Positive economie

La grande (re)distribution des cartes

CM2-GRANDE-DISTRI-CARREFOUR

Ouverture de nouveaux magasins pour certains, liquidation, désengagement ou rachat d’enseignes pour d’autres : le paysage de la grande distribution aux Antilles est en train de se redessiner peu à peu. Le point sur les forces en présence en Martinique et en Guadeloupe.
Dans un contexte de plus en plus concurrentiel, où la baisse généralisée du pouvoir d’achat attise encore un peu plus la guerre des prix et tire les marges vers le bas, seuls six ou sept groupes se partagent aujourd’hui le marché de la grande distribution alimentaire aux Antilles. Il faut dire que les petits commerces indépendants sont en train de disparaître petit à petit, et avec eux les grossistes qui, jadis, les approvisionnaient et pour qui les temps sont de plus en plus difficiles, laissant la place à des magasins passés quasiment tous sous enseigne.
Il faut préciser aussi que ces dernières années, les surfaces de ventes ont considérablement augmenté alors que dans le même temps, la population ne s’est pas forcément accrue et que les consommateurs ne se sont pas démultipliés.

La conjoncture impose donc de nouvelles règles du jeu, un jeu dont seuls les plus forts, les plus solides et les plus prévoyants réussiront à tirer leur épingle. Et si désormais la bataille ne se gagne plus sur les négociations du fret, du transit ou dans les centrales d’achat, elle se jouera demain sur la logistique et sur l’émergence d’un nouveau marché guyanais. Parce que les marchés guadeloupéens et martiniquais, soit un peu plus de 800.000 consommateurs, ne pourront absorber de nouveaux opérateurs. Et le gâteau n’est déjà plus assez grand pour tout le monde.

GBH, Despointes et Ho Hio Hen en tête

En 2011, dans le classement des cinq cents plus grandes fortunes françaises publié par le magazine Challenges, les régions et territoires d’Outre-mer étaient pris en compte pour la première fois. Sur les quatre familles ultramarines qui avaient ainsi fait leur apparition dans ce classement, toutes sont martiniquaises et ont pour point commun d’être des opérateurs incontournables de la grande distribution, présents en Martinique et Guadeloupe, et même en Guyane pour certains.

Présent aux Antilles, à la Réunion, mais aussi en Chine, en Algérie ou encore au Maroc, le Groupe Bernard Hayot (GBH) a fait sont entrée à la 173e position. Géant de la distribution automobile et de la distribution alimentaire et non alimentaire (Mr. Bricolage, Décathlon, etc.), le groupe ouvre des hypermarchés Carrefour aux quatre coins du globe. Il en possède trois en Martinique : Carrefour Genipa, Carrefour Dillon et Carrefour Cluny, ce dernier, anciennement Cora, étant passé sous enseigne Carrefour en novembre dernier.
En Martinique, GBH s’adjuge autour de 13 % de part de marché, contre 14% en Guadeloupe où il détient le plus grand centre commercial de l’archipel : Carrefour Destreland.

Tout aussi discret mais tout aussi largement implanté dans la zone, le Groupe Huygues-Despointes possède les enseignes Carrefour Market, 8 à Huit, Proxi et Champion en Martinique (17% de part de marché) et en Guadeloupe (20%) où il détient en plus le Carrefour Milenis des Abymes.

Parfait veut poursuivre son extension

En rachetant il y a peu les enseignes Ecomax et Casino au groupe Cora sur les trois DFA, le Groupe Ho Hio Hen a fait son entrée dans la cour des grands aux Antilles. Celui qui possédait déjà les magasins Super H et surtout les deux Géant de Martinique (Batelière et Robert) a également fait l’acquisition du Géant Bas-du-Fort au Gosier. Malheureusement, les récentes acquisitions du groupe, qui détient désormais 18% de part de marché en Martinique, n’ont pas été totalement digérées, plongeant Ho Hio Hen dans l’expectative, et l’on entend déjà certaines mauvaises langues arguer qu’il s’est agrandi trop vite, que la grenouille a voulu manger le bœuf. Mais il faut souligner que les difficultés actuelles du groupe sont aussi liées à l’ouverture du Carrefour de Matoury en Guyane par le Groupe Bernard Hayot, à quelques centaines de mètres seulement du Géant détenu par Ho Hio Hen…

Enfin, le Groupe Parfait est le dernier des quatre opérateurs de la grande distribution présents aussi bien en Martinique (Hyper U Rond-Point, Hyper U Galleria) qu’en Guadeloupe (Super U du Gosier). S’il n’est pas encore aussi gros que les trois premiers, le groupe continue son développement, en témoignent les quelques mille cinq cents places de parking supplémentaires créées en moins de deux ans autour du plus grand centre commercial de Martinique (La Galleria) dont il est propriétaire.

Le départ de Cora, la fin de Lancry

Et l’extension du Groupe Parfait pourrait bien se poursuivre grâce à l’acquisition du Groupe Hedder Lancry qui possède les enseignes Leclerc de Martinique (Place d’Armes et Long Pré) et pèse pour près de 12% de part de marché sur l’île. Alors que le groupe est placé en redressement judiciaire depuis le 22 février 2011, le tribunal a en effet demandé à l’administrateur judiciaire chargé de ce dossier d’ouvrir une procédure de cession. Pour l’heure, deux repreneurs semblent tenir la corde : le Groupe Parfait donc, ainsi qu’un propriétaire de magasins Leclerc en métropole. Si la mort du groupe fondé par René Lancry est à mettre en partie sur le compte du développement de la concurrence (Carrefour Génipa et Géant Le Robert) ainsi que sur une politique salariale loin d’être optimale, il y a fort à parier que la nature du repreneur qui sera connue le 5 janvier prochain pourrait déstabiliser grandement la zone de chalandise du bassin lamentinois…

En Guadeloupe, c’est le départ de Cora en 2009 qui a changé la donne et ouvert les portes à de nouveaux opérateurs. Alors que le groupe Cora/Nouÿ possédait il y a peu près de 40% de part de marché, depuis le désengagement du groupe Cora, les choses ont bien changé : 27 Ecomax sont ainsi passés aux mains du Groupe Ho Hio Hen tout comme le Cora Bas-du-Fort du Gosier, et les 7 magasins Match ont été démantelés. Le Groupe Nouÿ qui a repris Cora Desmarais ne représente plus aujourd’hui qu’environ 10% des parts de marché de la grande distribution de l’archipel.

Enfin, il y a deux groupes qu’il convient de ne pas oublier, deux groupes déjà incontour-nables et dont l’importance ne cesse de croître en ces temps de crise.
Il s’agit des deux hard-discounters de la zone : le Groupe Fabre qui détient les Leader Price et les Franprix de Martinique, et le Groupe Le Metayer qui détient les Leader Price de Guadeloupe.
Leur part de marché se situe entre 12% et 15%. Le pouvoir d’achat des consommateurs aujourd’hui en berne pourrait rapidement leur faire gagner quelques points.

Laisser un commentaire

/* ]]> */