grande Sandrine Gruda (18 pts). L’autre Martiniquaise, Iliana Rupert n’est pas entrée en jeu. Les Bleues n’auront pas le droit à l’erreur face au Nigéria vendredi, avant d’affronter les USA, le 2 août lors du dernier match de poule.

BMX : Etienne passe, Valentino coince

Cinq ans après sa chute en finale à Rio, Manon Valentino voulait se racheter sur la piste olympique de Tokyo. Rendez-vous manqué. A 30 ans, la pilote guadeloupéenne, flanquée du numéro de dossard 971, n’a pu franchir les quarts de finale, incapable de faire mieux que 5e lors des trois manches qualificatives.

Les regards seront donc tournés vers sa “compatriote”, ce vendredi, pour les demi-finales de la Race. Axelle Etienne a franchi sa série en terminant trois fois en troisième position. « Je suis super contente, c’est déjà une première étape de validée. Demain (vendredi) est un autre jour, là ça va être récupération à fond et rester dans ma concentration », a lâché après sa course la double championne de France en titre, qui découvre les Jeux à 23 ans.

A lire également
43 athlètes antillo-guyanais en quête de médailles au Japon
Déracinement de nos jeunes athlètes : du spleen aux sommets
Entraînement péyi pour les champions Belocian et Vaillant

Escrime : Thibus et Blaze sauvent l’honneur

Coraline Vitalis. Première à entrer en piste et première sortie. L’épéiste Coraline Vitalis, championne d’Europe 2019, s’est fait sortir sèchement dès le 1er tour, samedi 24 juillet, face à l’Estonienne Julia Beljajeva, championne du monde 2013 (15 – 5). La Guadeloupéenne, formée au club du Chevalier de St-Georges, au Gosier, n’a pu se racheter, l’équipe tricolore n’étant pas qualifiée aux Jeux.

https://twitter.com/francetvsport/status/1418770581684637697

Yannick Borel. On attendait beaucoup du champion du monde et d’Europe 2018, l’un des favoris au titre olympique. Malheureusement, dimanche 25 juillet, l’épéiste guadeloupéen (32 ans) a craqué en fin de combat et s’est incliné dès son entrée en lice face au jeune Egyptien Mohamed Elsayed, 18 ans (15-11). Borel pourra sauver l’honneur par équipe ce vendredi, aux côtés notamment de Romain Cannone, qui a décroché la première médaille d’or pour la France, en individuel. En 2016, l’équipe de France d’épée avait été sacrée à Rio.

Enzo Lefort. Dans le choc au sommet entre le Guadeloupéen Enzo Lefort, champion du monde 2019 et le champion olympique en titre, c’est finalement l’Italien Daniele Garozzo qui est sorti vainqueur. Confronté à un arbitrage sévère (3 cartons rouges, 3 pts de pénalité) et à la roublardise du Transalpin, qui a semblé jouer sa plus belle Commedia dell’arte, le Gourbeyrien n’a jamais trouvé le bon rythme (15-10), lundi, dans ce quart de finale du fleuret. Épreuve par équipe le 1er août.

Ysaora Thibus et Anita Blaze. Comme Borel et Lefort, les fleurettistes guadeloupéennes Ysaora Thibus (3e mondiale) et Anita Blaze n’ont pas été à la hauteur de l’événement, en individuel. La première, formée au Cercle des Escrimeurs de Pointe-à-Pitre et vice-championne du monde 2018, s’est arrêtée, dimanche dernier, au stade des 8e des finale face à la Russe Larisa Korobeynikova (15-12). Anita Blaze (29 ans) avait, elle, été dominée dès les 16e de finale par la Canadienne Jessica Zi Jia Guo (12-15).

Mais la déception a vite laissé place à l’émotion avec une magnifique médaille d’argent décrochée ce jeudi par équipe. Après avoir sèchement battu le Canada en quart (45-29), les deux amies, accompagnées par Pauline Ranvier, ont offert une demi-finale à couper le souffle face aux Italiennes (45-43), qui menaient pourtant de douze touches ! Pas d’exploit cette fois en finale, où les Tricolores se sont lourdement inclinées contre de redoutables Russes : 45-34.

Football : la tuile !

Ridiculisée par le Japon (4-0) pour son 3e et dernier match de poule, mercredi, l’équipe de France du Martiniquais Arnaud Nordin (AS Saint-Etienne, international espoir) sort du tournoi olympique la tête basse. Déjà bousculés pour leur entrée dans la compétition par le Mexique (1-4), jeudi 24 juillet, les Bleus, qui étaient de retour aux Jeux après vingt-cinq ans d’absence, s’étaient pourtant bien rattrapés face à l’Afrique du Sud (4-3), malgré leurs énormes lacunes défensives.

Rappelons que le sélection de Sylvain Ripoll avait connu toutes les peines du monde à construire un groupe pour ces Jeux, la plupart des grands clubs ne souhaitant pas libérer leurs joueurs pour l’occasion.

Gymnastique rythmique : Dos Santos passe à côté

La Martiniquaise Mélanie De Jesus Dos Santos (21 ans) et ses coéquipières tricolores n’ont pu accrocher le podium du concours par équipe, lundi. La France s’est classée sixième (163,264 pts) parmi les huit nations dans la finale remportée par les Russes, devant les Américaines et la Grande-Bretagne.

Jeudi, en individuel, la jeune gymnaste de 21 ans (1,52 m, 49 kg) n’a pas supporté la pression et a dû se contenter de la 11e place au concours général. ” Je suis énormément déçue de moi, car j’aurais pu largement faire mieux. Mais j’ai été envahie par le stress, étant donné qu’il y avait un enjeu : prendre la troisième place. Je me suis mis un peu trop de pression et je n’ai pas su le gérer. Je pense que je me suis bien accrochée, je ne suis pas tombée, donc je peux être fière de moi pour ça.

Handball : ça se complique…

Les joueuses de l’équipe de France de handball n’ont plus le droit à l’erreur, après leur match nul, ce jeudi, face à la Suède (28-28), dans leur troisième match de groupe. La qualification pour les quarts de finale (le 4 août) se complique donc pour la Martiniquaise Coralie Lassource, la Guyanaise Béatrice Edwige et les Guadeloupéennes Méline Nocandy et Allison Pineau, qui devront impérativement remporter leurs deux dernières rencontres face à la Russie (samedi) et contre le Brésil (le 2 août).

Pour rappel, les Tricolores s’étaient imposées en ouverture devant la Hongrie (30-29, le 25 juillet), avant de céder face à l’Espagne (25-28, le 27 juillet). Dans ce groupe de 6 nations, les 4 premiers valident leur billet pour la phase finale.

Judo : les Antillaises Cysique et Buchard en argent

Entre déception et satisfaction, la médaille d’argent procure souvent des sentiments mêlés. La Guadeloupéenne Sarah-Léonie Cysique (-57kg) et la Martiniquaise Amandine Buchard (-52 kg), montées sur la 2e marche du podium ne diront pas le contraire, malgré un très beau parcours. Pour la première citée et pour son baptême du feu aux JO, c’est une décision arbitrale qui est venue ruiner ses espoirs de sacre, lundi, face à la Kosovare Nora Gjakova.

Disqualifiée en finale pour s’être mise en danger sur une attaque, la Sarcelloise se montrait pour le moins frustrée au micro : “J’ai un sentiment d’injustice parce que pour moi, ce n’était pas un geste dangereux mais je n’ai pas le choix que d’accepter cette décision. C’est la décision des arbitres, ils ont leur propre vision des choses. Je suis quand même très contente mais disons que ce n’est pas le métal que je voulais.” 

La veille, Amandine Buchard, l’une des favorites au sacre, au même titre que son adversaire en finale, a dû se contenter de l’argent face à la Japonaise Uta Abe. Au terme d’un combat très disputé, qui a duré jusqu’au golden score, la championne d’Europe en titre et numéro 2 mondiale a finalement été battue par immobilisation. C’est une grosse déception pour la judokate, originaire de Sainte-Marie.

https://twitter.com/francetvsport/status/1419363782753652739

Natation : Metella qualifié pour les demi-finales

Eliminé mardi en série du 100 m nage libre (48”68), 6e en finale du 4×100 m nage libre avec Florent Manaudou, Clément Mignon et Maxime Grousset, Mehdy Metella se présentait sur sa nage de prédilection, ce jeudi : le 100 m papillon. Multiple champion de France sur la distance, le Guyanais de 29 ans, sociétaire du Cercle des nageurs de Marseille, a réalisé le 10e temps des séries (51″53). Suffisant pour rejoindre les demi-finales, ce vendredi.

« Il y avait un peu de stress, l’envie de performer, peut-être de trop bien faire. Je voulais passer sous les 51” pour me rassurer. Heureusement, je vais en demi. Demain, je vais essayer de m’approcher de mon record de France (50”85). Vu ce que je fais à l’entraînement, ça ne me fait pas peur. Je vais tout donner, je n’ai rien à perdre, rien à prouver. mais on entre en jeu, il y a un peu de stress, on a envie de performer, on a envie de trop bien faire ».

L’autre nageur guyanais des Jeux, Steven Aimable, qui vit en Floride, était également à l’affiche des séries du 100 m papillon. Malheureusement, le jeune nageur de 22 ans, qui porte les couleurs du Sénégal (de par sa mère) s’est arrêté à la 5e place, avec un temps de 53″64. Il bat toutefois son record personnel qui était de 54″09. Au classement général, le natif de Cayenne termine à la 49e place sur 55 participants. Seuls les 16 premiers passent en demie.

Taekwondo : le bronze pour Laurin !

Attendue comme le grand espoir des JO 2024 à Paris, la jeune Althéa Laurin a brillé dès ses premiers Jeux Olympiques, à Tokyo. Du haut de ses 19 ans et de son mètre 87, la sociétaire du club d’Asnières (Haut-de-Seine) a réalisé un remarquable parcours. En venant à bout de l’Ivoirienne Aminata Charlène Traoré (17-8), la Martiniquaise s’est parée de bronze dans la catégorie des +67 kg, la huitième médaille de l’histoire du taekwondo tricolore aux Jeux.

« Je suis ravie mais j’étais venue chercher l’or. Ce n’est pas forcément ce que je voulais comme couleur, a confié la championne d’Europe en titre sur France TV. Je vais me satisfaire de ça, c’est quand même rare de remporter une médaille à cet âge. »

https://twitter.com/francetvsport/status/1420100832146726916

Tennis : Monfils n’y arrive pas

Tout jeune marié avec la joueuse de tennis ukrainienne Elina Svitolina, le Guadeloupéen Gaël Monfils n’est toutefois pas parvenu à sortir de sa spirale négative sur le court. Tombé à la 19e place mondiale, “La Monf’” s’est fait sortir dès le 1er tour, en simple, face au Biélorusse Ilya Ivashka (4-6, 6-4, 7-5).

Également engagé en double, aux côtés de Jérémy Chardy, le Parisien a buté au 2e tour, mardi, sur la paire allemande composée d’Alexander Zverev et de Jan-Lennard Struff (6-4, 7-5). Il pourra toujours se consoler avec le beau parcours de sa femme, vaincue en demi-finale, jeudi, par la Tchèque Marketa Vondrousova (3-6, 1-6).

Voile : Sebesi en embuscade

Si elle a passé toute son enfance en Guadeloupe et notamment au club de voile du CSBF, à Bas-du-Fort, Lili Sebesi (28 ans) s’est depuis installée à Marseille. Avec sa coéquipière Albane Dubois, originaire du Nord de la France, la Guadeloupéenne est engagée dans la flotte des 49er FX, petits dériveurs assez légers de 4,90 m de long sur 2,50 m de large et comprenant trois voiles.

Au terme des six premières manches (sur un total de 13), le duo est actuellement classé 6e au général (4e, 15e, 10e, 6e, 9e, 2e). Le podium provisoire est composé des Britanniques, devant les Hollandaises et les Espagnoles.

Volley-Ball : il faudrait un miracle pour Bultor

Écrasés par les Etats-Unis pour leur premier match dans le tournoi (3 sets à 0), samedi dernier, les Tricolores du Guadeloupéen Daryl Bultor ont rectifié le tir face à la Tunisie (3-0), avant de céder à nouveau, de justesse, contre l’Argentine (2-3).

La qualification des Bleus pour les quarts de finale semble désormais compromise avant d’affronter, toujours dans leur poule, deux grosses nations du volley : la Russie (vendredi) et le Brésil (dimanche). Pour rappel, la France n’a encore jamais atteint les quarts de finale d’un tournoi olympique.

A lire également
Enzo Lefort, papa poule et champion du monde d’escrime
Du frigo aux J.O., le poids des kilos
Yanis David & Steven Aimable, deux athlètes à l’école américaine