Articles

Digressions : L’art de bâiller
Chroniques, Guyamag, Karumag, Madinmag

Digressions : L’art de bâiller 

Regarder un chat bâiller, s’étirer en allongeant lentement ses pattes, en écartant ses griffes, c’est regarder une force de vie irrésistible, sans but, sans agressivité, déliée de toute attente…

Tous ceux qui pratiquent le yoga, le chi kong ou toute autre discipline savent qu’au bout de quelques exercices, survient une envie irrépressible de bâiller, en général on vous dit de ne pas réprimer vos bâillements, au contraire, que c’est un bon signe, le signe que vous vous abandonnez à la détente de votre corps, que vous laissez vos pensées de côté, que vous oubliez vos soucis…

Les soucis nous serrent le cœur « nous coupent le souffle »,
n’importe quelle attente, même la plus dérisoire, comme l’attente d’un train, d’un courrier ou d’un feu vert, peut suffire à nous crisper et le bâillement est une délivrance, un besoin de desserrer les muscles qui emprisonnent le thorax, un besoin de respirer, juste de respirer sans penser…

En société, nous vivons entourés de contraintes, de rituels, d’obligations de politesse ou d’habillement. Si le rituel se prolonge, si le corps s’immobilise, l’ennui nous gagne et le bâillement est une revanche de la vie qui devient vite contagieuse, qui se répand dans les rangs, comme un signal d’abandon…mais ce genre de bâillement on le cache discrètement de la main, on le réprime honteusement, il est le signe qu’on veut s’échapper des contraintes sociales…

Heureusement on peut se laisser aller à un autre bâillement, celui qui nous annonce des moments plus heureux, celui qui est le signe du sommeil proche, bâillement que l’on doit respecter, à qui l’on doit même obéir, selon notre nouvelle éthique du « bien vivre » , du bien dormir….

Car notre époque, soucieuse de la « qualité de vie » nous donne comme injonction de respecter notre corps, d’organiser notre vie, notre alimentation, nos exercices, notre sommeil et on peut acquérir sur nos téléphones des « applications » numériques nous permettant de repérer les signes avant coureurs du sommeil et surtout de nous y conformer. On nous apprend que le sommeil se répartit en plusieurs étapes et qu’il est dangereux pour notre santé, de raccourcir l’une d’entre elles : « Le fait de se coucher et de se réveiller aux mêmes heures tous les jours joue un rôle essentiel sur la qualité du sommeil ».

On a calculé qu’en l’espace de cinquante ans la durée moyenne du sommeil s’est réduite d’environ 1h30 par nuit et que 25% de la population moderne dormirait moins de six heures par nuit…le manque de sommeil serait la cause de nombreuses maladies : obésité, hypertension, infarctus même diabète. Le déficit de sommeil étant considéré par certains comme une cause majeure de santé publique.

Voilà pourquoi on nous conseille de prendre soin de notre sommeil, de respecter nos heures de coucher et de lever, ce qui nous permettra d’éviter les somnifères, qui peuvent vite devenir addictifs, ce qui nous protégera du stress, du burn out et autres malheurs…

Nous pourrons retrouver la nonchalance du chat qui s’étire sur son canapé et nous pourrons bâiller avec volupté… Alors bâillons, bâillons sans contrainte…

Dans la même catégorie